Revenir à la rubrique : Politique

Patrice Selly veut transformer Saint-Benoît durablement

Sortie de sa mauvaise passe financière et après une année 2023 marquée par le retour des investissements (plus de 20 millions d'euros engagés) la commune de Saint-Benoit compte poursuivre sur la même lancée en 2024. Lors de la présentation de ses vœux, le maire Patrice Selly a dévoilé les grands chantiers qui attendent la capitale de l'Est cette année, avec un accent mis sur la sécurité et le social.

Ecrit par S.I. – le mardi 30 janvier 2024 à 09H06

Saint-Benoit: La commune sort la tête de l’eau

En préambule, le maire a tout d’abord rendu hommage aux agents communaux, aux élus et aux services de l’État qui ont permis à la collectivité de retrouver une réelle autonomie financière. Arrivé déjà à mi-mandat, Patrice Selly et ses élus gardent le même objectif, à savoir « la transformation durable » de la commune qui passera par la poursuite de chantiers déjà engagés dans le centre-ville et ses alentours (élimination des friches, démolition de l’immeuble Labourdonnais, aménagement du front de mer, réhabilitation du Ludo Parc…). Les autres quartiers ne sont pas oubliés, comme à Sainte-Anne, où les chantiers de la mairie annexe et de la piscine démarreront respectivement en août et en fin d’année 2024. Du côté du Butor, la livraison de la piscine n’est qu’une question de semaines, assure-t-on du côté de la municipalité. Le démarrage d’autres chantiers comme celui de la réhabilitation du Ludo Parc, du Bassin Bleu sont attendus pour cette année.

Le scolaire n’est pas oublié et la municipalité compte bien mettre les bouchées doubles pour offrir aux marmailles un environnement plus accueillant avec du nouveau mobilier et un soutien renforcé via la mobilisation de plus d’ATSEM. Dans le domaine du bâti scolaire, la commune planche déjà sur la reconstruction de la nouvelle école des Girofles, qui devrait bénéficier de nouveaux équipements pas avant l’horizon 2027.

Mais comme l’a confié Patrice Selly, une grosse part du travail qu’il compte mener cette année avec ses équipes concerne le volet social, « une des priorités de notre mandature ». La commune augmentera en effet sa subvention au CCAS et compte bien poursuivre ses efforts dans le domaine de l’accompagnement des familles, assure Patrice Selly. « La situation s’est amplifiée avec le passage de Belal et nous avons déjà enregistré plus de 1.000 demandes d’aides. La décision qui a été prise par nos équipes a été de répondre le plus rapidement à ces familles qui ont tout perdu pour une partie d’entre elles entre les coupures d’électricité à la perte de matériels », confie-t-il. Pour aider au plus vite ces familles, la commune a demandé au Département de lui faire une avance de près de 100.000 euros sur les 750.000 qu’elle doit bénéficier au titre du Plan de solidarité territorial, dont la troisième mouture doit être prochainement présentée par le Département.

Insécurité : L’Etat et les bailleurs appelés à leurs responsabilités

Sur le volet de la sécurité, le quartier de Bras-Fusil se dotera d’une brigade de gendarmerie « de proximité » mais aussi de 8 à 10 caméras de vidéosurveillance d’ici juillet 2024. « Nous allons renforcer notre proximité à Bras-Fusil mais également sur l’ensemble du territoire au travers de nos médiateurs mais grâce à la gendarmerie et la police municipale, en fonction des besoins et des nécessités », poursuit le maire de Saint-Benoit. 2024 sera l’année, il l’espère, de « l’intervention ».

Outre la coopération avec les forces de l’ordre pour réduire les actes de délinquance, Patrice Selly souhaite également un soutien plus appuyé de la part de l’État, des organismes comme la CAF et les bailleurs sociaux. « Je rejoins mon collègue Joé Bédier (« Insécurité à Fayard : Les policiers patrouilleront jour et nuit ») quand il dit qu’il y a un problème de fond dans certains de nos quartiers. Je n’ai pas la prétention, les compétences ni les moyens d’intervenir seul sur ces problématiques », livre l’élu.

Il ajoute : Que ce soit sur la politique de peuplement de certains logements ou de leur occupation, il faudra une réponse collective que j’appelle de mes vœux. Il faut que le préfet et les bailleurs sociaux se mettent autour d’une table et identifier les solutions. Je comprends le désarroi et la colère de certains habitants face à ce qu’ils vivent au quotidien mais le temps est venu de dire les choses sans tabou, place au temps de l’action concrète ».

Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
5 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sophie
1 mois il y a

Monsieur le Maire l’école des Girofles n’est absolument pas une priorité !!
Avez-vous été à l’école de Cambourg ?? Plus de 30 après j’ai retrouvé cette école dans le même état de délabrement !!!
Réagissez monsieur le Maire, afin que les enfants de ce village des Hauts aient un cadre agréable pour apprendre !

Bon courage
1 mois il y a

Bon courage Monsieur le Maire. De là d’où vient Saint benoît le travaille et immense. Un seul adage : le chien aboie la caravane passe. Ne ne vous laissez pas impressionné par les donneurs de leçons qui sont dans l’avion tous les 4 matins. Aujourd’hui au pouvoir à la Région , que font ils pour augmenter le pouvoir d’achat des Réunionnais à travers la diminution de l’octroi de mer. Pour lancer des chantiers utiles pour l’intérêt général par rapport aux intempéries et des conséquences sur toute le Réunion, globalement faciliter la vie des Réunionnais …. RIEN.

Insécurité
1 mois il y a

La police ne réglera pas à elle toute seule le problème de la délinquance et de l’insécurité, les collectivités ont un rôle fondamental à jouer.. Se dédouaner sur l’Etat, c’est d’une part oublier le pouvoir de police du maire, son rôle d’aménageur, de prévention, d’éducation populaire au travers des associations culturelle, ou sportives. Les collectivités et notamment les communes doivent se remettre au travail et réorienter leurs politiques dans ces domaines . Aujourd’hui on embauche plus de travailleurs sociaux en milieu ouvert : c’est trop couteux, on rabiote des financements aux associations ; c’est bien trop cher ! Les politiques sociales se limitent dans les villes, faute de moyens sans doute, à assister les familles avec des petits bons ! Les maires ont remplacés les « maitres » sur la plantation, ils distribuent dans leur immense générosité, argent, caisse de poulets, petits boulots etc.. L’éducation ne doit et ne peut se limiter à l’école, elle doit être l’affaire de tous et sur tous les temps du développement des plus jeune. Renvoyer ces missions c’est mentir à la population, essayer de se dédouaner de ses responsabilités. Et puis les caméras n’ont jamais réglé le problème de la délinquance se serait trop beau.. Mais faire croire est un art !

Commercant centre ville
1 mois il y a

On n’en veut pas! Son équipe est juste minable

Réflexions …..
1 mois il y a

Cette transformation de st benoît inclue t elle le transfert de certaines populations vers les îles de la lune ?

Dans la même rubrique

Comment prévenir le risque inondation ?

Notre ville de L’Étang-Salé n’est plus ce qu’il était, il y a 20 ans en terme de constructions et d’habitations. Notre réseau d’assainissement est devenu fébrile en raison de l’augmentation des constructions dans notre ville de L’Étang-Salé.