MENU ZINFOS
Océan Indien

Seychelles : Le FMI a octroyé un nouveau crédit à l'archipel


- Publié le Mardi 29 Décembre 2015 à 08:35 | Lu 579 fois

Le Fonds Monétaire international (FMI) a dernièrement alloué un crédit de 2,3 millions de dollars aux Seychelles.

En 2014, le FMI avait déjà accordé 17,6 millions de dollars aux autorités seychelloises dans le sillage du mécanisme élargi de crédit pour une durée de trois ans, et ce, pour aider financièrement le programme économique de l'archipel.

Pour rappel, la croissance économique seychelloise a été revue à la hausse passant de 3,5% à 4,3% du PIB.




1.Posté par Jacques BOVIS le 29/12/2015 12:06

il ferait mieux de taxer les chambre d'hotes veritables petite mafia qui ce gave pendant que les hotelier crache au bassinets

2.Posté par Pamphlétaire le 29/12/2015 14:07

FMI = Femme de Ménage Incluse pour DSK.
Plus sérieusement :

Le Fonds Monétaire international (FMI) a dernièrement alloué un crédit de 2,3 millions de dollars aux Seychelles.
En 2014, le FMI avait déjà accordé 17,6 millions de dollars aux autorités seychelloises


Cela veut dire que l'argent a été donné et qu'il ne s'agit pas d'un prêt qui doit être restitué au FMI.

allouer : verbe transitif. Attribuer (quelque chose, une somme) de façon officielle. Accorder, approuver, attribuer, avancer, concéder, donner, doter, gratifier, octroyer. Allouer à quelqu'un une pension, une indemnité, un crédit. Allouer tant d'hommes pour une opération de police. Allouer du matériel.

Ce n'est donc pas un prêt mais un don, une donation, etc. du FMI dont le destinataire peut utiliser la somme comme il l'entend ou suivant l'humeur. Si c'est comme en France, que chaque individu dans chaque service ou passe l'argent se sert, à l'arrivée il ne doit pas rester grand chose...Mais ne soyons pas médisant et restons optimistes...Par contre, je suis sur que cet argent versé au Père Pedro serait bien utilisé et qu'il n'y aurait pas de perte ou de disparation...

3.Posté par kld le 29/12/2015 19:44

ha ben , c'est la mère michel qui va etre contente ! vivement les prochaines élections ds ces iles " paradisiaques" .

4.Posté par Jacques BOVIS le 30/12/2015 10:34

aux sechelle ils progresse eux l'argent ils s'en serve intelligeament exemple la digue pour recevoir les mega voyage a la reunion l'argent est dilapider devier dans les poches des elus....

5.Posté par Jean-Pierre Bernard le 31/12/2015 00:28

Si le FMI a octroyé un crédit à l’archipel, il doit être remboursé.
Doit-on s'attendre à des bons lendemains avec le FMI ou toute autre banque internationale ?
Pourquoi, fondamentalement ? Voici le système financier mondial, à partir de la situation française.
C’est en fait depuis 1974 que la vie économique va mal ( pour la base) ! L’économie était florissante pendant les Trente glorieuses (1945-1975) en France métropolitaine, car l’état français empruntait à taux presque zéro à la banque de France : la banque nationale était au service du pays, et tout allait bien !
Un plan de fragilisation économique du pays a débuté avec un président de la république juste après la mort du général de Gaulle, président qui lui succéda, et qui était issu d’une banque internationale bien connue ; il a préparé le terrain, puis décéda, laissant à son successeur (toujours vivant) le soin de parachever son travail ; il a fait emprunter l’État français pour la première fois sur les marchés financiers en 1974 : le pays ne s’en ai jamais remis, et ne s’en remettra jamais s’il ne revient pas au système monétaire et financier en cours avant 1970.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes