Revenir à la rubrique : Faits divers

Saint-André : Un gramoune handicapé torturé par deux voleurs sans état d’âme

Alors qu'il se trouvait en train de cuisiner, Harry C. avait été surpris par deux hommes pénétrant dans son domicile pour lui dérober son argent. Après avoir été sauvagement battu, il avait été laissé à son triste sort, baignant dans son sang.

Ecrit par 2181159 – le mercredi 21 décembre 2022 à 15H02

C’est sans état d’âme et « parce qu’ils avaient faim » qu’Hassan A. et Krishna R. sont entrés dans l’appartement d’un gramoune handicapé de Saint-André. Dans son fauteuil roulant, Harry C. se trouvait devant son fourneau lorsqu’il a vu débouler les deux individus âgés de 20 ans. Tous deux avaient fouillé le logement à la recherche d’argent. Ne trouvant nulle part ce qu’ils étaient venus chercher, ils s’étaient défoulés sur le malheureux sans défense.

Ils l’avaient précipité hors de sa chaise roulante et jeté au sol avant de lui porter des coups de pied à la tête et, comble de l’horreur, un coup de fourchette dans l’oeil. Toujours pas satisfaits, les deux complices avaient ensuite frappé l’homme vulnérable avec le bouchon de la bouteille de gaz et lui avait fracassé un vase sur le crâne.

Ce 18 janvier 2021, les deux vingtenaires très alcoolisés avaient ensuite pris la fuite, laissant leur victime à terre et baignant dans son sang. Mais finalement, ils avaient fait demi-tour et étaient revenus dans l’appartement afin de s’emparer de la carte bancaire du gramoune grièvement blessé.

Rapidement identifiés, les deux auteurs présumés avaient été arrêtés et mis en examen pour vol avec violence sur une personne vulnérable. Si au cours des auditions, Krishna R. avait reconnu une bonne partie des faits, Hassan A. avait fait l’innocent. Sauf qu’alors qu’il se trouvait en détention provisoire, une lettre écrite de sa cellule à l’attention de sa mère avait été interceptée. Il y indiquait « avoir fait une connerie et regretter ». Un aveu de culpabilité pour les enquêteurs.

Ce mercredi matin, les deux hommes ont comparu chacun à leur tour face aux juges de la chambre de l’instruction qui ont décidé de prolonger leur période de détention provisoire. Une formalité puisque les co-auteurs présumés, connus de la justice, devront répondre de leurs actes, qualifiés de « torture » par l’avocate générale, les 20 et 21 mars prochain devant la cour criminelle. Ils encourent 15 ans de réclusion criminelle.

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Maltraitance animale : Un individu interpellé et placé en garde à vue

Mercredi 28 février 2024, un individu défavorablement connu des services de police pour des faits de maltraitance envers les animaux a été interpellé. Il avait été filmé, en décembre dernier, alors qu’il frappait sa chienne avec un bâton sur son balcon. Placé en garde à vue, l’auteur devra répondre de ses actes devant le tribunal judiciaire, indique la Police Nationale de La Réunion sur sa page Facebook.

Ste-Suzanne : Les gendarmes mettent fin à une série de cambriolages

Le 26 février 2024, les enquêteurs de la Brigade Territoriale Autonome (BTA) de Sainte-Suzanne ont élucidé 4 cambriolages dont 3 concernant des écoles élémentaires. Les militaires de la compagnie de Saint-Benoit ont interpellé deux individus dont l’auteur principal a reconnu les faits.

Ste-Marie : Une femme gravement blessée par son compagnon

Un homme a tiré sur sa compagne à Sainte-Marie ce mercredi. L’individu s’est par la suite infligé une blessure. Les deux ont été transportés dans un état grave au Centre hospitalier universitaire de Félix Guyon à Bellepierre.

Violences : « Si c’était à refaire, je referais la même chose »

L’audience de comparution immédiate de ce lundi avait, bien malgré elle, pour thème les violences conjugales. Le tribunal avait à juger un trentenaire qui, sous l’effet de l’alcool, a frappé son ex-conjointe au prétexte qu’elle ne voulait pas le laisser entrer à son domicile.