Courrier des lecteurs

Appel pour un pacte Finance-Climat européen

Jeudi 4 Janvier 2018 - 17:48

Nous, Terriens unis dans une même communauté de destins, n’acceptons pas que l’Humanité se dirige vers le chaos. Le 31/10/2017, l’ONU nous alerte sur l’écart entre les engagements des Etats et les réductions des émissions de gaz à effet de serre. Gouvernements, secteur privé, société civile doivent combler cet écart. Deux ans après Paris, nous en sommes loin.Au nom de l’emploi américain, les Etats-Unis ont décidé de se retirer de l’Accord de Paris. Au nom de l’emploi européen, il est fondamental que l’Europe divise par 4 ses émissions de gaz à effet de serre tout en créant massivement des emplois. Et qu’elle prenne sa part pour cofinancer la lutte contre le réchauffement climatique dans les pays du Sud. Diviser par 4 nos émissions, d’ici 2050, investir massivement dans les économies d’énergie et les énergies renouvelables = création de 900.000 emplois en France (ADEME), et 6 millions en Europe.
 
La multiplication des événements climatiques provoque des milliers de morts, des millions de réfugiés et de lourdes dépenses. Le changement climatique provoque des catastrophes naturelles, des famines et des déplacements de population meurtriers. Que se passera-t-il dans 20, 30, ou 40 ans si des centaines de millions de Terriens doivent quitter leur terre natale invivable ? Nous le savons, la Paix mondiale est en jeu.
 
Comment financer ce chantier ? En même temps qu’une Taxe sur les Transactions Financières et une Taxe sur le CO2, deux leviers peuvent être utilisés :
 
- La création monétaire : depuis avril 2015, la BCE a créé 2.500 milliards d’euros et les a mis à disposition des banques. En même temps, les prêts de ces banques augmentaient de moins de 300 milliards. L’essentiel a alimenté la spéculation. Il semble urgent de « flécher » la création monétaire pour qu’elle aille vers l’économie réelle et finance les économies d’énergie et le développement des énergies renouvelables.
 
- Lutter contre le dumping fiscal européen, en créant une Contribution Climat de 5 %. En quarante ans, le taux moyen d’impôt sur les bénéfices non réinvestis des entreprises a été divisé par 2 en Europe : il est aujourd’hui proche de 20 % alors que, aux Etats-Unis, le taux de l’impôt fédéral est stable, depuis plus de quatre-vingt ans, à 35 %. Un impôt sur ces bénéfices de seulement 5 % permettrait de dégager 100 milliards d’€/an, pour abonder le budget européen et cofinancer le chantier, investir dans la recherche et augmenter l’aide aux pays d’Afrique et du pourtour méditerranéen.
 
Donnons de nouveaux moyens à la lutte contre le changement climatique. Demandons aux chefs d’Etat et de Gouvernement européens de négocier un Pacte Finance-Climat, qui assurerait pendant 30 ans la transition énergétique en Europe et notre partenariat avec les pays du Sud. Provoquons un sursaut collectif et redonnons du sens à l’Europe. Convaincus que nous ne parviendrons pas à reprendre en main notre destin en restant isolés, demandons aux Chefs d’Etat et de gouvernement de mettre en œuvre au plus vite une politique européenne qui dépasse les clivages, mette la finance au service du climat et de la justice sociale, et nous permette de regarder l’héritage que nous laisserons. Allez à : http://climat-2020.eu/l-appel/, signez et contribuez !
 
Dr Bruno Bourgeon, président d’AID
Lu 657 fois



1.Posté par margouillat974 le 04/01/2018 18:29

Hé stop : Et le marché international, la globalisation et le la déception du petit européen qui ne pourra plus acheter ses Nike ou son Ipad fabriqué par un gosse de 11 ans ? Vous n'y pensez pas!

2.Posté par Loïc le 04/01/2018 18:50

Oui bien sûr, encore plus d'impôts, encore plus de taxes, toujours plus de taxes.
Les socialistes ont ruiné d'innombrables économies (la dernière en date étant le Vénézuéla) et jeté des centaines de millions de personnes dans la pauvreté.
Alors maintenant ils essaient de se déguiser avec des habits verts pour se refaire une virginité et viennent nous baratiner sur le réchauffement climatique pour nous imposer leurs idées !

Et pendant ce temps les autres pays avanceront et créeront des emplois sans nous, parce qu'ils ne surtaxeront pas les entreprises et les créateurs de richesses.

3.Posté par margouillat974 le 04/01/2018 19:43

Et pendant que le couillon "made in europe" regardera ailleurs, la Chine, l'Inde viendront naturellement acheter les terres, puisqu'ils ont réussi à tout pourrir chez eux et comme les Européens ont un Q.I. d'huitre, ils laisseront faire, bienheureux de toucher des millions et des millions de papier monnaie ( pq)

4.Posté par Moi président le 05/01/2018 18:29

Et qu’elle prenne sa part pour cofinancer la lutte contre le réchauffement climatique dans les pays du Sud

Quels sont ces "pays du Sud" pour lesquels les contribuables européens devraient se sentir obligés de se cotiser ?
L'Inde et la Chine en font-elles partie ?

Personnellement, je n'aime pas quand le capital est mis sur un marché de l'offre et de la demande, à cause des dangers que ça représente pour les entreprises et donc pour l'emploi. Je préfère que les parts de capital soient fixes, point barre.
Et que la seule rémunération possible soit les dividendes, en tant que part des bénéfices, avec rémunération quand c'est justifié.
Donc je suis favorable à une taxation des transactions financières.

Macron est également favorable à ça, il en a parlé lors de son discours à la Sorbonne en septembre dernier, et en a fait part aux partenaires européens. On verra la suite.
Il a également fait part de sa volonté d'aider financièrement les investissements tournés vers l'économie durable.

Pour le reste du monde, on fait pression sur certains pays pour qu'ils fassent de même, mais ils sont indépendants et au final font bien ce qu'ils veulent.
Et donc au final, on va être les gentils pays écolos qui, avec nos charges, devront lutter sur des marchés contre les méchants pays pollueurs qui ne respectent ni l'environnement, ni leur peuple.

L'idéal serait que les consommateurs boycottent d'eux-mêmes les produits issus des pays pollueurs, mais autant rêver debout.
Une autre solution serait que les pays pollueurs changent de dirigeants, et on sait très bien comment ça se joue, et comment chez nous il y a toujours des pleureuses pour nous reprocher de créer des conflits un peu partout dans le monde. Alors que ces conflits qu'on provoque sont justement là pour tenter de mettre en place des dirigeants qui respectent l'environnement et leur peuple.

On a la chance d'avoir l'UE pour avoir une autorité sur les pays membres, ce qui a permis récemment par exemple d'interdire les glyphosates au bout d'un délai de 5 ans, mais certains vomissent sur l'UE tout en se plaignant de la pollution, des produits cancérigènes, etc ...

Voilà comment je vois les choses. Une mission, mais des moyens dérisoires.

5.Posté par margouillat974 le 05/01/2018 20:04

@4 De quelle interdiction des glyphosates parlez-vous? La France a voter contre, mais l' UE a voté pour et on en a pris pour 5 ans. A la fin de ces 5 années, les zélites du parlement européen se réuniront à nouveau pour accepter encore un moratoire: Etes-vous si naïf?
Il m'est insupportable d'entendre que ce traité ne peut être re-négocier, qu'on ne puisse y changer même une virgule ( Attali) sans l'accord de tout les membres et que pourtant des décisions puissent être prises
sans l'aval de 5 membres! On se moquerait pas un peu du peuple?
Nous, la France, sommes avec l'Allemagne les plus gros contributeurs à ce "machin" qu'est l'U.E et la voix de la France n'est même pas écoutée, alors qu'il s'agit de la santé de chaque citoyen de cette "union".
Je ne parle même pas des négociations souhaitées de la directive Bolkenstein, que la délicieuse " Union" a déjà enterrée et qui a valu à Jupiter quelques tapes affectueuses sur l'épaule de la part Mme Merkel et de M. Junker!
Tiens, je n'entends plus parler des histoires de normes pour les fosses sceptiques : le projet a-t-il été abandonné ou les représentants des R.U.P. ont-ils taper du poing sur la table devant M. Junker, à cette fameuse réunion en Guyane? ( Fallait surtout pas, c'est se le mettre à dos jusqu'à la fin de son mandat et couic, les subventions!)

6.Posté par Moi président le 06/01/2018 00:38

@5 : on verra ce qu'il se passera dans 5 ans, et ensuite éventuellement vous me parlerez de ma naïveté.
Du reste, les études sur le glyphosate ne font pas l'unanimité, et dans 5 ans on en saura peut-être plus, ce qui nous permettra dans de prendre des décisions en meilleure connaissance de cause.

La vôtre, de naïveté, c'est de n'avoir toujours rien compris à l'UE. L'UE est comme un pays, et ce pays veut vivre, parce que sans ça tout ce qui le compose aura le choix entre s'éteindre ou revenir à une forme d'économie primaire, polluante et ultra-libérale.
Or les pays d'Europe de l'Ouest, dans leur majorité, sont marqués par le socialisme, et dans ces cas-là on ne peut revenir en arrière sans faire d'énormes vagues.
En conséquence, la solution de l'ultra-libéralisme est écartée, il ne reste plus que celle de ne plus rien pouvoir vendre et de subir un chômage monstre.
Pour toutes ces raisons, l'UE a fixé des principes de base d'apparence rigide, mais elle est souple quand les circonstances l'exigent. La preuve, suite aux problèmes de terrorisme, on a fait des entorses au traité de Maastricht en rétablissant des contrôles aux frontières.

On vous parle d'écologie, vous répondez sur la directive Bolkenstein. On vous parlera de principes, vous irez toujours chercher la petite bête, comme si l'UE devait être parfaite en à peine 10 ans d'existence, avec des pays membres divisés selon des axes Nord-Sud et Est-Ouest.
La France républicaine existe depuis bien plus longtemps que ça, et ça n'empêche pas d'avoir eu des scandales divers, notamment dans le domaine de la santé publique. Ca ne remet pas en cause le principe de l'unité du pays, et ça sera pareil dans l'UE.

Pour ce qui est de la directive Bolkenstein, vous avez du louper l'épisode récent sur les travailleurs détachés. Les travailleurs détachés seront payés à égalité avec les travailleurs des pays hôtes. Le problème est résolu, à part dans le secteur du transport.
Rome ne s'est pas faite en un jour, et l'UE c'est le nouvel empire romain unifié.

7.Posté par margouillat974 le 06/01/2018 11:15

L'U.E. n'a pas vocation pour le bonheur des peuples.Ce n'est pas en réglementant le comportement des peuples qu'elle en fera une " union". Nous assistons à la paupérisation des travailleurs ( et par travailleurs, j'entends les ménages, les P.M.E les P.M.I.), qui sont les seuls à " construire" l' EUROPE", pendant que les multinationales continuent d 'engranger des bénéfices, de ne pas être soumises à l'impôt et de régulièrement tirer les salaires vers le bas.
Je ne sais de quoi vous vivez : rentes? dividendes? haut salaire de la fonction publique? Mais sachez que depuis plus 40 ans, ce sont les salariés les ménages et plus petites entreprises qui remplissent les caisses de l'état. Nous arrivons en fin de parcours bientôt, puisque les petites entreprises ferment, les travailleurs n'arrivent plus à épargner et que l'impôt ne suffit même plus à payer les intérêts de la dette .
Croyez-vous encore que l'U.E , par un coup de baguette magique peut régler ce problème? Croyez-vous que ce système ait encore de beaux jours devant lui? Pensez-vous que le seul état dont la balance commerciale est positive va ouvrir grand son coffre-fort et laisser "les pays du sud" se servir, alors qu'elle a déjà fort à faire avec ses retraités et chômeurs et les migrants?
On ne signe pas d'accord équitable quand on est en position de faiblesse.
Quand au travailleurs détachés, que leurs salaire soient égaux au pays hôte: c'est justice, mais qu' en est-il des charges patronales, qui devraient être payées au pays hôte?
L' U.E. ne peut pas être un pays : pour ça, il faut avoir une unité culturelle, le même niveau de vie et pas seulement la même monnaie.Et en parlant d'empire romain unifié, reportez-vous aux livres d'histoire et voyez comment il s'est effondré : l' U.E.que vous le vouliez ou non est appelé à suivre la même voie.

8.Posté par Moi président le 06/01/2018 18:23

Cher Margouillat,

C'est une conception bien française, cette idée du pays qui a pour mission première le bonheur du peuple. En vérité, la mission première du pays est de survivre. En s'acharnant à faire le bonheur du peuple avant tout, on risque de s'écrouler. Le Vénézuela et le Chili en sont des exemples flagrants.

Les multinationales payent bien des impôts, sans quoi elles sont condamnées à errer de pays en pays en accumulant des dettes. Ce ne sont pas elles qui tirent les salaires vers le bas, mais les législateurs des différents pays. Dites-moi seulement QUAND en France on a tiré les salaires vers le bas, avec pourtant sur notre sol des multinationales.
Ce que vous me dites sur les grandes entreprises, c'est de la poésie gauchiste pur jus. Le passage aux 35 heures a été tout le contraire de "tirer les salaires vers le bas", et le SMIC n'a jamais cessé d'augmenter. Il serait grand temps de revenir sur terre et d'observer la réalité. Comptez sur moi pour vous y aider en 2018.

Si j'étais rentier, riche actionnaire ou fonctionnaire, croyez-vous que vous me trouveriez régulièrement sur Zinfos974, anonymement ? Non, soit je passerais mon temps à fréquenter la jet set locale, soit je serais un politicien et je bombarderais Zinfos974 de mes courriers des lecteurs en mettant mon nom bien en évidence.
Depuis 40 ans, les grandes entreprises n'ont pas contribué à la richesse de la France ? Elles n'ont jamais embauché en France ? Ces grandes entreprises, dès qu'elles dépassent la taille de 50 salariés, sont soumises à des contraintes bien plus grandes que les petites entreprises. On en parlera de manière très concrète tout au long de l'année, ça vous changera de la soupe gauchiste qu'on vous sert quotidiennement.
A la fin de l'année si tout se passe bien, vous connaîtrez bien le Code du travail, et quelques cas de conventions collectives.

Vous me dites :
Croyez-vous encore que l'U.E , par un coup de baguette magique peut régler ce problème?

C'est que vous n'avez pas lu mon post 15 dans l'article sur le poème apocalyptico-surréaliste de Ruffin (https://www.zinfos974.com/On-le-sait-desormais-ils-iront-jusqu-au-bout_a122735.html), dans lequel je disais justement :
D'autres enfin, comme moi, sont conscients que l'UE n'est pas un "bizness" d'où la France doit sortir gagnante dans l'immédiat, mais plutôt une chance de ne pas s'écrouler dans un futur proche, quand une multitude de pays sortiront du tiers-monde et nous remplacerons sur les marchés où aujourd'hui on arrive encore à exporter

Il est vrai que dans ce même post je démontais preuve à l'appui votre théorie du ""Et vous vous demandez encore pourquoi les français ne veulent plus de l' Union Européenne", il est parfois des choses qu'on s'empresse d'oublier bien vite ...

Encore en train de chercher la petite bête sur les travailleurs détachés ? Dès lors que les salaires ne seront plus les mêmes, en plus des frais de missions à la charge de l'entreprise, il risque d'y avoir une très nette diminution du recours aux travailleurs détachés. Et donc du manque à gagner en termes de cotisations patronales.
Mais j'imagine que tant qu'il y aura une toute petite bébète à chercher pour alimenter votre argumentaire, on pourra toujours compter sur vous, n'est-ce pas ?

Pendant des siècles, il n'y avait pas d'unité culturelle en France, et pourtant c'est resté un pays. Ce n'est qu'à partir du 20ème siècle que la culture nationale a commencé à supplanter les cultures régionales et locales.
Du reste, les jeunes sont fortement encouragés aujourd'hui à s'ouvrir sur les autres cultures européennes, via le programme Erasmus, les échanges d'étudiants entre universités, ...
Même si pour certains c'est avant tout un moyen de faire son premier voyage en avion et de découvrir Paris.
Le niveau de vie, on le fait converger petit à petit, en suivant l'économie. Car le niveau de vie dépend de l'économie. Au fur et à mesure que le chômage diminue dans les pays de l'Est, le niveau de vie augmente. Au fur et à mesure qu'il augmente chez nous, le niveau de vie diminue, et toutes les baguettes magiques du monde n'y changeront rien.
Aujourd'hui, on sait comment et pourquoi l'empire romain s'est effondré, et on ne refera pas les mêmes erreurs. Sans l'UE, c'est toute l'Europe occidentale qui s'effondre, et toute l'Europe orientale qui suit le chemin de la Chine et de l'Inde (avec ce que ça implique en termes de respect de l'environnement et du peuple). On dirait que c'est de ça que vous rêvez.

9.Posté par margouillat974 le 07/01/2018 00:03

cher "Moi , Président"

La mission première de notre président est de garantir la constitution , ce qu'il ne fait pas
Sa seconde mission est de garantir la sécurité des citoyens, ainsi que sa liberté d'expression, et on voit apparaitre la " chasse aux fausses nouvelles" et nos pandores se faire lyncher par une foule de " chances pour la France", devant des bandes de jeunes complétement ahuris qui n' ont eut comme seul réflexe que de filmer la scène.
La France a réalisé depuis belle-lurette son unité culturelle, avec, je vous l'accorde plus ou moins de bonheur le jour où Clovis, Roi des Francs, a accepté d'être baptisé .
Pourquoi les français devraient accepter la baisse de leur niveau de vie? Parce que même si un Polonais travaille aujourd'hui grâce aux délocalisations de nos entreprises, son salaire minimum garanti est de 387 euros : vous pensez que la Pologne va rattraper son retard en quelle année? Est-ce pour aider les polonais que le salaire d'un ouvrier français n'est plus suffisant pour faire vivre décemment sa famille? Est-ce qu'en contrepartie, le coût de la vie en France a baissé? ( loyer, assurance, carburant, taxe carbone) Depuis 40 ans, c' est le revenu du travail qui est taxé et pas la rente et je peux dire : aujourd'hui plus que jamais.
La France s'est déjà écroulée: depuis le T.G.V. , il n'y a plus rien en matière d'innovation technologique. Les industries de pointe, les services publics , les bâtiments (historiques, commerciaux) , les forêts domaniales, les églises, les aéroports , tout cela, construit avec l'argent du contribuable français, est en vente, sans que le peuple n'ait sont mot à dire. Les Présidents de la République française deviennent-ils propriétaire des biens du peuple, durant leurs mandats?
Les multinationales échappent bien à l'impôt par "optimisation" et par corruption de nos " zélites" ( verrou de Bercy : entendu parler? C'est le moment où le ministre des finances reçoit l'ordre de regarder ailleurs quand des milliards d'euros sont transféré au Panama ou plus près, au Luxembourg, chez M. drunker).
La lutte contre les paradis fiscaux est le serpent de mer de tous les gouvernements : ils sont en lutte, mais les paradis fiscaux existent toujours et ne se sont jamais aussi bien portés. ( salaire minimum au Luxembourg 1999 euros et que produit le travailleur luxembourgeois?
Quant à l' écologie en Europe, c'est encore une manière de culpabiliser le citoyen qui ne fait que consommer les produits qu'on lui vend. Je sais, c'est idiot de vouloir manger des fraises en décembre quand il gèle à pierre fendre et qu'on peut manger les pommes de la saison d'automne( mais ceci est une autre histoire).
Les états sont à peu près ( hors la Chine, la Fédération de Russie, L'Iran et l'inde à 66%) tous endettés a hauteur de leur PIB, et cela n'est que la partie visible de l'iceberg qui cache le " hors-bilan" et vous croyez encore sincèrement que toute les nations vont se donner la main pour sortir de ce marasme. Que M. junker ne rigole pas doucement en voyant le flot de papier monnaie qu'il injecte mensuellement dans l'économie européenne , qui se retrouve par magie dans ses coffres et qu'il prête à des taux usuraires aux gentils états endettés?
Non, il faut arrêter d'être si naïf, comme chantait MM. Charlebois, Vignault et Leclerc " quand les hommes vivront d'amour....." et à moins que " ça " soit arrivé pendant que je dormais, je flaire plutôt une grosse entourloupe.
D'ailleurs si on n'y réfléchit bien : pourquoi ce qui était une horreur en 1938, serait aujourd'hui une bénédiction?

10.Posté par Moi président le 07/01/2018 16:39

Très cher Margouillat,

Le président actuel ainsi que les précédents font des choses pas toujours cool, ce qui explique qu'aucun d'eux n'ait jamais récolté 100% d'adhésion de la part des citoyens. Mais on parlait de l'UE, alors essayons de ne pas passer du coq à l'âne sinon on risque de mourir de vieillesse devant nos claviers respectifs rien que dans la présente discussion.
Je compte sur votre compréhension.

L'unité culturelle en France daterait de Clovis ? Enorme erreur de votre part. Les documents datant de la 1ère guerre mondiale sont légion, et très clairs : à l'aube du 20ème siècle les Français parlaient encore majoritairement leurs patois respectifs, et la plupart d'entre eux n'avaient jamais vu autre chose que leur région d'origine. Très difficile de parler d'unité culturelle dans ce cas-là.

Pourquoi les Français devraient accepter la baisse de leur niveau de vie ? De leur pouvoir d'achat plutôt, car question qualité de vie rares sont les pays où les citoyens sont mieux traités que chez nous.
Ils doivent l'accepter parce que c'est une conséquence logique de la réalité économique de leur pays. Les entreprises ferment, ainsi que vous l'avez dit vous-même dans votre post 7, donc le chômage augmente, donc les charges fiscales permettant de financer le chômage et les aides et compensant le manque à gagner fiscalement du au chômage, tout ça augmente sans que les salaires n'augmentent, et donc forcément le pouvoir d'achat diminue.
Il serait grand temps pour vous d'ouvrir des bouquins d'économie (en plus d'Histoire), au lieu de vous référer à la soupe que vous servent Mélenchon, Philippot, Asselineau et toute la clique.

Les cadeaux fiscaux sont des tentatives désespérées de l'Etat de faire patienter les entreprises pendant qu'on met en place des conditions plus favorables pour elles, afin qu'elles ne partent pas dans les pays où la fiscalité et le droit social leur seront plus favorables.
Pas difficile de trouver des conditions plus favorables, quand on connaît bien le Code du travail français (et ça sera peut-être votre cas à la fin de l'année).
Les ménages aussi font de l'optimisation fiscale, il y a même de la fraude fiscale chez les ménages (mais où va le monde ?)
La fiscalité est souvent un levier qu'on actionne dans un sens ou l'autre pour favoriser telle ou telle pratique, ou limiter telle ou telle autre.
C'est comme ça dans la majorité des pays, pas seulement en France ou dans l'UE.

L'endettement n'est pas une fatalité en soi : les ménages aussi s'endettent quand ils investissent dans de l'équipement, les entreprises aussi quand elles investissent dans des immobilisations matérielles ou immatérielles censées leur procurer des avantages futurs et durables.
L'important c'est la finalité de l'endettement, et dans le cas de l'UE la finalité est simple : développer l'économie des pays de l'Est, parce que EUX peuvent sauver les pays de l'Ouest.

Je vous rappelle le grand problème au niveau mondial : des pays du tiers-monde émergent parce que des tas d'investisseurs (plus ou moins "propres") de différents pays montent des usines chez eux et exploitent leur peuple et se foutent de la pollution qu'ils génèrent, tout ça avec la bénédiction des gouvernements de ces pays.
Résultat : les prix proposés défient toute concurrence, dont la nôtre.
Par conséquent, en continuant d'exploiter chez nous, on ne vend plus, et aucune entreprise ne tient longtemps comme ça.
Restent alors 2 solutions :
- nos entreprises délocalisent en masse, et nous croulons sous le poids du chômage (comme expliqué en début de post)
- notre pays se referme complètement sur lui-même, il n'exporte plus, l'Etat n'a pas les moyens de gérer le chômage et à la fois d'investir dans la création d'emplois, et on finit dans une dictature communiste classique.
Au bout d'un certain temps, les pays étrangers se liguent pour fomenter une révolution chez nous, pour que notre marché de consommateurs leur soit ouvert, et nous finissons comme un peuple de consommateurs à la botte de puissances étrangères qui placent des dirigeants qui leur sont favorables.

Face à ce destin tragique, l'UE nous permet de survivre en misant sur des pays qui résisteront efficacement aux puissances émergentes, grâce à leurs ressources naturelles, à la qualité de leurs travailleurs, à la qualité de notre esprit d'innovation et nos savoir-faire techniques, sans que cela fasse de nous un pays soumis.
D'autre part, au fur et à mesure qu'à l'Est le chômage diminuera et que chez nous il augmentera, il va se créer un équilibre économique qui fera qu'à terme chaque pays membre aura un poids à peu près égal à la moyenne de tous les pays membres.
C'est ça le projet de l'UE, et il est sûr que ça peut être difficile à concevoir pour ceux comme vous qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez, qui n'ont pas de vision très développée dans le futur.
Mais peu importe : vous êtes minoritaires, et êtes voués à l'être de plus en plus avec le temps, à une vitesse qui dépendra de la bonne volonté des partis pro-UE à se bouger le derrière pour expliquer tout ceci aux citoyens.

Retenez bien : 2/3 des Français sont favorables à l'UE. Asselineau sera probablement mort de vieillesse avant de dépasser 5% des suffrages, Mélenchon va se dégonfler comme une baudruche quand les citoyens connaîtront le code du travail et développeront leur intérêt pour l'économie, et Philippot à mon avis ne pèse pas lourd face à Le Pen dans ce qui constituait leur électorat commun il y a encore peu de temps.
Sur ce dernier point, ce n'est que mon avis, on en saura plus aux prochaines élections dans les 5 années à venir, quand Philippot et Le Pen présenteront des listes différentes aux 1ers tours.

11.Posté par margouillat974 le 08/01/2018 07:49

Très cher " moi, président"

Vous affirmez que 2/3 des français sont favorables à l' Union Européenne : Combien étaient-ils d'accord pour aller, la fleur au fusil casser la gueule a Bismarck en 1918. Comme déjà dit dans d'autres post être d'accord avec la majorité n'est pas la preuve d'avoir raison.
Combien de français seront toujours d'accord avec la construction européenne, quand il réaliseront que ça leur coûte ( rien que pour l'année 2017) 4.5 milliard d'euros et que nos très chers députés ont voté une rallonge pour cette année 2018 de 1.5 milliard d'euro supplémentaires? Pour avoir quoi en échange?
La P.A.C., abandonnée depuis longtemps, laisse nos agriculteurs sans ressource, des nouvelles normes qui ne protègent pas les citoyens, l'obligation d'accueillir des migrants, alors que nos retraités, nos chômeurs nos malades et nos S.D.F. crèvent.
Et depuis quand les zélites oeuvrent pour le bien-être des peuples? z'avez pas l'impression qu'on vous prend " un peu couillon" dans l'affaire?

12.Posté par Moi président le 08/01/2018 20:55

Précieux Margouillat,

Effectivement, le pourcentage de Français favorables à l'UE dans son principe, tout seul, n'indique pas grand chose. C'est l'évolution de ce pourcentage qui donne vraiment du sens. Et cette évolution est positive, depuis 10 ans que l'UE existe (au début, c'était un peu moins de 50%).
Ca prouve que les Français ont réfléchi, grâce à internet ils ont pu avoir tous les sons de cloche possibles, grâce à leur intérêt croissant pour les questions économiques ils ont pu comprendre la nécessité de l'UE.

Bien évidemment que ça nous coûte de l'argent, puisqu'il faut développer les pays de l'UE orientale. Avec le départ du Royaume-Uni, qui était dans les 3 plus gros financeurs, forcément on est obligés de revoir nos cotisations prévisionnelles à la hausse.
Mais l'Ecosse n'a pas fini de jouer les trouble-fête dans l'affaire du Brexit, ce qui pourra également avoir des répercussions en Irlande du Nord. Affaire à suivre.

La PAC, abandonnée depuis longtemps ? On ne doit pas avoir les mêmes sources d'information. Ce qui est privilégié actuellement, c'est un peu plus de souveraineté des Etats membres sur la question, ce qui n'est pas plus mal. La PAC d'avant était critiquée par les partis hostiles à l'UE car souverainistes.
Des tas de normes protègent les citoyens et les entreprises à différents niveaux (en droit social, en termes de lutte contre la concurrence déloyale, etc ...), on en reparlera d'ailleurs cette année. Tout est matière à discussion et rien n'est parfait, comme dans n'importe quel pays (démocratique).

L'obligation d'accueillir les migrants ? C'est normal, on répartit les charges entre les Etats membres. De la même façon qu'on a réparti les migrants dans différentes régions de France, pour ne pas léser les régions frontalières. Rien de plus normal.
Des pays hors UE ont également eu leur lot de migrants, je pense notamment à la Jordanie mais pas que.
Le problème c'est surtout qu'il y ait eu autant de migrants, mais l'UE a également lutté contre les réseaux de passeurs en Méditerranée. C'était une crise, et on en tirera des leçons pour l'avenir (on a déjà commencé à tirer des leçons).

Nos chômeurs, nos retraités, etc ... , "crèvent" ? Laissez-moi rire. Ce type de discours ne peut pas prendre en France.

Depuis quand les zélites oeuvrent pour le bien-être des peuples ? La réponse vous la trouverez dans l'Histoire de France de ces 150 dernières années ou un peu plus.
A ce propos, le génial Bismarck était déjà mort depuis un moment quand la 1ère guerre mondiale a éclaté (en 1914, pas en 1918), et l'histoire de la fleur au fusil est une propagande d'époque. Les gens étaient plus résignés qu'enthousiastes, d'après les historiens contemporains.
Et puisqu'on est dans le registre de la guerre, songez aux économies conséquentes qu'on réalisera avec la création d'une armée européenne. D'une manière générale, la mutualisation des moyens est génératrice d'économies d'échelle (c'est le principe des coopératives d'entreprises, des holdings, etc ...)

13.Posté par margouillat974 le 09/01/2018 01:53

très cher " Moi , président"

Au moins 403 personnes, S.D.F., mortes dans la rue , officiellement recensées par le collectif du même nom
moyenne d'âge 49.5 ans...ça vous fait toujours rire?
Autorisation de la baisse des contrôles et hausse du niveau des radiations acceptables par les humains pour les crustacés, poisson et tous produit issus de la zone de Fukushima...ça c'est décidé par l' Europe, merci pour la protection de la population.
L'assassinat de Jaurès : toujours de la propagande?
Quelle économies au ministère de la défense en partageant les restes des armées européennes, alors que l'O.T.A.N. ordonne aux états européens de consacré 2% de plus de leur P.I.B. , tout en occupant les sols européens avec des missiles, sans contre-partie!
40 ans de " construction" et les bulgares ont toujours un salaire de 173 euros !
Airbus-C.E.A. : belle entreprise européenne (la seule), en passe de devenir américaine à cause d'accusation de pot-de-vin ( vive la corruption )
Non, y'a pas je ne trouve aucune grâce à payer le prix d'une union qui décide comment la France doit gérer son budget,, son territoire qui en plus nous menace de forte amende à cause d'une règle imbécile dont nul ne se souvient comment elle a été établie!
Pour l'armée : il sera toujours plus facile de mater les rebellions en France ( par exemple) en envoyant des troupes venues d'un autre état : c'est plus difficile de pactiser avec un "ennemi" qu'avec un frère!
Et bien sûr, pour nous défendre sur le " marché international", l' Europe a signé le C.E.T.A., en attendant que le T.A.F.T.A dont les termes restent secrets, soit adopté à son tour, sans que les populations n'aient leur mot à dire. Mais c'est pour notre bien!

14.Posté par Moi président le 09/01/2018 21:32

Luxueux Margouillat,

Ce qui me fait rire, ce n'est pas le fait que des gens meurent, c'est la façon dont vous vous en servez pour étayer vos arguments. Déjà dans les années 60, quand tout était au beau fixe en France (grâce aux financements américains), il y avait des SDF. Chaque année depuis aussi loin que je me souvienne, des bénévoles d'associations supplient des SDF de s'abriter dans des foyers prévus à cet effet, et chaque année il y en a qui préfèrent dormir dehors. L'UE n'a rien changé de ce point de vue-là.

La France produit des poissons et des crustacés, les Français n'ont qu'à acheter ce que leur économie produit et le problème de Fukushima ne se posera plus. La provenance est indiquée sur le produit.

L'assassinat de Jaurès n'a pas été perpétré par les centaines de milliers de Français qui ont été au front en 1914, mais par UNE personne politisée. Ne mélangez pas tout.

Les économies au niveau de la défense ne risquent pas d'exister, puisque l'armée européenne n'existe pas encore. Mais il y a une forte demande dans ce sens, vous l'auriez su si vous aviez pris la peine de lire les liens fournis sur le taux d'adhésion des Français à l'UE.

La Bulgarie est entrée dans l'UE le 1er janvier 2007, soit il y a 11 ans, et non 40 ans comme vous le dites.
Du reste, malheureusement on ne peut obliger une entreprise de l'UE à s'installer en Bulgarie et contribuer à la hausse du niveau de vie.
Personnellement, je préfère nettement qu'une entreprise de l'UE aille s'installer en UE orientale qu'ailleurs hors de l'UE. Mais il y a encore la barrière de la langue. Les anciennes colonies africaines sont très francophones, et l'Anglais n'est pas encore suffisamment maîtrisé au sein des pays membres de l'UE, mais avec le temps ça va de mieux en mieux.

Je ne connais pas le cas d'Airbus, je ne peux donc pas y répondre. Vous devriez développer sur ce point, raconter toute l'affaire depuis le début, ça m'instruira.

L'UE ne décide pas de la gestion du budget français, la preuve en est les débats parlementaires sur les lois de finances chaque année. Par contre l'UE est intraitable sur les frais de fonctionnement des Etats membres, tout comme le gouvernement français est intraitable sur les frais de fonctionnement des collectivités locales. Nous ne sommes pas un Etat communiste, et l'UE nous le rappelle régulièrement, et personnellement j'en suis ravi.

Les rébellions populaires peuvent être justifiées dans des pays où ne règne pas la démocratie, c'est à dire les pays où il n'y a qu'un seul parti politique.
Dans une démocratie européenne (car la démocratie est une condition d'entrée dans l'UE), on vote et on accepte les résultats. Ou alors on émigre vers un pays qui nous convient mieux le temps que ça passe.

Signer un traité de libre échange avec un pays comme les Etats-Unis, qui a une devis de valeur quasiment égale à la nôtre, c'est quand-même moins dangereux que de laisser s'implanter sur notre marché des produits issus de pays dont la devise est faible par rapport à la nôtre.
N'oubliez pas que les traités européens n'ont pas pour ambition de satisfaire la seule France, mais l'ensemble de l'UE.
Les populations n'ont rien à dire, la signature des traités est une fonction régalienne.

15.Posté par margouillat974 le 10/01/2018 10:39

Cher " moi , président"

Je ne cherche pas à convertir un convaincu. Je relève seulement 2/3 points qui font que je ne crois pas en la vertu des traités de l' U.E. Le plein emploi nous a été vendu : il n'en est rien. Vous ne vous attachez qu'à l'aspect économique et financier d'une union qui ne bénéficie pas au peuple : dans une démocratie, l'important c'est le peuple. La France est perdante dans tous les cas . Non , moi président, les G.O.P.E. sont à suivre à la lettre, et c'est bien ce qu'ont voté nos très chers députés, en votant une loi de finance qui ne bénéficie qu'aux ultra riches.
Un traité de libre échange avec les zétazunis : autant pactiser avec le diable ! Pendant que l' lU.E. est sommée d'interrompre tout échange avec la Russie, les zétazunis en profitent pour liquider leurs excédents de production agricole , comme ils l'ont déjà fait avec l'Iran , notre premier client en matière d'automobile en prononçant un embargo.
Les chefs d'états sont actuellement en compétition au plus disant : quel homme sensé peut menacer la planète de destruction atomique , parce que son égo est malmené, quel chef d'état peux décider que seule sa parole a valeur de vérité ? Devons nous suivre aveuglément le troupeau, sans se poser de questions. Et pour résister à tout cela, avons nous besoin de nous attacher des chaines aux pieds?
Et pour finir, combien reste-il de parti politique en France, représentant une véritable opposition ?

16.Posté par Moi président le 10/01/2018 18:29

Inestimable Margouillat,

S'attacher à l'aspect économique c'est aussi s'attacher aux intérêts directs du peuple.
Quand vous perdez votre boulot, à la maison les enfants vont peut-être se plaindre de ne plus avoir ci, ne plus bénéficier de ça. Vous serez bien obligé de les contraindre à leur nouvelle situation, sans quoi vous finirez vite endetté, et au final vos enfants ne bénéficieront de plus rien.
C'est pareil pour un pays.

Je vous le rappelle encore, des tas de pays sont sur le chemin de l'émergence, parce que des étrangers investissent chez eux en bénéficiant de faibles coûts de production (et d'abord d'installation).
3 solutions s'offrent à nous :
- soit on ne fait rien et à terme on ne vend plus rien ( => ruine du pays)
- soit on abaisse nos coûts pour rester concurrentiels, ce qui implique une baisse drastique des salaires et autres conditions de travail chez nous (impensable en France et en Europe occidentale en général)
- soit on essaie de faire en sorte que les concurrents aient des coûts similaires aux nôtres, ce qui n'est pas possible dans la majorité des cas.

En Europe, suite à l'implosion de l'URSS, on s'est retrouvés avec des pays pauvres, arriérés technologiquement et en termes de respect de l'environnement (bien se souvenir de Tchernobyl, exemple parmi tant d'autres), rompus à l'exploitation de leurs travailleurs en vertu de la politique du "tout pour moi" appliquée par l'URSS à ses satellites (les gens travaillaient dur pour que leur production aille engraisser l'URSS, et chez eux la vie était chère).

Face à ça, on les a intégrés dans l'UE pour mettre en oeuvre la 3ème solution citée au-dessus.
Pour ces peuples-là, l'UE est un progrès, même si à l'heure actuelle on est encore loin des objectifs retenus.
Pour nous, il ne pouvait y avoir de progrès possible, on était déjà largement au-dessus du taquet acceptable (avec des injustices flagrantes à l'encontre des entreprises).
Notre modèle social, c'est l'Allemagne, qui est la meilleure économie d'Europe. Ca suppose des changements, et ces changements sont farouchement combattus par nos gauchistes nationaux. Mais les électeurs ont tranché, ils ont élu quelqu'un qui n'a pas menti sur ses intentions de changer la situation des entreprises, et normalement nos entreprises devraient effectivement en sortir un peu plus fortes. Pas encore assez à mon goût, mais il faut être patient, on n'en est qu'au début.

Des entreprises ayant délocalisé regrettent de l'avoir fait, car elles y ont perdu en qualité. En leur promettant des meilleures conditions d'exploitation, on les incite à relocaliser. C'est bon pour l'emploi direct et indirect (les fournisseurs).
On n'en serait pas là si les consommateurs ne s'étaient pas rués vers des camelotes low-cost par simple frénésie de consommation. Phénomène qui porte atteinte à l'environnement, puisqu'à durée égale d'utilisation, on consomme plus d'énergie dans la production de camelotes à faible durée de vie.

Comme je vous l'ai dit, avoir une concurrence américaine n'est pas la mer à boire. Leur devise est pratiquement similaire à la nôtre en valeur. Ils ont certes des conditions d'exploitation plus favorables que les nôtres, ultra-libéralisme oblige, mais avec eux au moins on peut toujours espérer que ces conditions changent, car ils sont en démocratie et il y a une prise de conscience socialiste (pas dans le sens marxiste du terme) qui s'installe progressivement au sein de leur population. Trump a été élu en bonne partie sur cette base, et ses premières propositions fiscales vont dans ce sens (réduction des impôts fédéraux pour les plus pauvres, augmentation pour les plus riches).
N'oublions pas non plus que les Etats des Etats-Unis ont des fiscalités différentes.
Enfin et surtout, ils ne sont pas du genre à fabriquer des camelotes qui se cassent au bout des premières utilisations, ils ont le culte de la qualité. Ca nous changera des pays que je ne nommerai pas parce que tout le monde les connaît bien (surtout à la Réunion).
N'oubliez pas ce que le "diable" a fait concrètement pour nous, il y a encore moins de 100 ans. Les chars que De Gaulle a mis fièrement en avant lors de la reprise de Paris en 1944, ils étaient de fabrication américaine et à crédit. Et si on a pu reconstruire la France dans les années 50 et 60, c'est grâce à des Dollars qu'on l'a fait, pas grâce à des Roubles.
Les Etats-Unis ont d'ailleurs financé une partie de la reconstruction des ex-satellites de l'URSS, pour des raisons évidentes.
Dernière chose sur le TAFTA, et non des moindres : si les Etats-Unis se sont montrés si réticents, si durs en négociations sur le projet de traité, c'est justement parce qu'il portait un danger potentiel sérieux en termes de concurrence, ce qui devrait normalement vous convaincre un peu plus de l'opportunité d'un tel traité pour nos entreprises européennes.

On n'a pas fait l'UE pour que chaque pays membre se batte pour tirer la couverture à lui, mais pour que ça bénéficie de manière globale à l'ensemble des Etats-membres. Si on a instauré la libre circulation des personnes, c'est parce qu'il y a effectivement des personnes attirées par l'inconnu, prêtes à démarrer une nouvelle vie ailleurs dans des conditions saines et sûres (pas comme ceux qui entrent en clandestinité dans un pays et se font exploiter, sans aucune garantie ni sécurité).
Il y aura toujours, dans chaque pays, dans chaque région de pays, des gens qui ne veulent pas bouger, et qui conserveront une certaine authenticité culturelle dans leur région. Tant mieux pour nous : il serait dommage de perdre ces cultures, qui sont des témoignages vivants de la façon originale dont nos ancêtres vivaient pendant longtemps et il n'y a pas si longtemps. Mais qu'ils n'empêchent pas les autres de voler vers des horizons nouveaux : les 2 catégories de personnes sont nécessaires et complémentaires.

Il faudra donc qu'une partie de notre jeunesse s'oriente vers une certaine catégorie de métiers, apprenne et maîtrise assez bien l'Anglais, et puisse suivre la migration des entreprises.
A l'heure actuelle, seuls les cadres supérieurs peuvent s'exiler dans les pays d'UE orientale, car en-dessous les salaires ne sont pas attractifs. Mais au fur et à mesure que les entreprises s'implanteront là-bas, les cades de niveau inférieurs pourront également les suivre, salaires et conditions de vie aidant, jusqu'au jour où les salariés de base pourront également s'y mettre.
Mais dans ce dernier cas, ça voudra dire que les conditions de travail seront similaires entre l'Ouest et l'Est, et dans ce cas les entreprises de l'Ouest ne seront plus obligées de s'exiler vers l'Est.
On aura alors atteint nos objectifs, et on pourra échanger entre Est et Ouest sur des bases équitables, à peu près comme on pourrait le faire en échangeant avec les Etats-Unis sans barrières douanières.
La qualité du produit et des services associés (livraison, SAV, ...) n'étant plus que les seuls critères déterminants, ce qui boostera notre niveau de concurrence au niveau mondial.

C'est pour ces raisons précises que j'adhère à l'UE, la seule chose regrettable à mon avis étant que ça ne va pas assez vite (beaucoup trop d'entreprises préfèrent encore délocaliser hors-UE).
Et pour que ça aille vite, il faut mettre en place des politiciens réellement désireux de faire progresser l'UE vers ses propres objectifs, et non dans d'autres directions.

Pour les questions purement sociétales, je suis d'accord que les revendications populaires soient effectivement écoutées et prises en considération, ça évite justement que des partis anti-UE s'en servent pour mettre à mal les objectifs économiques.
Du reste, ça ne me dérangerait pas qu'un jour la Russie intègre l'UE, une fois les conditions réunies.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 20 Novembre 2018 - 16:12 La nuit, l’heure est venue de sévir …