Revenir à la rubrique : Santé

Dengue: Avec deux types de virus, une nouvelle vague épidémiologique à craindre

Depuis fin 2017, le virus de la dengue circule sur l’île. Le dispositif de surveillance estime que plus de 75.000 personnes ont contracté la dengue au cours des deux vagues épidémiques de 2018 et 2019, entraînant plus de 700 hospitalisations et 20 décès. « Si le nombre de cas est actuellement faible, la circulation du virus […]

Ecrit par Nicolas Payet – le mercredi 27 novembre 2019 à 12H01
Depuis fin 2017, le virus de la dengue circule sur l’île. Le dispositif de surveillance estime que plus de 75.000 personnes ont contracté la dengue au cours des deux vagues épidémiques de 2018 et 2019, entraînant plus de 700 hospitalisations et 20 décès.

« Si le nombre de cas est actuellement faible, la circulation du virus s’est maintenue pendant tout l’hiver austral sur l’ensemble du territoire laissant craindre l’apparition d’une nouvelle vague épidémique dans les mois à venir », alertent la préfecture et l’ARS, qui organisent ce mercredi 27 novembre une nouvelle journée départementale de lutte contre la dengue et lancent une campagne de communication. 

Quel risque pour les prochaines semaines ?

Alors que la première vague épidémique était essentiellement due au type 2 (il en existe 4 types au total), le type 1 a été récemment détecté au cours de la seconde vague épidémique.

« Cette double circulation de 2 types de virus de la dengue sur le territoire, ainsi que le retour de l’été austral (période plus favorable au développement des populations de moustiques) implique que les personnes qui auraient contracté la dengue en 2018 ou 2019 pourront à nouveau être infectées, et que le phénomène épidémique à la Réunion peut être mené à se poursuivre dans le temps », indiquent les autorités sanitaires. 

Situation épidémiologique au 26 novembre 2019 (données de la Cire OI, Santé Publique France) Du 11 au 17 novembre, 11 cas ont été confirmés. En comparaison avec la même période en 2018, la circulation du virus se maintient à un niveau plus élevé cette année et se caractérise par une apparition plus précoce des premiers cas groupés et une circulation de 2 sérotypes de la dengue (type 1 et type 2).

Même si le nombre de cas se stabilise depuis plusieurs semaines, la circulation de la dengue se poursuit et près de la moitié des communes de l’île sont toujours concernées. La majorité des cas se situent à Saint-Paul, Saint-Pierre, Saint-Leu et Saint Louis. Des cas sont également identifiés dans les communes de Saint-Denis, L’Etang Salé, Le Tampon, Les Avirons et Saint-André.
 

DEPUIS LE DÉBUT DE L’ÉPIDÉMIE

  • Plus de 24 850 cas autochtones confirmés (soit 18 086 cas depuis le 01/01/2019)
  • 732 hospitalisations (dont 618 hospitalisations depuis le 01/01/2019)
  • Plus de 2 400 passages aux urgences (dont 1 932 passages aux urgences depuis le 01/01/2019)
  • 20 décès, dont 12 directement liés à la dengue. (Depuis le 01/01/2019 : 14 décès, dont 9 directement liés à la dengue).

[Les gestes à adopter]urlblank:https://www.ocean-indien.ars.sante.fr/dengue-la-reunion-les-gestes-appliquer-pour-se-proteger

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La Réunion face au cancer : Une étude révèle des disparités de survie avec l’Hexagone

La première étude sur la survie des personnes atteintes de cancer à La Réunion entre 2008 et 2018 révèle des disparités significatives de survie entre les différents cancers, mais également entre La Réunion et la France hexagonale. Cette étude met en lumière l’impact de facteurs socio-économiques sur les causes de la maladie et la nécessité d’adapter les stratégies de lutte contre le cancer au contexte local.

Épidémie de Leptospirose : Circulation à un niveau élevé

Santé Publique France océan Indien fait le point sur les circulations virales en cours à La Réunion. L’épidémie de Leptospirose a atteint un niveau plus élevé que les années précédentes. Une personne diagnostiquée est décédée, mais les autorités ne peuvent pas confirmer un lien entre le décès et la maladie bactérienne.

Un quart des élèves réunionnais de 6e sont en surcharge pondérale

À l’occasion de la Journée mondiale de l’obésité le 4 mars prochain, L’ARS et l’académie de La Réunion ont mené une étude conjointe sur la corpulence des enfants en classe de 6ᵉ. Sur 1.700 élèves, presque un quart d’entre eux sont déjà concernés par le surpoids.