Revenir à la rubrique : Société

Rififi au temple tamoul de Saint-Paul

Mercredi au moment de la procession du Cavadee, une fidèle a été priée de quitter sur le champ une zone réservée aux pénitents. Egratigné sur les réseaux sociaux pour sa façon de procéder, le président du temple livre sa version.

Ecrit par L.G. – le samedi 25 mai 2024 à 16H06
A gauche, le président qui demande à la fidèle de quitter les lieux, à droite, les administrateurs du temple qui sident détenir la preuve que la même fidèle a pris des photos des divinités avant la procession...

La vidéo d’une dizaine de secondes seulement a suffi pour créer des remous au sein de la communauté tamoule de Saint-Paul et même au-delà en raison de sa diffusion sur les réseaux sociaux.

Alors qu’elle assiste et filme la procession, une fidèle du temple Siva situé dans le centre ville de Saint-Paul est apostrophée par le président du temple qui la « prend par le bras » et la « pousse ». Celui-ci ordonne à la fidèle de quitter les lieux sur le champ en lui disant qu’elle n’a rien à faire là.

Mise en ligne par celle qui a été expulsée, la vidéo a choqué des internautes lorsqu’ils ont en plus appris que l’auteure de la vidéo est une dame de 70 ans et « handicapée orthopédique », comme elle se présente.

A en croire les internautes, ni le lieu ni le moment, en plus venant d’un religieux, n’étaient appropriés pour une telle « humiliation », comme le qualifiera l’intéressée elle-même.

En commentaires, certains défendent la fidèle et d’autres l’application du règlement :

Contacté, le président du temple Siva Soupramanien situé rue Saint-Louis apporte sa version.

« En tant que président de l’association et avec les membres du conseil d’administration, on a la charge de la gestion de l’espace et donc comme dans toute manifestation, il y a des barrières qui sont mises pour que personne n’entre dans l’enceinte réservée aux pénitents. Ce jour-là on attendait entre 5 à 6000 personnes. Et il se trouve que cette dame s’est retrouvée dans l’enceinte. Alors que j’avais demandé au service d’ordre de mettre deux filtres et un parcours bien identifié, je me demande comment elle a pu malgré tout passer… », s’étonne Serge Ajaguin Soleyen alors que « tout le monde a respecté les consignes ».

Le président du temple, qui est aussi vice-président de la Fédération tamoule, a néanmoins sa petite idée grâce à un témoignage. « Le jour du cavadee, il y avait un unique passage qui était mis en place et filtré à deux endroits dans le but de protéger les pénitents qui portent le cavadee et les aiguilles et surtout éviter les mouvements de foule », dit-il. « Si l’on en croit les réseaux sociaux, on a une partie de la réponse car une personne l’aurait aidée à décrocher son saree de la barrière fermée. C’est ce qui laisse penser qu’elle aurait forcé le passage », avance-t-il comme hypothèse. Une version que la fidèle ne souhaitera pas commenter lors d’un échange privé avec un administrateur du temple.

En réponse à la vigueur de son intervention envers cette dame handicapée, le président précise que, sur le moment, « nous on ne le sait pas ». « Si je n’agis pas à ce moment-là, les autres fidèles vont se dire pourquoi cette dame bénéficie d’un passe-droit… », tente-t-il de renverser l’indignation des internautes.

De plus, le président certifie avoir rappelé « chaque soir, au micro », qu’il s’agissait d’un « endroit réservé ». Mais voilà, souligne-t-il, la fidèle avec laquelle cet accro s’est produit, n’était justement pas présente les soirs des célébrations comme elle l’avouera elle-même à un autre administrateur du temple après l’incident.

A son tour offensif, Serge Ajaguin Soleyen ajoute que la fidèle a d’ailleurs « bravé une autre interdiction ». Toujours si l’on en croit les photos postées en ligne, « aux environs de 15 heures ce dimanche, elle a pris en photo les divinités avant la procession », fait savoir le président. Là aussi il s’agit d’une pratique interdite. « C’était dimanche, au septième jour de la fête. Ça veut dire qu’elle se croit tout permis », ajoute le président du temple de Saint-Paul. Ses explications vont-elles faire tempérer les critiques qui ont pu être publiées sur les réseaux depuis 48 heures comme celle d’un membre d’une personnalité publique de la commune et membre du collectif des poussaris de La Réunion ?

Thèmes : Cavadee | Tamoul
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
53 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Emmanuel Séraphin : “Le Grand Boucan sur le front de mer est un choix du cœur”

Ce dimanche, la 26e édition du Grand Boucan promet encore du grand spectacle. Pour la seconde année consécutive, le front de mer de Saint-Paul sera au cœur des festivités, un déménagement désormais acté comme définitif. L’année dernière, plus de 60 000 personnes avaient fait le déplacement pour assister à l’embrasement du roi Dodo.

Vents forts : Prudence sur la Nouvelle Route du Littoral

Le CRGT informe qu’en raison des prévisions de Météo France annonçant des conditions météorologiques dégradées et d’importantes rafales de vent dès ce soir, la circulation entre Saint-Denis et La Possession sera réglementée à partir de 20h ce mercredi 12 juin jusqu’au vendredi 14 à 6h, interdisant la circulation des deux roues sur le Viaduc de la Nouvelle Route du Littoral et limitant la vitesse à 70 km/h pour tous les véhicules.

3e édition de la Journée mondiale des donneurs de sang à CIMENDEF ce vendredi

La 3e édition de la Journée mondiale des donneurs de sang se tiendra à Saint-Paul ce vendredi. Elle permet de remercier les donneurs, tous ceux qui s’engagent pour le don de sang, et rappeler le caractère essentiel de ce geste avant une période délicate pour l’Établissement français du sang (EFS) : celle des grandes vacances scolaires à la Réunion.