Revenir à la rubrique : Economie | Social | Société

Les journalistes du Quotidien campent devant le tribunal

Une vingtaine de journalistes du Quotidien de La Réunion se sont installés devant le tribunal judiciaire de Saint-Denis. Une décision est attendue ce mercredi sur le sort du média placé en liquidation judiciaire depuis le 4 octobre.

Ecrit par N.P. – le mercredi 03 avril 2024 à 06H28

Les journalistes du Quotidien de La Réunion se sont mobilisés devant le tribunal de Champ Fleuri à Saint-Denis.  Ils ont campé toute la nuit et vont passer la journée sur place alors que le tribunal de commerce doit statuer sur le dossier du journal. « C’est une audience couperet pour le Quotidien après six mois de difficultés, d’attente, après le placement en liquidation-cession du journal début octobre. On attend la décision du tribunal entre deux offres ou le pire scénario, la liquidation sèche du journal« , explique Edouard Marchal, représentant du personnel au Quotidien de La Réunion.

Il explique que les salariés du Quotidien ont souhaité se faire entendre en campant devant le tribunal. « Cela fait six mois que beaucoup de gens parlent à notre place, nous traitent comme des variables d’ajustement, voire du personnel bon pour la casse. Nous, on veut faire porter la voix des salariés. On roule pour les salariés du Quotidien et on a entendu un certain nombre de choses assez inacceptables d’acteurs de ce dossier. On est là pour dire qu’on existe et on veut s’exprimer peut-être une dernière fois devant l’opinion. »

 

 

Il indique que les salariés ont exprimé être légèrement plus favorable à l’offre déposée par Henri Nijdam : « C’est l’offre la plus socialement acceptable, mais c’est loin d’être un chèque en blanc. C’est une offre qui ne prend que 15 journalistes et 55% du personnel. C’est une offre qui est nettement insuffisante pour faire un journal. »

Pour la seconde offre portée par Alfred Chane-Pane, Edouard Marchal, représentant du personnel, indique : « C’est une offre particulièrement destructrice qui prévoit de détruire 80% des emplois du Quotidien et 100% des journalistes. » Il ajoute au sujet de Pierrot Dupuy, directeur de publication de Zinfos974, qui participe à l’offre : « Il nous accuse, nous les représentants du personnel, de rouler pour nous alors qu’on est dans le même bateau. »

Edouard Marchal rappelle par ailleurs que Le Quotidien de La Réunion est composé de 48 salariés dont 36 journalistes.

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
5 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Emmanuelle Wargon : “La Réunion peut progresser sur le photovoltaïque”

Pour son troisième jour de visite, Emmanuelle Wargon, la présidente de la commission de régulation de l’énergie, s’est rendue dans la nouvelle centrale photovoltaïque de la rivière des Galets au Port. L’ancienne secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire du gouvernement d’Edouard Philippe a salué les progrès de l’île pour la transition énergétique.

Météo : L’Est en vigilance fortes pluies/orages

Météo-France annonce aux habitants de la zone Est de l’île de prendre leurs précautions devant une dégradation des conditions météorologiques à partir du début de l’après-midi. La vigilance devrait être maintenue jusqu’à 20h ce vendredi.

Davy Sicard réinvente le séga traditionnel avec « Kafé Griyé »

Figure emblématique de la scène musicale réunionnaise, Davy Sicard amorce un tournant majeur dans sa carrière avec son dernier projet artistique : « Kafé Griyé ». Cette tournée, qui débutera à Bras-Panon le week-end prochain, renoue avec les séga traditionnels lontan et marque une évolution significative dans le parcours de l’artiste, témoignant de sa volonté constante d’innover et de surprendre son public.