Revenir à la rubrique : Blog de Pierrot | International | National | Société

[Pierrot Dupuy] Contrairement à ce que vous croyez, La Réunion ne serait pas protégée par l’OTAN en cas de guerre

Depuis quelques semaines, l’actualité bruisse de rumeurs concernant le potentiel déclenchement d’une 3ème guerre mondiale. Il faut dire que les sujets d’inquiétude ne manquent pas : guerre en Ukraine aux portes de l’Europe, guerre à Gaza où les morts se compteraient selon le Hamas par dizaines de milliers, risque de conflit entre l’Iran et Israël, la Chine qui cache de moins en moins ses intentions belliqueuses vis-à-vis de Taïwan… Dans cet océan de mauvaises nouvelles, nous nous croyons à l’abri sur notre petite île perdue au milieu de l’océan Indien. En plus, que peut-il nous arriver, protégés que nous sommes par la France, laquelle est elle-même membre de l’OTAN ? Bien fou celui qui oserait s’en prendre à un membre de l’Alliance Nord, et donc aux États-Unis. C’est oublier un peu vite que dans Alliance Nord, il y a Nord…

Ecrit par Pierrot Dupuy – le mardi 09 avril 2024 à 07H30

Samedi dernier, depuis La Réunion, Jean-Luc Mélenchon a posté sur X (anciennement Twitter) le message suivant : « À La Réunion, j’ai lancé l’alerte politique. De la zone Asie-Pacifique peut jaillir la troisième guerre mondiale dans le choc États-Unis/ Chine. La France est présente dans cette région du monde. Notamment dans l’océan Indien ».

Nous voilà brutalement ramenés les pieds sur terre. Oui une 3ème guerre mondiale est possible et oui, La Réunion pourrait être concernée. Pire, selon le leader de La France Insoumise, il se pourrait même qu’elle démarre dans notre zone.

Il est vrai que les bruits de bottes se rapprochent dangereusement. Les Américains disposent depuis un moment déjà d’une base à Diego Garcia en plein océan Indien, tandis que les Chinois sont présents à Djibouti. Tout comme les Français, également présents à La Réunion et à Mayotte. Tandis que les Russes disposent d’une base aérienne à Hmeimim, en Syrie. Bien que principalement utilisée pour les opérations aériennes en Syrie, cette base lui offre également une présence militaire renforcée dans la région de l’océan Indien. Elle dispose également d’installations navales à Aden, au Yémen certes moins développées que les bases en Syrie, mais qui lui permettent d’avoir une présence militaire dans le golfe d’Aden et le détroit de Bab el-Mandeb, des voies maritimes stratégiques reliant la mer Rouge à l’océan Indien. Enfin, les Indiens disposent depuis peu d’une base sur l’ile mauricienne d’Agalega.

Et La Réunion dans tout ça ? Ce ne sont pas les quelques dizaines de parachutistes basés à la Saline et à Pierrefonds qui pourraient tenir bien longtemps en cas de conflit généralisé. Pas grave, me direz-vous. Nous pourrions compter sur la capacité de projection de l’armée française et surtout sur la protection des autres pays de l’OTAN.

C’est là que le bât blesse.

C’est oublier un peu vite que l’OTAN, l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord, n’a pour vocation de ne défendre que… les pays du Nord.

Son article 5 est à ce sujet très explicite : « Les parties conviennent qu’une attaque armée contre l’une ou plusieurs d’entre elles survenant en Europe ou en Amérique du Nord sera considérée comme une attaque dirigée contre toutes les parties, et en conséquence, elles conviennent que, si une telle attaque se produit, chacune d’elles, dans l’exercice du droit de légitime défense, individuelle ou collective, reconnu par l’article 51 de la Charte des Nations Unies, assistera la partie ou les parties ainsi attaquées en prenant aussitôt, individuellement et d’accord avec les autres parties, telle action qu’elle jugera nécessaire, y compris l’emploi de la force armée, pour rétablir et assurer la sécurité dans la région de l’Atlantique Nord ».

Pas encore convaincus ? L’article 6 se fait encore plus précis, au cas où vous n’auriez pas bien compris : « Pour l’application de l’article 5, est considérée comme une attaque armée contre une ou plusieurs des parties, une attaque armée :

  • contre le territoire de l’une d’elles en Europe ou en Amérique du Nord, contre les départements français d’Algérie 2, contre le territoire de la Turquie ou contre les îles placées sous la juridiction de l’une des parties dans la région de l’Atlantique Nord au nord du Tropique du Cancer;
  • contre les forces, navires ou aéronefs de l’une des parties se trouvant sur ces territoires ainsi qu’en toute autre région de l’Europe dans laquelle les forces d’occupation de l’une des parties étaient stationnées à la date à laquelle le Traité est entré en vigueur, ou se trouvant sur la mer Méditerranée ou dans la région de l’Atlantique Nord au nord du Tropique du Cancer, ou au-dessus de ceux-ci ».

Vous avez compris maintenant ? En cas d’attaque armée contre notre île, nous ne pourrions compter que sur nous-même et sur la France… quand ses troupes arriveront !

En prenant au pied de la lettre le traité, un seul département d’outre-mer français pourrait répondre aux critères des articles 5 et 6 : le petit département de Saint-Pierre et Miquelon avec ses 5.888 habitants au dernier recensement de 2011.

Thèmes : Pierrot Dupuy
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
202 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

[Communiqué] 8 000 euros offerts pour la restauration du Chemin de croix de la Chapelle Pointue

Samedi 18 mai, dans le cadre de la Nuit des musées, Allianz France a remis à Béatrice Sigismeau, vice-Présidente du Conseil départemental, qui représentait le Président Cyrille Melchior, un don de 8 000 € pour la restauration du chemin de croix de la Chapelle Pointue, au Musée de Villèle. Une cérémonie à laquelle participait également la Conseillère départementale Eglantine Victorine.

Coup d’envoi de la Marche des visibilités ce dimanche

La Marche des visibilités va s’élancer du Jardin de l’Etat, à Saint-Denis, ce dimanche après-midi à 14h. Cette quatrième édition se terminera sur le Barachois avec des prises de parole et performances artistiques. Le Mois des visibilités doit, lui, s’achever le 25 juin prochain.

Le prix des oignons péi flambe sur les marchés

Depuis le mois dernier et l’interdiction par l’Inde de toute exportation de sa production d’oignons, les familles réunionnaises versent une larme à chaque fois qu’elles doivent s’approvisionner. Un lecteur de Zinfos974 nous a ainsi fait parvenir une photo prise samedi sur le marché de Saint-Pierre, où le prix de l’oignon péi, certes bien meilleur que son cousin indien, se négocie à 18 euros le kilo !

« L’histoire de la Buse est assez emblématique de la carrière d’un pirate de l’époque »

Si le mythe réunionnais du trésor de la Buse se nourrit depuis plusieurs décennies des nombreuses annonces, jamais confirmées, de découverte d’une potentielle cache secrète, Charles-Mézence Briseul estime qu’il faut rompre avec la coutume de la chasse au trésor et privilégier une archéologie de la piraterie. L’auteur de « La Buse, la biographie du plus grand pirate français » souligne par ailleurs que les rares éléments tangibles disponibles témoignent des difficultés financières du marin calaisien après le célèbre pillage de la Vierge du Cap.