Revenir à la rubrique : Communiqué

Questionnaire aux candidats

Pour les 9 organisations de retraitées et retraités interpellent les candidats aux législatives dans un communiqué transmis par la section départementale de la Fédération Générale des Retraités de la Fonction Publique.

Ecrit par N.P – le mercredi 04 mai 2022 à 08H34

Madame, Monsieur,

Vous êtes candidat ou candidate aux élections législatives. Nous sommes un ensemble de 9 organisations nationales de retraités, syndicats ou associations, qui agissons ensemble depuis 2014 et avons défini en commun un certain nombre de revendications. Nous souhaiterions avoir votre réponse sur celles-ci afin de les faire connaître à nos adhérents et sympathisants. Ceux-ci se sont mobilisés ces derniers mois, comme le 2 décembre 2021, avec une manifestation nationale à Paris de plus de 25 000 personnes ou encore le 24 mars 2022 à travers plus de 28 rassemblements régionaux avec 40 000 manifestantes et manifestants.

Pouvoir d’achat

Les revenus des retraités « décrochent » de ceux des salariés du fait de la désindexation des pensions par rapport aux salaires mise en place en 1987. C’est ainsi que plus d’un million de retraités sont en dessous du seuil de pauvreté et que trois retraités sur dix perçoivent une pension de droit direct inférieure à 1 000 euros bruts mensuels. 

=> Question 1 : Êtes-vous favorable à un retour à l’indexation des pensions sur l’évolution du salaire moyen ?

Le Code de la Sécurité sociale (articles L.161-23-1 et L161-25) prévoit l’indexation annuelle des pensions sur l’indice INSEE de l’inflation. Pourtant, depuis 2013, cela n’a pas été le cas, avec des gels ou des sousrevalorisations. Sur cette période, les retraités ont perdu près d’un mois de pension sur une année.

De ce fait, le Conseil d’Orientation des Retraites (COR) indique que le niveau relatif des pensions par rapport au revenu d’activité va continuer à se dégrader. La pension moyenne brute (1 140 € pour les femmes et 1 920 € pour les hommes) va continuer à diminuer pour atteindre 32 % du salaire brut en 2070. 

=> Question 2 : Êtes-vous prêts à prendre des mesures pour un rattrapage du pouvoir d’achat perdu depuis 2014 et pour éviter que cette dégradation programmée se poursuive ?

Alors que le candidat Macron de 2017 avait promis aux retraités le maintien de leur pouvoir d’achat, la CSG des retraités a été augmentée de 1,7 point le 1er janvier 2018, soit une hausse de son montant de près de 25 %. 

=> Question 3 : Êtes-vous favorable à l’annulation de la hausse de la CSG ? Êtes-vous pour la mise en place d’une assurance maladie financée par les cotisations sociales ?

Santé

Les retraités sont inquiets de la situation du système de santé et en particulier de celle de l’hôpital public : manque d’effectifs, manque de matériels, manque de masques… Il est apparu que, malgré des milliards versés notamment aux laboratoires, le pays est totalement dépendant de firmes étrangères pour se fournir en biens indispensables. Le nombre de lits supprimés depuis le début du quinquennat se monte à 17 600. 

Cette situation fragilise tout le système de santé du pays : fermetures d’hôpitaux, fermetures de maternités, fermetures de services, etc. Tout ceci engendre des déserts médicaux et industriels sur l’ensemble du territoire.

=>Question 4 : Quelles mesures envisagez-vous pour améliorer le système de santé hospitalier et le faire fonctionner de nouveau correctement (création de lits, embauches, etc.) ?

EHPAD et services d’aide à domicile

Comme de récents scandales l’ont révélé et comme le rapport IGAS-IGF le confirme, la situation des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) est très grave dans de nombreux établissements. Afin de faire des économies, il a même été suggéré un moratoire sur la création de nouveaux EHPAD publics. Une loi traitant du « grand âge » devait sortir, mais n’a pas été publiée. La situation des services d’aide à domicile n’est pas meilleure : manque de personnel, manque de qualification et manque d’intérêt pour ces professions insuffisamment valorisées. Il est scandaleux que des groupes privés s’enrichissent sur le dos des seniors. La perte d’autonomie des personnes âgées est d’abord un problème de santé et justifierait donc la création d’un service public financé par l’assurance maladie et non d’une 5e branche financée par l’impôt. 

=>  Question 5 : Êtes-vous favorable à la prise en charge de la perte d’autonomie à 100 % par l’assurance-maladie ? Quelles mesures préconisez-vous pour l’embauche et la formation de personnels qualifiés (Ehpad et services à domicile) en nombre suffisant ?

Services publics

De nombreux services publics sont fermés, réorganisés sur le territoire depuis plusieurs années, entrainant notamment de nombreux retraités dans des difficultés croissantes afin de répondre à leurs besoins. L’accélération du tout numérique au détriment de la proximité et de la présence de salariés de service public formés, accélère ce processus. 

=> Question 6 : Êtes-vous favorable à la remise en place de services publics de proximité répondant aux besoins de nos concitoyens et plus particulièrement de ceux des retraités ?

Écoute

Alors qu’ils représentent 17,8 millions de citoyens, les retraités et personnes âgées ne disposent d’aucun interlocuteur de pleine compétence quant à leurs problèmes et difficultés puisqu’il n’y a plus de ministère dédié aux retraités et personnes âgées.

=> Question 7 : Êtes-vous favorable à la création d’un tel ministère ?

Pouvez-vous indiquer sous quelle étiquette politique vous vous présentez à l’élection ? Nous vous remercions, madame, monsieur, de votre réponse.

Pour les 9 organisations de retraitées et retraités :
Marc Bastide (UCR-CGT, 263 rue de Paris, 93515 Montreuil cedex)
Didier Hotte (UCR-FO, 141 avenue du Maine, 75680 Paris cedex 14) Jacqueline Valli (UNAR-CFTC, 45 rue de la Procession, 75015 Paris)
Daniel Delabarre (UNIR CFE-CGC, 59 rue du Rocher, 75008 Paris)
Marylène Cahouet (FSU, 104 rue Romain Rolland, 93260 Les Lilas)
Gérard Gourguechon (UNIRS-Solidaires, 31 rue de la Grange aux Belles, 75010 Paris)
Jacques Brillet (FGR-FP, 20 rue Vignon, 75009 Paris)
Roger Perret (Ensemble & solidaires – UNRPA, 47 bis rue Kléber, 93400 St Ouen)
Michel Denieault (LSR, 263 rue de Paris, 93515 Montreuil)

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Triathlon : Première édition du TRIRUN MAN

La première édition du TRIRUN MAN – Edition Half Réunion Island se tiendra le 29 juin 2024, marquant une aventure sportive inoubliable organisée par Irunman Reunion, Bheecycles Réunion et le Club de Triathlon de Bras-Panon.

NRL : Audrey Bélim salue la prise en compte de l’inflation par l’AFIT France

Interrogé par Audrey Bélim, Franck Leroy, nouveau président de l’Agence de Financement des Infrastructures de Transport (AFIT France),a assuré à la sénatrice que l’organisme prendrait en compte l’inflation dans son soutien financier au projet, jusqu’en 2028. « C’est un point fondamental qui n’était pas acquis », rappelle la parlementaire.

Fermeture pour travaux du sentier La Brèche – Roche Plate la journée de lundi

Suite aux travaux et/ou évaluations d’état de certains sentiers de randonnée pédestre situés sur le domaine forestier géré par l’ONF La Réunion, certains sentiers peuvent être rouverts, notamment le sentier de Bras de Pontho (sentier Dassy) ainsi que le sentier Mollaret.

A noter, des travaux sont programmés sur le sentier La Brèche – Roche Plate le 4 mars. Ce sentier essentiel aux habitants (actuellement unique connexion entre Mafate Sud et Mafate Nord) a été rouvert mais de brefs travaux (impossibles à réaliser avant cette date) permettront de conserver un sentier sécurisé. Ce sentier sera donc fermé pour la journée du lundi 4 mars 2024 uniquement, prévient l’ONF.