Revenir à la rubrique : Faits divers | Politique

Insécurité à Cité Fayard : Les policiers patrouilleront jour et nuit

Les autorités ont annoncé ce matin de nouvelles actions de prévention et de répression dans le quartier de Cité Fayard suite à de nouvelles violences, notamment une agression des forces de l'ordre durant laquelle quatre policiers qui portaient secours à une victime de violences conjugales, ont été blessés. Les auteurs d'un clip qui est un appel à la violence seront aussi recherchés. Les policiers annoncent une présence des équipes de jour comme de nuit pour mettre fin aux agissements d'un groupe de jeunes "sans tuteurs légaux", au cœur de ces violences selon le maire de Saint-André.

Ecrit par Samuel Irlepenne – le mercredi 24 janvier 2024 à 13H02
Le maire de Saint-André, le sous-préfet de l'arrondissement Est et le directeur territorial de la Police nationale

De nouvelles violences se sont produites ces dernières semaines à Saint-André dans le quartier de Cité Fayard. Le maire de Saint-André, le sous-préfet de l’arrondissement Est et le directeur territorial de la police nationale annoncent une réponse des autorités face aux multiples agressions.

Le problème des jeunes sans « tuteurs légaux »

Pour le maire, Joé Bédier, ces violences trouvent leur origine « dans l’absence répétée de valeurs familiales de ces jeunes, en manque de repères ». L’édile ajoute que les parents de nombreux de ces jeunes sont absents du territoire : « Ces parents confient leurs enfants à des tuteurs légaux. Or, nous savons que les parents ont un rôle prépondérant dans la construction de leurs enfants. » Il s’interroge : « Comment se fait-il que des enfants migrants se retrouvent ici sans tuteurs légaux ? »

Le maire indique que l’action seule des autorités ne pourra pas régler le problème des violences. Il en appelle donc à la responsabilité des parents : « C’est une hérésie de penser qu’on va régler ce problème seuls. »

Joé Bédier a souhaité préciser qu’il ne voulait pas stigmatiser cité Fayard : « On travaille le sujet en collectif et non pas chercher un bouc émissaire. L’Etat, police et mairie travaillent ensemble. Je ne voulais pas aussi stigmatiser tout un quartier. »

Renforcer la cohésion sociale

Michaël Mathaux, sous-préfet de l’arrondissement Est, tient à souligné que les autorités sont déjà mobilisées sur le terrain. « Sur les cinq dernières années, on observe une délinquance maîtrisée avec une hausse limitée de 3% entre 2018 et 2023 sur les violences conjugales et sexuelles, mais une nette baisse atteinte aux biens« , déclare-t-il.

Le représentant de l’État concède que les chiffres ne montrent pas toute la vérité. « Il y a aussi réalité du terrain », rappelle-t-il en adressant un message de soutien aux quatre policiers saint-andréens blessés alors qu’ils venaient en aide à femme victime de violences.

Le sous-préfet de l’arrondissement Est indique que les autorités veulent renforcer les actions contre ceux qui ne respectent pas ordre républicain, mais aussi conforter les actions envers les jeunes qui souhaitent s’en sortir. « La cohésion sociale pas un vain mot« , insiste-il en affirmant, « Le quartier Fayard a montré belle image lors de la visite de Yaëlle Braun-Pivet. »

Rondes de police à Cité Fayard, de jour comme de nuit

Le commissaire divisionnaire Michel Aleu, directeur territorial de la Police nationale, explique que des opérations des forces de l’ordre seront menées quotidiennement : « Ce qu’il s’est passé est intolérable et les faits ne resteront pas impunis. Il y a quelques mois, une femme morte après un caillassage. Il y aura une action ferme de la justice et de la police. Nous allons identifier les responsables, les chercher et les déférer devant la justice. Une fois de plus, ce qui se passe est inadmissible et nous sommes de tout cœur avec la population de Saint-André et Cité Fayard. »

« Nous allons dépêcher sur place la police tous les jours avec des contrôles des parties communes des immeubles la journée et des rondes de nuit. L’objectif est d’interpeller les personnes à l’origine de ces troubles », affirme-t-il. Le directeur territorial de la Police nationale précise que la police judiciaire et les renseignements territoriaux sont mobilisés sur ces enquêtes.

« Il y aura une action énergique de notre part », assure-t-il avant d’expliquer que les figurants armés présents sur un clip diffusé sur les réseaux sociaux et tourné à Cité Fayard seront aussi recherchés : « On va trouver les auteurs de ces clips appelant à la violence. »

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
60 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Une deuxième édition réussie pour le Festival de la Participation Citoyenne

Le Festival de la participation citoyenne, qui s’est tenu à Saint-Denis le 13 avril 2024, a réuni plus de 500 personnes autour de divers dispositifs de participation citoyenne, marquant également la clôture du Congrès Océan Indien de l’ANACEJ, avec des activités visant à renforcer la démocratie directe et l’engagement civique des Dionysiens.

Enfants de la Creuse : Bientôt une réparation pour les victimes ?

Alors que la mémoire autour de la déportation de près de 2000 enfants réunionnais vers l’Hexagone entre les années 1960 et 1980 reste douloureuse pour l’île, Karine Lebon a déposé une proposition de loi pour une indemnisation des victimes. La députée demande également l’instauration d’une commission “vérité et réconciliation” pour faire la lumière sur cette période sombre de La Réunion.

Polémique autour de la fresque du lycée de Vincendo : Les politiques se mobilisent

L’œuvre d’art réalisée par Méo sur une façade du lycée de Vincendo à Saint-Joseph a provoqué une polémique à cause d’un élément de la peinture. Le livre sur l’histoire de la France est rayé pour être remplacé par « Zistwar La Rényon ». La direction de l’établissement ne s’est pas directement opposée à la création artistique, mais une commission nationale va se pencher sur le sujet. De nombreux politiciens ont pris la parole en faveur de l’artiste.