Revenir à la rubrique : Social

Solidaires Finances Publiques : « La réforme nuit gravement à la santé des agents et au service public »

Solidaires Finances Publiques a publié un rapport pointant du doigt la dégradation du travail qui a lieu depuis une dizaine d’années au sein des Finances Publiques. Ils ont intitulé ce rapport « la réforme nuit gravement », car elle nuit gravement à la santé des agents et au Service Public selon eux. « 40 000 emplois d’agents ont […]

Ecrit par zinfos974 – le mercredi 22 janvier 2020 à 16H26

Solidaires Finances Publiques a publié un rapport pointant du doigt la dégradation du travail qui a lieu depuis une dizaine d’années au sein des Finances Publiques. Ils ont intitulé ce rapport « la réforme nuit gravement », car elle nuit gravement à la santé des agents et au Service Public selon eux. « 40 000 emplois d’agents ont été supprimés à la DGFIP au cours de ces années, mais les charges, quant à elles, ne baissent pas malheureusement », confie Magali Billard.

« C’est une évolution qui va s’accentuer et qui entraîne automatiquement une baisse de la qualité du service rendu aux usagers », confie-t-elle. Bien que la dématérialisation est venue améliorer certaines parties du travail, elle est venue aussi en complexifier d’autres. « L’informatique ne peut pas devenir un objectif en soi, l’informatique n’est qu’un moyen. (…)  En forçant les gens à aller vers l’informatique, on les perd, on en exile certains, du coup quand ils reviennent vers nous ils sont d’autant plus exigeants », explique Magali Billard. 

À noter également une dégradation du management. Les manageurs sont déconnectés de la réalité et privilégient la quantité à la qualité. Le travail est devenu très sectorisé avec des changements permanents, où les agents n’ont plus le temps d’apprendre leur métier. « Cette déconstruction permanente des services est dangereuse pour la santé des agents, mais aussi pour le service public et les usagers », explique Magali Billard.

« Et le pire c’est ça, quand on ne comprend plus ce que l’on doit expliquer, on a eu l’exemple avec le prélèvement à la source », explique Magali Billard. « Les gens s’agacent et se méfient et c’est ce qui entraîne cette suspicion contre l’impôt », ajoute-t-elle. Même au niveau interne, la communication est compliquée. Son collègue Pascal Valiamin n’a pas peur de dire que La Réunion est un vrai paradis fiscal, « car on n’a pas assez de moyens humains pour tout contrôler ». 

Depuis plus de 20 ans, il y a sans cesse de nouvelles réformes administratives. Une nouvelle sur la géographie revisitée est en discussion, mais « on n’est pas prêt », confie Pascal Valiamin. De plus, alors qu’elle envisage la création de nouveaux sites, aucune démarche n’a été réalisée auprès des communes concernées. « Et si ces centres voient le jour, ils seraient dirigés par la commune elle-même, comme c’est déjà le cas à Saint-Joseph », explique-t-il.

Une autre promesse a été faite aux usagers, celle des Maisons France Services (MFS), qui devaient voir le jour au 1er janvier 2020. Alors que les usagers pensent pouvoir se rendre à un seul et même endroit pour accéder à plusieurs services, comme les finances publiques, la CAF ou Pôle Emploi, ces derniers tomberont nez à nez avec un interlocuteur non qualifié, qui le redirigera au mieux vers les services concernés pour un rendez-vous. 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Les journalistes du Quotidien campent devant le tribunal

Une vingtaine de journalistes du Quotidien de La Réunion se sont installés devant le tribunal judiciaire de Saint-Denis. Une décision est attendue ce mercredi sur le sort du média placé en liquidation judiciaire depuis le 4 octobre.

Débrayage des préparateurs en pharmacie au CHOR

Une vingtaine de préparateurs en pharmacie hospitalière ont manifesté leur colère ce jeudi et ont pris part au mouvement de grogne nationale. Ils demandent notamment une révision des échelons et l’officialisation du diplôme d’État.

L’avenir du Quotidien de La Réunion entre les mains du tribunal de commerce

Alfred Chane-Pane et Henri Nijdam ont défendu leur projet respectif de reprise du Quotidien, mercredi après-midi à la barre du tribunal de commerce de Saint-Denis. Le premier a fait valoir le fait qu’il détenait une imprimerie ultra-moderne, tandis que le second a rehaussé son compte courant d’associés à 1,5 million d’euros. Le délibéré interviendra le 3 avril.