Revenir à la rubrique : Social

Grève à l’Université : un campus sud avec cours « en plein air »

Les enseignants-chercheurs et étudiants qui souhaitent reprendre les cours sur le campus universitaire sud risquent de devoir faire leurs cours "en plein air". Ce matin, plusieurs centaines de personnes étaient sur le parking de l'antenne sud de l"université de la réunion et ont assisté à une nouvelle Assemblée générale dirigée par Béatrice Leperlier, de l'UNEF, une association très présente sur le front depuis près de 3 semaines maintenant.

Ecrit par C.L – le lundi 23 février 2009 à 11H46

Beaucoup espéraient plutôt une reprise des cours ce matin, mais rares sont les opposants au blocus à oser s’exprimer. Un double vote a donc eu lieu, afin de déterminer les personnes qui soutiennent ou non les revendications, d’une part, et afin de voter un blocage pour aujourd’hui ou pas d’autre part.

Dans le premier cas, tous globalement sont mécontents de la réforme en cours. Dans le second, l’ambiguïté est plus grande, et là aussi, beaucoup n’osent pas exprimer ouvertement leur refus de bloquer l’établissement et le blocus est donc reconduit pour aujourd’hui. Blocus complet qui avait commencé souvenons nous lundi dernier, les jours précédents étaient en effet des jours de perturbations de cours.

Les grévistes quant à eux envisagent une ré-ouverture du campus cette semaine, mais, « aucune salle ne sera ouverte, vous n’y ferez pas cours » insiste Béatrice Leperlier devant 200 à 300 personnes selon nos estimations.

 

Dans le même temps, un enseignant-chercheur affirme qu’un blocage complet sera « sans effet à la longue » tandis que les grévistes veulent rester mobilisés.

Du coté des non grévistes, c’est l’incompréhension totale « il sera difficile d’étudier sur les pelouses du campus » selon cette étudiante restée dans la foule. Pour cette autre étudiante de seconde année de Master qui a pris le mégaphone, « on a des stages à réaliser, on ne peut pas s’organiser avec ce blocage« . Son collègue de classe renchérit: « on ne peut pas non plus aller en stage sans avoir suivi tous les cours« .

Les avis sont donc très partagés sur le campus sud quant à ce blocage qui perdure, bien que tout reste calme en apparence. Les discussions sont en cours pour trouver des « actions adéquates« , rappelle l’UNEF.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Crise du BTP : Sans accord, « le préfet a dit qu’il viendra sur la route avec nous »

Les syndicats du BTP ont suspendu leur grève et vont participer à plusieurs réunions de travail tout au long de la semaine prochaine. Une nouvelle table ronde avec tous les acteurs du secteur est prévue vendredi prochain. Si un accord n’est pas trouvé, les manifestants reprendront leur mobilisation. « Le préfet a dit qu’il viendra sur la route avec nous », assure Johny Lagarrigue de la CFDT-BTP.

Crise du BTP : La grève est suspendue, des réunions de travail prévues la semaine prochaine

Les syndicats qui ont démarré mercredi un mouvement de grogne annoncent jeudi suspendre la grève. Une décision prise au sortir d’une réunion organisée à la CCIR avec le préfet, le Département et la Région, notamment. Les manifestants avaient organisé un barrage filtrant mercredi et avait bloqué le Barachois toute la journée de jeudi, provoquant de très importants embouteillages dans le chef-lieu et sur la Nouvelle Route du Littoral.

Manifestation du BTP : Barachois fermé

Une grève illimitée a été démarrée par les syndicats du BTP. Ils bloquent la circulation au niveau du Barachois et une déviation a été mise en place par le Boulevard Sud. Les acteurs du BTP réclament une mobilisation des pouvoirs publics pour sortir le secteur de la crise qui s’enlise. (Images : Pierre Marchal)

SPL Estival : L’intersyndicale prête « à remettre la machine en marche »

« La crise est toujours là ». Après la publication dans la presse locale du pré-rapport de la Chambre régionale des comptes, l’intersyndicale de la SPL Estival ne cache pas son désarroi face à une situation « qui perdure » au sein de la société, et ce malgré la fin du conflit social qui a paralysé la structure fin 2023.