Revenir à la rubrique : Faits divers

Violences conjugales : « Je ne suis pas fait pour les femmes, je suis trop jaloux ! »

Paul L., 28 ans, comparaissait dans le cadre de la comparution immédiate pour des faits de violences sur conjoint en date du 10 août dernier dans la commune de Saint-Benoît. Il comparaissait devant le tribunal en état de récidive pour des faits de même nature datant de 2019.

Ecrit par zinfos974 – le mercredi 12 août 2020 à 17H02

Paul L. est du genre jaloux, voire très jaloux. Le 10 août dernier, alors qu’il rentre du travail, une dispute éclate car il veut savoir ce qu’il y a sur le portable de sa compagne. La jeune femme ne se laisse pas faire et, en retour, reçoit de violents coups de poing. Elle alerte ses parents et sa soeur qui décident d’appeler les gendarmes. Après consultation, elle reçoit une ITT de 6 jours pour des traces de coups à l’oreille, à la paupière ainsi qu’aux lèvres. L’ORL constatera d’un tympan percé, ne laissant aucun doute sur la violence des coups reçus. 

Les gendarmes se déplacent et, après consultation des antécédents du conjoint, décident de la placer en garde à vue. Pour ne rien arranger à sa situation, Paul L. est déjà sous écrou. Il a été placé sous bracelet électronique par le juge d’application des peines lors de son dernier passage au tribunal. « Je sais, on m’a donné une chance » reconnaît-il à la barre concernant son bracelet. S’il regrette son geste, ses explications sont pour le moins douteuses : « Elle et moi, on est deux étincelles et c’est le feu qui prend » explique-t-il à la présidente. « J’ai compris que je suis pas fait pour les femmes, je suis trop jaloux » conclut-il. 

« ll est incapable de se contrôler et en plus, il est en récidive »

« Il essaye de justifier à tout prix qui il est, mais vous êtes là pour juger les faits de violences qui se sont passés le 10 août » assène la procureure de la République. « C’est une infraction grave qui s’est produite devant leur enfant de 11 mois. Il s’agit de coups de poing violents portés par monsieur sur madame. Il est incapable de se contrôler et en plus, il est en récidive. Je vous demande une peine de 10 mois de prison dont 4 assortis d’un sursis probatoire, la révocation du sursis de 5 mois ainsi qu’un mandat de dépôt » requiert le parquet.

« Les deux ont un caractère fort ! De plus, lors de son audition, elle a dit que c’est quelqu’un de bien » indique la défense. « Elle n’est pas là aujourd’hui et ne demande rien. Il a commis une erreur et il le sait, nous faisons tous des erreurs. Il a 3 enfants et un travail, je vous demande de ne pas délivrer de mandat de dépôt à son encontre » plaide l’avocate de Paul L. Après délibération, le tribunal condamne le prévenu à 6 mois de prison assortis d’un mandat de dépôt et lui rappelle au passage qu’il était déjà sous écrou ! La présidente révoque également le sursis de 5 mois. Pour faire simple, Paul L. va passer de son salon à Domenjod pour une durée totale de 11 mois. 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

RN2 de Saint-André : Accident dans le secteur de Petit Bazar

Sur la RN2 à Saint André, suite à un accident qui s’est produit dans le secteur de Petit Bazar, la route a été fermée à la circulation en milieu de matinée dans le sens Nord/Est avec une déviation par la bretelle de sortie de l’échangeur, et la RN2002. Un sur-accident est ensuite survenu. La route a finalement pu être rouverte à la circulation en fin de matinée.

Prise illégale d’intérêts : Condamné, Olivier Rivière échappe à l’inéligibilité

En octobre 2020, Olivier Rivière était condamné en première instance pour prise illégale d’intérêts et concussion. Contestant tout, le maire de Saint-Philippe avait été rejugé en appel à sa demande. Le 25 mars 2021, il était condamné à trois ans d’inéligibilité et à huit mois de prison avec sursis en appel et annonçait son pourvoi en cassation qui a prospéré. Ce jeudi, alors que les mêmes peines ont été proposées à la cour, il n’écope pas d’inéligibilité, mais de huit mois de prison avec sursis et de 10.000 euros d’amende.