Société

Errance animale: Frémissement du côté des élus, alertés par l'AMDR


La quatre voies de l'Etang Salé, vision trop souvent banale sur le bord des routes
La quatre voies de l'Etang Salé, vision trop souvent banale sur le bord des routes
150 000 animaux errants à La Réunion selon l'association des maires. Un chiffre relativement stable depuis une quinzaine d'années.

Ce mercredi matin à l'étang-Salé, services de l'État, associations, entreprises privées et quelques élus ont répondu à l'appel lancé par l'AMDR sur la problématique de l'errance animale dans le département. 

Les différents intervenants ont débattu des solutions existantes et "insuffisantes" de stérilisation et d'euthanasie des chiens errants. 5 millions d'euros seraient ainsi dépensés par an pour euthanasier des animaux et ramasser les cadavres qui jonchent les routes de l'île. 

Des chiens dit "communautaires" pour la plupart. Pour un représentant d'une association, ces animaux évoluant dans un quartier n'appartenant à personne en particulier mais tout de même nourris par les habitants, soulèvent non seulement la question de la responsabilité de chacun mais également les rapports entre hommes et animaux. 

Sale image pour la destination

Karolina Pavadé, animatrice mandatée par l'AMDR a dressé un premier bilan à l'issue des débats. "Le manque de coordination entre les différents acteurs est le point essentiel. Nous proposerons donc la création d'un comité de pilotage avec les différents acteurs".

Action en milieu scolaire, intervention de médiateurs sociaux dans les quartiers, formation professionnelle auprès des équipes sur le terrain, autant de propositions qui devront également être soumises aux collectivités.

"L'enjeu est de faire comprendre aux élus qu'ils doivent prendre à bras-le-corps ce problème, leur montrer qu'il a un impact sur l'image de La Réunion et donc sur le tourisme".

Les problèmes sanitaires potentiels, les cas sans cesse relatés de maltraitance envers les animaux ou encore les attaques de troupeaux font également partie de cette problématique de l'errance animale à La Réunion, traitée quasi exclusivement par des euthanasies de masse par nos intercommunalités (Cirest, Cinor, Tco, Civis, Casud).
 

Matinée de séminaire pour les élus présents ou leurs représentants administratifs, aux côtés des bénévoles d'associations :
Errance animale: Frémissement du côté des élus, alertés par l'AMDR

Autre fléau, la vente sans contrôle par petites annonces des animaux comme des marchandises :
Errance animale: Frémissement du côté des élus, alertés par l'AMDR
Jeudi 29 Octobre 2015 - 09:05
Lu 2177 fois




1.Posté par kirikou mort de rire le 29/10/2015 08:50 (depuis mobile)
..montrer qu''il a un impact sur l''image de La Réunion et donc sur le tourisme".

Ah si il y a une incidence sur le tourisme il faut faire quelque chose, si non pas ce n''est pas grave.

C''est quand le séminaire sur l''errance de certain de l''AMDR?

2.Posté par Cool le 29/10/2015 11:02 (depuis mobile)
Et que dire de l'errance d'anciens élus repris de justice gagnant 5000 € par mois à l'amdr ?

Là aussi c'est une très mauvaise image pour la réunion et ses habitants !

Ahh MDR !

3.Posté par Sauvages ! le 29/10/2015 12:04
Pauvre chien étranglé sur la photo ! Pauvres salopards maltraitants et autres indifférents ! Dire qu'ils sont si fidèles et loyaux eux ! HONTEUX !!

4.Posté par Athena le 29/10/2015 11:53
Cyril Mimilcaro pourrait utilement occuper son temps libre, qu'il a très important, à ramasser les chiens errants... Pour une fois il ferait quelque chose d'utile pour la collectivité, ça le changerait

5.Posté par croc blanc le 29/10/2015 14:16
lé vrais i passe pas po l'image donné a l'île....
mais en mêmes temps et sans que les gens ne puisse rein faire car il ne le savent pas, l'union l'Européenne utilise 11,5 millions d'animaux a des fin scientifique dont 2 millions pour la France.....

L’éventail des expériences est extrêmement vaste. Les expériences de toxicologie par exemple vont des pesticides aux polluants environnementaux, en passant par les produits d’entretien ménager, d’hygiène, les additifs alimentaires, les colles, les solvants. Les expériences de psychologie peuvent soumettre les animaux au stress, à l’anxiété, l’isolement, la privation de sommeil, ou à la dépression. Et l’on peut facilement imaginer en quoi consistent les expériences sur la cicatrisation, les brûlures, les ulcères, ou des maladies extrêmement douloureuses comme la polyarthrite.

Il y a également des expériences militaires : les armes chimiques et bactériologiques sont testées sur les animaux. Personne n’imagine que le spectre est si vaste......

et oui tous sa pour nous.....

aux cas où sa VOUS parle voilà des liens pouR voir quelle marque de produit font des test sur les animaux avant de nous les vendre.......

http://www.lesfilsdelaloideun.com/t211-les-produits-des-societes-suivantes-sont-testes-sur-des-animaux?highlight=liste+des+produits+de+beautés+testé+sur+les+animaux

voila juste pour informé un peu.....

6.Posté par Sauvages ! le 29/10/2015 21:43
Inutile de surnechérir pour se déculpabiliser et continuer ! On le sait que beaucoup d'atrocités se passent ailleurs et autrement . Là c'est ici et maintenant errance et maltraitance chiens/chats et autres sur l'ile !^^

7.Posté par EKOLO le 30/10/2015 17:39
"L'enjeu est de faire comprendre aux élus qu'ils doivent prendre à bras-le-corps ce problème, leur montrer qu'il a un impact sur l'image de La Réunion et donc sur le tourisme".

C'est un "enjeu", ça ?
N'importe quel couillon comprend instantanément que ça a un impact sur l'image de notre île, et donc forcément sur le tourisme.
Si un élu n'est pas capable de le comprendre lui-aussi instantanément, c'est très simple : qu'il prenne sa retraite.

J'ai moi-même fait partie d'associations de protection animale.
Dans chaque dossier de demande de subvention, il y a un cadre dans lequel on doit expliquer en quoi notre action présente un intérêt pour la collectivité sollicitée (Commune, CIVIS, Région).
Et je peux vous dire que pour notre part, on a toujours mis en avant la préservation de l'image de l'île.
Alors ne venez pas nous dire que les élus n'en sont pas conscients.

On va faire des campagnes de sensibilisation auprès de la jeunesse ?
Ah bon, c'est les enfants qui font la loi à la case ? Qui financent la nourriture, les soins des animaux ?
Ou bien vous comptez sur des effets à + ou - long terme ?

Ce que je sais, pour avoir vécu suffisamment d'années à la Réunion avant de partir en famille habiter en métropole, c'est qu'il y a 30 ans, il y avait largement moins de voitures sur les routes qu'à l'heure actuelle. On laissait nos animaux se promener tranquillement, sans grande crainte qu'ils ne se fassent écraser. On ne voulait pas les attacher, les enfermer en permanence, on les laissait libres parce que c'est leur nature d'être libres. On les nourrissait et les soignait quand on en avait les moyens.
Et beaucoup, parmi ces personnes qui vivaient à cette époque, aujourd'hui âgées pour la plupart, ont gardé ces habitudes. C'est bête à dire, mais la Réunion a changé tellement vite, dans les années 90, que certains n'ont pas suivi le changement. D'où la présence d'animaux errants.

Sans compter tous les gens qui ont quitté l'île (Réunionnais comme Métropolitains) en abandonnant leurs animaux dans la nature. Ils préféraient donner une chance à leurs animaux d'être adoptés par d'autres ou simplement de vivre encore quelques années en liberté, plutôt que de les amener à la fourrière où la mort est inéluctable.
Voilà en partie ce qui explique la prolifération des chiens et chats (qui se reproduisent bien évidemment entre eux par la suite).

Que dire, que faire maintenant ?
Les politiques de financement de la stérilisation pour les non-imposables sont une très bonne chose. On sait aussi que des gens imposables passent par des gens non-imposables pour faire stériliser leurs animaux gratuitement.
Pour le reste, on ne peut pas faire grand chose.
Même en légiférant, en réglementant, ça sera inefficace. Les forces de l'ordre ont bien trop de travail à cause de l'incivilité humaine, pour faire appliquer les lois sur les animaux à chaque fois que ça serait nécessaire.

On ne peut que compter sur les associations de protection animale.
Mais les moyens manquent parfois (de plus en plus souvent même, ce qui est normal vu que les collectivités ont de moins en moins de moyens), les conflits d'égo freinent leur efficacité ...
Et il y a trop de stigmatisation gratuite à l'encontre des "Réunionnais". Comme d'habitude quand on est stigmatisé à longueur de temps, on finit par s'énerver et faire des choses malheureuses qu'on n'aurait pas faites sinon.
Que les associations arrêtent d'accuser aveuglément la population, et peut-être que cette dernière collaborera efficacement.
Ca serait déjà une bonne chose.

Mais ne venez pas nous dire que les élus ne sont pas conscients de la situation et des dommages qu'elle entraîne. Ils ont certainement leurs défauts (comme tout le monde), mais ils sont loin d'être aussi couillons que vous tendez à le faire croire.
Simplement, ils ne peuvent pas changer le monde à eux tous seuls.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 09:32 Saint-Pierre: Un requin bouledogue prélevé

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales