Revenir à la rubrique : Social

Solidaires Finances Publiques : « La réforme nuit gravement à la santé des agents et au service public »

Solidaires Finances Publiques a publié un rapport pointant du doigt la dégradation du travail qui a lieu depuis une dizaine d’années au sein des Finances Publiques. Ils ont intitulé ce rapport « la réforme nuit gravement », car elle nuit gravement à la santé des agents et au Service Public selon eux. « 40 000 emplois d’agents ont […]

Ecrit par – le mercredi 22 janvier 2020 à 16H26

Solidaires Finances Publiques a publié un rapport pointant du doigt la dégradation du travail qui a lieu depuis une dizaine d’années au sein des Finances Publiques. Ils ont intitulé ce rapport « la réforme nuit gravement », car elle nuit gravement à la santé des agents et au Service Public selon eux. « 40 000 emplois d’agents ont été supprimés à la DGFIP au cours de ces années, mais les charges, quant à elles, ne baissent pas malheureusement », confie Magali Billard.

« C’est une évolution qui va s’accentuer et qui entraîne automatiquement une baisse de la qualité du service rendu aux usagers », confie-t-elle. Bien que la dématérialisation est venue améliorer certaines parties du travail, elle est venue aussi en complexifier d’autres. « L’informatique ne peut pas devenir un objectif en soi, l’informatique n’est qu’un moyen. (…)  En forçant les gens à aller vers l’informatique, on les perd, on en exile certains, du coup quand ils reviennent vers nous ils sont d’autant plus exigeants », explique Magali Billard. 

À noter également une dégradation du management. Les manageurs sont déconnectés de la réalité et privilégient la quantité à la qualité. Le travail est devenu très sectorisé avec des changements permanents, où les agents n’ont plus le temps d’apprendre leur métier. « Cette déconstruction permanente des services est dangereuse pour la santé des agents, mais aussi pour le service public et les usagers », explique Magali Billard.

« Et le pire c’est ça, quand on ne comprend plus ce que l’on doit expliquer, on a eu l’exemple avec le prélèvement à la source », explique Magali Billard. « Les gens s’agacent et se méfient et c’est ce qui entraîne cette suspicion contre l’impôt », ajoute-t-elle. Même au niveau interne, la communication est compliquée. Son collègue Pascal Valiamin n’a pas peur de dire que La Réunion est un vrai paradis fiscal, « car on n’a pas assez de moyens humains pour tout contrôler ». 

Depuis plus de 20 ans, il y a sans cesse de nouvelles réformes administratives. Une nouvelle sur la géographie revisitée est en discussion, mais « on n’est pas prêt », confie Pascal Valiamin. De plus, alors qu’elle envisage la création de nouveaux sites, aucune démarche n’a été réalisée auprès des communes concernées. « Et si ces centres voient le jour, ils seraient dirigés par la commune elle-même, comme c’est déjà le cas à Saint-Joseph », explique-t-il.

Une autre promesse a été faite aux usagers, celle des Maisons France Services (MFS), qui devaient voir le jour au 1er janvier 2020. Alors que les usagers pensent pouvoir se rendre à un seul et même endroit pour accéder à plusieurs services, comme les finances publiques, la CAF ou Pôle Emploi, ces derniers tomberont nez à nez avec un interlocuteur non qualifié, qui le redirigera au mieux vers les services concernés pour un rendez-vous. 

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

MFR : Les salariés poursuivent leur mouvement de grève

En grève illimitée depuis la semaine dernière pour exiger de meilleures conditions de travail, les salariés de la Maison familiale rurale (MFR) située à la Plaine-des-Palmistes ont décidé de poursuivre leur mouvement, toujours soutenu par l’Union régionale 974 (UR974).

« Plusieurs chantiers déjà inscrits dans le calendrier social de cette année », assure le Département

Si la collectivité départementale assure respecter le droit de grève « consacré par la constitution », elle exprime néanmoins ses regrets face au mouvement de grève entamé ce jeudi devant ses grilles à l’appel des syndicats SAMFFA et SNT, rappelant la réunion avec la Direction Générale et les services du 27 février dernier, « où des réponses ont été apportées aux points soulevés ».

Département : « Un malaise croissant au sein du personnel »

Le climat social se tend au Conseil départemental, avec une action conjointe ce jeudi des syndicats SAMFFA (Syndicat Assistants Maternels, Assistants Familiaux, Accueillants familiaux) et SNT/CFE-CGC (Syndicat national des Territoriaux CFE/CGC) en soutien aux droits et intérêts des agents. Les griefs portent sur les orientations de l’action sociale départementale, les conditions de travail et les effets délétères sur le personnel.

Mairie de St-Benoit : Les syndicats boycottent le CST et demandent à rencontrer le maire

La mise en place des nouveaux membres du Comité Social Territorial (CST) ne suffit pas à apaiser les tensions au sein de la mairie de St-Benoit, dénoncent les représentants syndicaux. Ces derniers ont décidé de ne pas prendre part au CST convoqué ce mercredi, reprochant au maire, Patrice Selly, une « absence de dialogue social ». Ils tiennent malgré tout à le rencontrer dans les plus brefs délais.