Revenir à la rubrique : Société

Université de La Réunion : Le Conseil d’État confirme la suspension de Frédéric Miranville

Le président de l'Université de La Réunion, a été suspendu pendant un an par la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche suite à des dysfonctionnements observés. Frédéric Miranville a demandé l'annulation de cette décision pour excès de pouvoir. Le Conseil d'État a rejeté sa requête. Sa suspension est donc confirmée.

Ecrit par N.P. – le mercredi 29 mai 2024 à 11H28

Suspendu de ses fonctions de président de l’Université de La Réunion jusqu’au 9 octobre 2024, Frédéric Miranville avait déjà intenté (et perdu) deux recours devant le Conseil d’état.

La juridiction suprême avait d’abord rejeté un premier référé en suspension justifié par le requérant au motif, notamment, qu’il se trouvait privé de ses primes, alors même que l’arrêté signé par la ministre de l’Enseignement supérieur Sylvie Retailleau lui permettait de conserver son traitement de président de l’Université.

Le Conseil d’état avait fait valoir que rien n’indiquait que l’absence de ces primes pouvait être la cause d’un quelconque problème financier pour Frédéric Miranville.

Pour son second référé, l’ancien président de l’Université de La Réunion avait cette fois argué d’une suspension discrétionnaire compromettant selon lui le fonctionnement normal de l’université, ce que les magistrats n’avaient pas retenu en soulignant « la continuité de la gouvernance » et en rejetant la notion d’urgence de son recours.

La ministre de l’Enseignement supérieur a pris la bonne décision

Mardi 28 mai, le Conseil d’état a tranché sur le fond en confirmant la suspension de Frédéric Miranville, en estimant que les motifs avancés dans l’arrêté ministériel de Sylvie Retailleau justifiaient pleinement la mise en retrait de l’ancien président, en attendant que les enquêtes judiciaires tranchent sur d’éventuelles poursuites pénales.

« L’inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche a conduit une enquête administrative à l’issue de laquelle elle a remis à la ministre, en juillet 2023, un rapport et saisi le procureur de la République en application de l’article 40 du code de procédure pénale. Le rapport d’inspection relève notamment la mise en place d’un  » système harcelant institutionnalisé « ,  » suscité et permis par le président « , dont  » le déploiement et la permanence reposent aussi sur l’appui de certains membres de l’équipe présidentielle et de cadres administratifs « , ainsi que des faits de harcèlement moral commis par le président au préjudice d’au moins trois agents de l’université et le fait qu’au minimum dix autres personnes connaissent ou ont connu dans l’établissement, au cours de la période récente,  » des situations de mal-être ou d’atteinte à leur dignité par des actes de management inapproprié  » », relève ainsi la décision du Conseil d’état.

La juridiction suprême considère qu’au vu des informations dont elle disposait au moment où les faits lui ont été signalés, la ministre de l’Enseignement supérieur a pris la décision qui s’imposait en suspendant Frédéric Miranville.

Les magistrats rappellent par ailleurs que ce dernier ne peut prétendre présider le conseil d’administration de l’établissement universitaire jusqu’au terme de sa suspension, le 9 octobre prochain.

[Pierrot Dupuy] Un volontaire pour expliquer à Frédéric Miranville qu’il n’est plus président de l’université ?

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
31 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Élections législatives anticipées de 2024 : Où et comment faire une procuration ?

À l’approche des élections législatives anticipées qui se dérouleront les 30 juin et 7 juillet prochains, le ministère de l’Intérieur et des Outre-mer renouvelle le dispositif de procuration entièrement dématérialisée déjà mis en œuvre lors des élections européennes de 2024. Déjà 60.000 procurations ont été remplies en 48 heures contre 25.000 sur la même période lors du dernier scrutin.

La flamme olympique embrase le chaudron du Jardin de l’Etat

Le relais de la flamme olympique s’est déroulé ce mercredi 12 juin à La Réunion. Après avoir été allumée au Piton de la Fournaise, elle a voyagé toute la journée à travers l’île pour venir illuminer en fin de journée le Jardin de l’Etat. Retour en images.

La vigilance vents forts passe en orange cette nuit

Météo France annonce que les conditions climatiques vont se dégrader cette nuit. Le nord, l’ouest, le sud et le sud-est vont passer en vigilance orange vents forts à 4 h du matin. À noter que l’est, plus épargné par les vents, sera sous une vigilance jaune fortes pluies/orages.

Vents forts : Prudence sur la Nouvelle Route du Littoral

Le CRGT informe qu’en raison des prévisions de Météo France annonçant des conditions météorologiques dégradées et d’importantes rafales de vent dès ce soir, la circulation entre Saint-Denis et La Possession sera réglementée à partir de 20h ce mercredi 12 juin jusqu’au vendredi 14 à 6h, interdisant la circulation des deux roues sur le Viaduc de la Nouvelle Route du Littoral et limitant la vitesse à 70 km/h pour tous les véhicules.