Revenir à la rubrique : Economie

Menace de grève dans le BTP: La FRBPT renvoie la balle dans le camp de l’État

Au lendemain de la conférence de presse de l'intersyndicale du BTP, qui menace d'entamer une grève illimitée en raison d'échecs des NAO, c'était au tour du patronat représenté par la FRBTP de répliquer ce vendredi. "On ne peut pas redistribuer une richesse qu'on n'a pas", indique Rudolph Lorion, vice-président de la commission sociale de la FRBTP.

Ecrit par S.I. – le vendredi 02 février 2024 à 14H59

Ce jeudi, l’intersyndicale avait dénoncé la décision unilatérale de la FRBTP de fixer une recommandation patronale de hausse des salaires bien inférieure à l’inflation, comprise entre 0,5 et 1,6% dans le cadre des négociations annuelles obligatoires. Une fourchette qui est estimée bien trop basse comparée à l’inflation, indique l’intersyndicale des salariés du BTP composée de la CFDT, la CGC, la CGTR et FO.

Menace de grève illimitée du BTP à La Réunion

Le patronat estime que la revendication de l’intersyndicale d’aligner la hausse salariale sur à minima l’inflation, qui dépasse les 3% sur un an, ne peut se faire en raison des marges brutes du secteur, en deçà des 5%. « Nos entreprises ne peuvent pas partager une richesse qu’elles n’ont pas. On a été force de proposition, on a vu l’ensemble du monde politique, des collectivités et les services de l’État, les ministres quand ils sont venus et à chaque fois nous avons été au moins écoutés mais jamais entendus », regrette Rudolph Lorion.

Depuis la crise du Covid, le secteur fait face à un nombre croissant de difficultés, entre l’explosion du coût des matières premières mais aussi, localement, à la fin de grands chantiers régionaux, cumulés à la baisse du nombre de construction de logements et au rallongement des délais de paiement. C’est ce qu’à rappelé Rudolph Lorion.

Il ajoute : « nous avons fait une recommandation patronale. Si nos demandes sont prises en compte (NDRL : par l’État) dans un avenir proche, il est possible que nous retournions à la table des négociations ».

Thèmes : BTP | FRBTP | Grève
S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Romuald
21 jours il y a

Très drôle toutes ces annonces de grève « illimitée »… non suivies d’effet et levées au dernier moment ! (Comme l’an dernier !)
Ce que cherchent ainsi les directions de syndicats de salariés, c’est à se faire reconnaître comme les seuls interlocuteurs responsables vis-à-vis du patronat (vous voyez, on tient nos troupes !), pas à construire avec les travailleurs un vrai rapport de force avec celui-ci pour le faire reculer sur les salaires.

Jardinot
21 jours il y a

Il faudrait que les gens réfléchissent avant … ils veulent une augmentation ok, mais ils préfèrent que les entreprises ferment ? Le coût augmente de partout mais le prix des marchés ne bougent pas … les salaires sont en hausse le prix en hausse le tout et ils mettent en faute les entreprises ? Mais aller voir l’état ! Franchement c’est décevant de voir ça … l’inflation c’est pas les entreprises qui sont responsables… c’est l’état … les taxes augmentent donc c’est les patrons qui doivent payé… il faut arrêter et faire reculé l’état propose des aides … techniquement les entreprises payent beaucoup plus … regarder un peu l’électricité ! L’état augmente donc les salariés payent beaucoup plus, et donc ils vont aller chercher une hausse chez le patron pour couvrir la hausse .. c’est quoi votre logique … quand il n’y aura plus d’entreprise vous allez chercher votre prime devant la préfecture !

Dans la même rubrique

Au Royaume-Uni, la semaine de 4 jours séduit salariés et patrons

Un an après le terme d’une expérience grandeur nature, de nombreuses entreprises britanniques ont choisi de maintenir la semaine de 4 jours à 32 heures de travail. L’efficacité du dispositif semble aussi bien convaincre les employeurs que les salariés.

« La Réunion à la carte » du Salon de l’Agriculture

Alors que le Salon de l’Agriculture doit ouvrir ses portes samedi 24 février, la délégation réunionnaise s’est retrouvée à Paris pour une dernière répétition générale avant de présenter les produits péi aux visiteurs hexagonaux.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial