Revenir à la rubrique : Faits divers

Violences conjugales : Adrien Quatennens condamné à 4 mois de prison avec sursis

L'ancien numéro deux de La France insoumise, Adrien Quatennens, comparaissait ce matin à Lille dans une procédure de "plaider-coupable" après les accusations de sa femme selon lesquelles il l'aurait giflée et harcelée par SMS. Il a été condamné à 4 mois de prison avec sursis.

Ecrit par 1654 – le mardi 13 décembre 2022 à 13H41

L’ancien numéro deux de La France insoumise, Adrien Quatennens, a été condamné ce matin à quatre mois de prison avec sursis, à Lille, dans une procédure de « plaider-coupable ». La révélation par son épouse, avec qui il est en instance de divorce, qu’elle avait reçu une gifle et des SMS répétés, l’avaient contraint de se mettre en retrait temporairement de son activité de député et du poste de coordonnateur de LFI.

Adrien Quatennens était présenté comme le « chouchou » de Jean-Luc Mélenchon. Après l’avoir dans un premier temps soutenu, provoquant une profonde crise au sein de LFI avec la montée au créneau des militantes féministes, le « patron » du mouvement ne s’est plus prononcé sur le sujet depuis.

La crise ne semble cependant pas être complètement éteinte pour autant. Manuel Bompard, qui doit prochainement prendre la tête de la coordination de LFI, une instance toute nouvelle mise en place sans aucune concertation ni élection et en écartant certaines figures historiques du mouvement, a déclaré hier sur France Inter que « le sujet sur lequel nous réfléchissons, c’est quelles sont les conditions, quelles sont les modalités d’un éventuel retour« . Preuve s’il en était besoin que Jean-Luc Mélenchon n’a pas abandonné l’idée d’un retour de son poulain et d’en faire son successeur.

Manuel Bompard a ajouté que « personne » au sein du groupe parlementaire ne considère qu’un « retour est impossible« .

De son côté, la députée LFI de Seine-Saint-Denis Clémentine Autain a accordé hier une interview à Libération dans laquelle elle n’écarte pas totalement, a priori, cette hypothèse, sans dire pour autant qu’elle l’approuve « Une fois que nous serons éclairés par la décision de justice, nous prendrons à nouveau une décision politique sur sa place à nos côtés« , a-t-elle indiqué, ajoutant qu’il faut également « prendre au sérieux la parole de Céline Quatennens« .

Adrien Quatennens pour sa part a fait savoir, par le biais de son entourage, qu’il « compte revenir« , mais qu’il se pliera aux « conditions soumises par le groupe« , affirme Le Figaro.

Ce retour risque cependant de ne pas être un long fleuve tranquille. Dans un communiqué publié hier, le collectif féministe #NousToutes réclame sa démission immédiate. « Un homme violent ne peut représenter les femmes victimes de violence sur le territoire français », a-t-il affirmé.
 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Soubaya Camatchy, d’accusé à victime : son co-détenu jugé pour viol et violences répétées

Condamné à 10 ans de réclusion criminelle pour tentative d’assassinat, Soubaya Camatchy n’en a pas fini avec la justice. Suite à une décision de la chambre de l’instruction ce mardi, c’est en tant que victime de viol et de violences répétées qu’il va retrouver la juridiction criminelle. Les magistrats de la chambre viennent de confirmer l’ordonnance de mise en accusation de son co-détenu, accusé de l’avoir agressé et violenté durant ses premiers jours de détention provisoire.

Un trafic international de stéroïdes démantelé

C’est une enquête de l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique de La Réunion (OCLAESP) qui a permis de mettre à jour et démanteler un trafic international de stéroïdes anabolisants. Plusieurs personnes ont été interpellées à La Réunion et en métropole. Tout est parti de l’interception d’un colis par les douanes de La Réunion.