Revenir à la rubrique : National

Jordan Bardella et Marine Le Pen appellent à la dissolution de l’Assemblée nationale en cas de victoire aux européennes

À l'approche des élections européennes, Jordan Bardella, la tête de liste du Rassemblement national qui caracole en tête des sondages, a annoncé son intention de demander la dissolution de l'Assemblée nationale si son parti remporte le scrutin. Marine Le Pen, ancienne présidente du parti, soutient cette démarche, visant à refléter selon elle un changement dans la volonté du peuple français.

Ecrit par N.P. – le vendredi 19 avril 2024 à 13H32

Aucune image à la une trouvée pour cet article.

En pleine campagne pour les élections européennes de juin, Jordan Bardella, leader du Rassemblement national, a clairement indiqué que sa victoire serait immédiatement suivie d’une demande formelle pour dissoudre l’Assemblée nationale. Lors d’une intervention sur RMC le 17 avril, il a exprimé cette position radicale, soulignant que cette élection est la « seule occasion » durant le quinquennat pour les Français de se prononcer directement sur la politique du gouvernement actuel.

Marine Le Pen, qui a passé le relais à Bardella et occupe maintenant le poste de présidente du groupe RN à l’Assemblée tout en se préparant pour les présidentielles, partage son opinion. Elle a déclaré sur BFMTV que si Emmanuel Macron subissait un revers lors de ces élections, il serait logique de dissoudre l’Assemblée pour que celle-ci représente mieux la volonté du peuple. Toutefois, elle se montre sceptique quant à la volonté du président actuel de prendre un tel risque, notant qu’il a tendance à éviter les gestes audacieux.

La position du RN, qui mène actuellement dans les sondages face à Renaissance, suggère une stratégie agressive en cas de succès le 9 juin, plaçant potentiellement Emmanuel Macron dans une situation délicate face à une opposition renforcée.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
13 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Nouvelle-Calédonie : 76 barrages repris aux émeutiers par les gendarmes

L’opération visant à reprendre le contrôle de l’axe reliant Nouméa à l’aéroport de la Tontouta est un « succès » pour le haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie. En tout, depuis le début des troubles, près de 240 personnes ont été interpellés par les forces de l’ordre.

Braquage à Paris : La bijouterie Harry Winston dévalisée

Une bijouterie de luxe parisienne a été braquée par une équipe armée ce samedi 18 mai, dérobant un butin encore indéterminé, mais qui pourrait être estimé à plusieurs millions d’euros. Les braqueurs n’ont fait aucun blessé avant de s’enfuir.

L’ancien ministre Damien Abad mis en examen pour tentative de viol

Damien Abad, ancien ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées, a été mis en examen jeudi pour tentative de viol présumée remontant à 2010. La victime présumée accuse Damien Abad d’avoir tenté de la contraindre à une fellation lors d’une soirée qu’il organisait. Damien Abad nie ces accusations, invoquant son arthrogrypose, une condition qui, selon lui, rendrait impossible la commission de tels actes. Par ailleurs, il bénéficie du statut de témoin assisté pour les témoignages de deux autres femmes l’accusant de violences sexuelles.

Nouvelle-Calédonie : Du mieux, même si la situation demeure encore tendue

La situation en Nouvelle-Calédonie s’est légèrement apaisée dans la nuit de jeudi à vendredi, suite à l’instauration d’un état d’urgence, bien que l’agitation persiste dans certains secteurs de Nouméa, cinq jours après le début des émeutes provoquées par une réforme électorale controversée.
« Pour la première fois depuis lundi, nous observons une accalmie dans le grand Nouméa, malgré les incendies qui ont touché une école et deux entreprises » cette nuit encore, a exprimé le représentant de l’État dans cette collectivité du Pacifique Sud.