Revenir à la rubrique : Social

Ce sera difficile de circuler ce matin surtout à Saint-Denis

Les véhicules des membres du collectif pour la défense des travaux publics et transports, ont rendez-vous, ce matin devant la préfecture. Les voitures, camionnettes, camions et poids, organisés en convois, viendront de toute l’île. Prenez vos précautions pour les éviter surtout aux heures de pointe.

Ecrit par Jismy Ramoudou – le mercredi 29 octobre 2008 à 06H24

Les premiers convois se formeront à partir de six heures dans le Sud. Les professionnels de la route du Collectif pour la défense des travaux publics et transport se constitueront en convoi sur les quatre voies.
Ils devraient ensuite faire la jonction avec le cortège qui se formera sur l’axe mixte de Saint-Paul, aux alentours de sept heures. L’autre point de ralliement dans l’Ouest sera le rond-point des Danseuses au Port.
Les terrassiers et les transporteurs de l’Est eux, ont rendez-vous à la même heure sur le parking de Carrefour, à Sainte-Suzanne.
C’est à une vitesse moyenne de 50 km/h que les convois rejoindront la Préfecture. Le rassemblement sur l’ancienne place du Gouvernement est fixé à neuf heures.
Les membres du collectif pour la défense des travaux publics et transports liront alors une motion à la presse, avant qu’une délégation n’aille ensuite déposer le document à la Préfecture.
Cet écrit sur lequel le collectif travaille depuis huit jours et qui a nécessité quatre autres heures de discussion hier après-midi, demande l’intervention du Préfet auprès des institutions financières pour un étalement des traites en cette période économique difficile.
Un point sur lequel il n’y a pas unanimité au sein de la profession. “Ce sont des contrats privés que chaque entrepreneur a signé avec une maison de crédit ou une banque. Maintenant, il revient à chacun en ces temps de crise, de discuter avec son institution financière”.
“C’est ce que je fais, et ma banque a déjà accepté à plusieurs reprises de retarder des traites pour trois mois, six mois ou un an”, explique ce professionnel qui a décidé de ne pas prendre part à la manifestation.
La motion déposée ce matin à la Préfecture contient un deuxième point. “Nous demandons au Préfet que les gros chantiers programmés pour lesquels nous avons réalisé de gros investissements, démarrent dans les plus brefs délais”, indique Armand Mouniata du collectif.
Concernant la route du Littoral et la Tram-train, la réponse ne peut venir que la Région Réunion. Et là aussi, il va falloir faire preuve de patience. La patience, c’est l’un des traits de caractère des automobilistes réunionnais. Et, il en faudra une sacrée dose pour ceux qui viennent sur Saint-Denis, ce matin.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

SPL Estival : Le redressement judiciaire prolongé de trois mois

Le tribunal de commerce de Saint-Denis a prolongé jusqu’au 22 mai le redressement judiciaire de la SPL Estival, le temps d’affiner les contours du nouveau plan de sauvegarde économique (PSE) ébauché après la grève des salariés, en fin d’année dernière. Pour garantir la survie de l’entreprise publique de transport, environ 70 salariés auront le choix entre accepter une baisse de leur rémunération, ou partir dans le cadre d’un licenciement économique.

Les salariés de la Chambre d’agriculture obtiennent l’application de leur point d’indice

L’intersyndicale CGTR – FO – CFDT a signé ce jeudi midi un protocole de fin de conflit avec le président de la Chambre d’agriculture Frédéric Vienne. Hier soir, la préfecture a retiré son véto sur le point de blocage de l’augmentation du point d’indice des salariés, plus élevé que celui de leurs collègues de l’Hexagone, tout en se réservant le droit de revenir sur cette décision après analyse juridique de la situation.

Chambre d’agriculture : Frédéric Vienne pris entre le marteau et l’enclume

Après une rencontre jugée infructueuse avec Frédéric Vienne, les représentants du personnel de la Chambre d’agriculture ont proposé ce mercredi la reconduite de la grève. Le président de la Chambre, lui, laisse entendre que l’État est à la manœuvre pour réduire les effectifs de moitié, et glisse que le Département souhaiterait s’accaparer l’outil à des fins électoralistes.