Revenir à la rubrique : International | National | Politique

Européennes : Stéphane Bijoux va perdre son siège à Bruxelles

L'eurodéputé réunionnais sortant de Renaissance, Stéphane Bijoux, ne sera pas en position éligible sur la liste Besoin d'Europe. Les 30 premiers colistiers de Valérie Hayer ont été révélés en fin de semaine et Stéphane Bijoux n'en fait pas partie. À la faveur de la proportionnelle, seulement une partie de cette trentaine de candidats peut vraisemblablement prétendre à un poste au Parlement européen le 9 juin.

Ecrit par Baradi Siva – le samedi 04 mai 2024 à 06H43
Stéphane Bijoux (Photo : Alexandre Robert)

Le Réunionnais Stéphane Bijoux vit probablement ses dernières semaines sur les bancs du Parlement européen. L’eurodéputé, élu en 2019 sur la liste Renaissance, n’a semble-t-il pas convaincu le parti de la majorité présidentielle. Le scrutin du 9 juin prochain est particulier. Avec la proportionnelle appliquée à des listes enregistrées à l’échelle nationale, les premières places sont chères et seulement une poignée des 81 candidats de chaque parti peut véritablement prétendre de siéger à Bruxelles.

Stéphane Bijoux était dixième sur la liste de Renaissance en 2019 et a pu passer cinq ans au Parlement européen. Mais le Réunionnais n’a pas obtenu le même traitement cette fois-ci. Les trente premiers candidats de la liste Besoin d’Europe menée par Valérie Hayer ont été dévoilés. Et l’ancien journaliste n’y figure pas.

 

 

Valérie Hayer aura en tout 80 colistiers à ses côtés et Stéphane Bijoux pourrait toutefois être inclus lorsque la liste complète sera révélée. Mais même s’il y trouve une place, être positionné au-delà de la 30ème position réduit à néant ses chances d’être réélu. Rappelons qu’en 2019, Renaissance n’avait obtenu que 23 eurodéputés avec un score de 22,42%. La situation pourrait être encore plus tendue cette année : les sondages nationaux ne créditent le parti de la majorité présidentielle que de 17% des intentions de vote.

Durant la semaine, Le Figaro avait déjà indiqué que Stéphane Bijoux était sur la sellette. Selon Pierrot Dupuy, des rumeurs indiqueraient que le Réunionnais aurait fâché le président à cause de son bilan à Bruxelles mais aussi pour un manque d’engagement lors de la campagne.

Face à la caméra de Zinfos974, Valérie Hayer n’avait, elle, pas tari d’éloges au sujet de Stéphane Bijoux. Ce qui n’a pas suffi pour lui assurer une place éligible sur sa liste.

Au-delà de l’absence de l’eurodéputé sortant, Stéphane Bijoux, il est à noter qu’aucun Réunionnais ne figure dans les trente premiers candidats choisis par le partie de la majorité présidentielle.

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
30 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Braquage à Paris : La bijouterie Harry Winston dévalisée

Une bijouterie de luxe parisienne a été braquée par une équipe armée ce samedi 18 mai, dérobant un butin encore indéterminé, mais qui pourrait être estimé à plusieurs millions d’euros. Les braqueurs n’ont fait aucun blessé avant de s’enfuir.

L’ancien ministre Damien Abad mis en examen pour tentative de viol

Damien Abad, ancien ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées, a été mis en examen jeudi pour tentative de viol présumée remontant à 2010. La victime présumée accuse Damien Abad d’avoir tenté de la contraindre à une fellation lors d’une soirée qu’il organisait. Damien Abad nie ces accusations, invoquant son arthrogrypose, une condition qui, selon lui, rendrait impossible la commission de tels actes. Par ailleurs, il bénéficie du statut de témoin assisté pour les témoignages de deux autres femmes l’accusant de violences sexuelles.

Vladimir Poutine assure que l’armée russe n’a pas l’intention de conquérir Kharkiv

Vladimir Poutine a déclaré vendredi que l’objectif de l’offensive russe dans la région de Kharkiv, en Ukraine, n’était pas la conquête de la ville. Selon le président russe, cette opération militaire répond à des attaques ukrainiennes contre le territoire russe, notamment à Belgorod, et vise à établir une « zone de sécurité » le long de la frontière. Ces propos ont été tenus lors d’une conférence de presse à Harbin, en Chine.

Poutine a précisé que bien que les forces russes progressent quotidiennement, la conquête de Kharkiv n’est pas actuellement envisagée. « Nous créons une zone sanitaire en réponse aux agressions subies sur notre territoire », a-t-il ajouté, en faisant référence aux bombardements ukrainiens sur des zones résidentielles russes.

Du côté ukrainien, le président Volodymyr Zelensky a affirmé que la situation autour de Kharkiv avait été « stabilisée » malgré la nouvelle offensive russe lancée le 10 mai. Lors d’une conférence de presse, Zelensky a indiqué que les troupes russes n’avaient pénétré que jusqu’à 10 kilomètres de la frontière ukrainienne et que dans certains secteurs, il n’y avait eu aucune avancée russe significative.

Zelensky a également expliqué que la construction de fortifications à la frontière avait été rendue impossible à cause des bombardements continus. Il a visité la région jeudi et confirmé que la première ligne de défense ukrainienne, plus au sud, n’avait pas été atteinte par les forces russes. Ces informations ont été rapportées par plusieurs sources médiatiques ukrainiennes, dont RBK Ukraine et Ukrainskaïa Pravda.

Nouvelle-Calédonie : Du mieux, même si la situation demeure encore tendue

La situation en Nouvelle-Calédonie s’est légèrement apaisée dans la nuit de jeudi à vendredi, suite à l’instauration d’un état d’urgence, bien que l’agitation persiste dans certains secteurs de Nouméa, cinq jours après le début des émeutes provoquées par une réforme électorale controversée.
« Pour la première fois depuis lundi, nous observons une accalmie dans le grand Nouméa, malgré les incendies qui ont touché une école et deux entreprises » cette nuit encore, a exprimé le représentant de l’État dans cette collectivité du Pacifique Sud.