Revenir à la rubrique : Politique | Société

Saint-Leu : Le projet de la Maison de la mer révisé

Alors que les ouvriers semblent avoir déserté le chantier sur le front de mer de Saint-Leu, les opposants à la Maison de la mer affirment qu’un projet plus petit serait à l’étude par le Territoire de l'Ouest (TO). L'intercommunalité explique avoir révisé son projet pour un "développement harmonieux et apaisé" et qu'une livraison est prévue pour 2025.

Ecrit par M.B – le jeudi 11 avril 2024 à 14H42

Sur les réseaux sociaux, les opposants au projet remarquaient que les travaux étaient à l’arrêt depuis plusieurs semaines. Interrogé fin janvier, le Territoire de l’Ouest (TO) assurait que cette pause était temporaire, “le temps de faire quelques réunions”. Rien n’a bougé depuis sur le front de mer de Saint-Leu.

Malgré le silence radio sur la non-reprise du chantier, le TO confirmait encore lors de son premier conseil communautaire de 2024 que le bâtiment serait bien livré en fin d’année, dans le cadre des livraisons du PPI (plan pluriannuel d’investissement). Pourtant, depuis quelques jours, les opposants à ce chantier, avec en tête l’association SOS DPM.974, affirment que le projet serait revu à la baisse. Ainsi, un bâtiment “plus petit et plus écologique”, selon l’association, sera finalement bientôt dévoilé. Une victoire pour ces derniers, car cela voudrait aussi dire que le TO renonce au déplacement de trois badamiers.

Communiqué du Territoire de l’Ouest

Ce jeudi 11 avril 2024, le Territoire de l’Ouest et la Ville de Saint-Leu annoncent la révision du projet de la Maison de la Mer à Saint-Leu. Cette évolution répond à une logique globale d’aménagement du littoral de Saint-Leu pour un développement harmonieux et apaisé.

La Maison de la Mer est un projet novateur visant à améliorer qualitativement cette partie du littoral, appréciée de tous, tout en répondant aux différents usages.

Même si le projet précédent a toujours été juridiquement légitimé, la communauté d’agglomération et la Ville ont souhaité apporter des modifications pour qu’il s’intègre davantage dans la logique d’aménagement et de développement voulu pour le littoral saint-leusien.

Les études de modernisation du centre-ville de Saint-Leu sont venues apporter des perspectives pour cet espace autour du port, qui se doit d’intégrer pleinement le périmètre qui court jusqu’à l’entrée nord de la Ville, destiné à devenir un vaste espace naturel et apaisé.

Le Territoire de l’Ouest et la Ville de Saint-Leu ont fait le choix de s’orienter vers un projet plus léger en termes d’implantation, répondant aux attentes et adapté aux différents usages :
– Une emprise réduite et une plus grande ouverture sur la mer : création d’un belvédère en bois et de trois box dédiés aux activités économiques et foraines ;
– Le maintien de l’environnement naturel : préservation des arbres existants, y compris les badamiers et plantation de 40 espèces végétales ; intégration des aménagements paysagers avec des mobiliers urbains pour renforcer la continuité piétonne le long du littoral. Cette approche permet de maintenir l’intégrité écologique de la zone tout en offrant des espaces de détente et de loisirs pour les résidents et les visiteurs.
– Des fonctionnalités améliorées : création d’une aire de carénage plus importante en termes de surface, plus fonctionnelle ; mise aux normes du site avec la disponibilité d’eau et d’électricité ; maintien des places de stationnement sur l’emprise du port pour assurer la praticité et l’accessibilité du site.

« La Maison de la Mer est un équipement à intégrer dans la vision globale d’aménagement de Saint-Leu. Les réflexions n’ont cessé de se poursuivre ces dernières années, avec les pêcheurs, les élus, les partenaires et les Saint-Leusiens. L’étude sur la modernisation du Centre-ville de Saint-Leu qui touche bientôt à sa fin porte ses fruits et nous conforte dans l’idée de faire évoluer le projet de la Maison de la Mer. Nous voyons maintenant très clairement, se dessiner un espace apaisé, boisé, qui fait la part belle aux mobilités douces », précise Bruno Domen, Vice-président du Territoire de l’Ouest, Maire de Saint-Leu.

La livraison de l’équipement est envisagée début 2025.

Trois procédures, rejetées par les juges du Tribunal Administratif, confirment la légalité du projet :
– Une procédure de référé liberté engagée par des riverains, a abouti au rejet de leur requête.
– Un référé liberté engagé par le président de l’association SOS DPM97.4, également rejeté par le tribunal.
– Un référé suspension demandé par l’Association Nautique de Saint-Leu (ANSL), qui s’est conclu par un rejet.

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

VivaTech : La Réunion en force au plus grand salon du monde pour les nouvelles technologies

La Région Réunion envoie une forte délégation de représentants de 10 startups participer au salon international VivaTech qui s’ouvre demain matin porte de Versailles à Paris.
Il s’agit du plus grand salon au monde en matière de nouvelles technologies, qui est même passé devant le CES de Las Vegas, et il accueillera encore cette année des intervenants de très grande qualité. Et notamment beaucoup de fonds d’investissements à la recherche de sociétés à financer. Exactement ce que recherchent nos startups locales…

[Communiqué] « L’insalubrité des logements sociaux est un phénomène complexe et multifactoriel »

Karine Lebon annonce une bataille parlementaire cruciale le 22 mai 2024. Celle-ci pourrait contribuer à résoudre la crise du logement social à La Réunion, exacerbée par une forte croissance démographique, des coûts de construction élevés et des procédures administratives complexes. C’est pourquoi la députée de la 2e circonscription de La Réunion a proposé au vote la création d’une commission d’enquête visant à analyser et à remédier à ces problèmes urgents afin d’améliorer les conditions de vie des Réunionnais.