Revenir à la rubrique : Océan Indien

Wakashio : Sébastien Lecornu annonce l’envoi de 3 experts français dès demain à Maurice

La France au chevet de l’île Maurice. Le ministre des Outre-mer restitue ce dimanche soir les échanges qu’il a eus un peu plus tôt dans la journée avec le Premier ministre Mauricien. Dès sa descente d’avion ce soir sur le tarmac du Détachement air 181 à Gillot, Sébastien Lecornu tient un point presse. Suivez notre direct :

Ecrit par zinfos974 – le dimanche 16 août 2020 à 19H33

La Réunion, au nom de la France, a répondu à l’appel à l’aide lancé par les autorités mauriciennes pour tenter de limiter la marée noire causée par le naufrage du Wakashio. Un avion tactique de transport militaire ainsi que le bâtiment d’assistance outre-mer le Champlain de la Marine nationale transportant à leurs bords du matériel de lutte contre la pollution, sont arrivés sur l’île soeur dimanche dernier. Mais l’aide de la France se voit complétée aujourd’hui par l’annonce d’un renfort d’experts en pollution marine.

Sébastien Lecornu a troqué ce dimanche ses habits de ministre des Outre-mer pour celui de chef de la diplomatie française. Au cours d’un voyage express à l’île Maurice entamé ce dimanche matin pour se finir vers 18H ce dimanche, le ministre français a pu se faire une idée de l’ampleur de la catastrophe écologique dans laquelle l’île soeur est embourbée depuis une semaine.

Et ce problème pourrait toucher à la marge notre île puisque Sébastien Lecornu a révélé ce matin, à l’issue d’un point avec le préfet Jacques Billant et la Marine nationale, qu’« une arrivée de boulettes d’hydrocarbures sur les côtes de La Réunion ne peut pas être exclue à ce stade. »

La France offre pleinement, depuis quelques jours, toute son expertise pour assister l’île soeur qui est confrontée à une marée noire due à l’échouage du navire japonais le Wakashio.  

Au cours d’une séance de travail avec le Premier ministre Pravind Jugnauth et les ministres mauriciens des affaires étrangères et de l’environnement, Sébastien Lecornu a confirmé aux autorités mauriciennes l’envoi par la France de trois experts anti-pollution du CEPPOL (Centre d’Expertises Pratiques de lutte antiPOLlution) et du CEDRE*.

Ces trois experts seront placés auprès des autorités mauriciennes au Centre de commandement de la lutte anti-pollution. Ils seront acheminés à Maurice depuis La Réunion en début de semaine.

*Association à mission de service public experte en pollutions accidentelles des eaux

Sur des images de Marine Abat

 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

85 cas de choléra à Mayotte, dont 68 autochtones

Le dernier communiqué publié ce vendredi par Santé Publique France fait état de 85 cas de choléra recensés sur l’île de Mayotte. Sur ce total, 17 cas proviendraient de personnes arrivées en provenance des Comores.

Mayotte : L’épidémie de choléra s’étend à un nouveau quartier

L’épidémie de choléra qui sévit actuellement à Mayotte continue de susciter l’inquiétude, notamment après la confirmation hier d’un cas dans un nouveau quartier de l’île, portant le total à 67 personnes infectées.
Parmi les victimes figure une fillette de trois ans décédée la semaine dernière.

Comores : Azali remercie Macron pour l’aide de la France dans la lutte contre le choléra

Dans un communiqué, la présidence de l’Union des Comores résume la teneur d’un entretien téléphonique entre les présidents Azali Assoumani et Emmanuel Macron. Selon la version officielle, nulle allusion n’aurait été faite à l’opération Wuambushu 2, qui vise les ressortissants comoriens en situation irrégulière à Mayotte. Ce serait l’immigration en provenance de l’Afrique des Grands lacs et ses conséquences, en premier lieu l’épidémie de choléra, qui seraient au centre des préoccupations d’Emmanuel Macron.