Revenir à la rubrique : Culture

Maya Kamaty à l’Olympia en première partie de Manu Payet

La musicienne réunionnaise est invitée par l'humoriste Manu Payet à partager l'affiche de l'Olympia ce 9 décembre.

Ecrit par Thierry Lauret – le dimanche 26 novembre 2023 à 15H01
Crédit : July.

« Avec Manu Payet on se connaît depuis deux ans, il est venu manger au Zinzin (le restaurant de Gilbert Pounia à Grand-Bois, Ndlr), on est tombé camarades. Il est venu voir mon concert à la Boule Noire à Paris en septembre 2022 et je suis allée voir son spectacle deux fois », explique Maya Kamaty au téléphone.

L’humoriste réunionnais avait déjà voulu inviter la chanteuse et musicienne réunionnaise sur scène lors d’un spectacle au théâtre de la Madeleine à Paris, mais le projet n’avait pu aboutir. Ce sera partie remise à l’Olympia le 9 décembre prochain, à l’occasion du spectacle « Emmanuel 2 ». C’est son père Gilbert Pounia qui avait fièrement lâché l’information au public lors d’un concert de Ziskakan le mois dernier à Saint-Gilles.

« J’essaie de ne pas trop stresser », confie en rigolant Maya Kamaty quand on l’interroge sur ce concert, forcément à part, sur la prestigieuse scène parisienne. De plus en plus influencée par l’electro, elle se produira en solo, « en mode Dj ».

L’ubérisation des artistes

« Je vais chanter pour la première fois des morceaux de l’album Sovaz qui sort en mars », se réjouit Maya Kamati. « Le lendemain du concert je pars en tournée en Inde, en formule solo aussi pour des raisons budgétaires. Cette formule me permet de jouer et de me faire connaître, mais mes musiciens me manquent fort ».

La musicienne, qui évoque « l’ubérisation » de son métier par l’industrie musicale, dit poursuivre un objectif de longévité dans un milieu dans lequel elle baigne depuis marmay. « Il n’y a pas beaucoup de trentenaires qui peuvent dire qu’ils aiment leur travail, qu’ils maîtrisent ce qu’ils font. J’ai une équipe soudée et on travaille tous ensemble », souligne-t-elle.

Les 29 et 30 mars 2024, pour marquer la sortie de son troisième album, elle se produira au Téat Saint-Gilles, avec une invitée de marque qu’elle a choisi personnellement pour cette soirée « dalonaz », la chanteuse brésilienne Flavia Coehlo.

« J’ai déjà joué deux fois à Fougères, qui est un petit village en Bretagne, mai je n’ai jamais pu jouer à Lespas à Saint-Paul. Il y a des endroits dans notre pays où on ne peut pas jouer, sans parler du fait qu’il faut batailler pour avoir un cachet décent. Au tout départ de ma carrière, j’étais payée 90 euros par concert, aujourd’hui c’est 200 euros. Dans la tête des gens on joue partout, on a la belle vie, mais voilà comment je suis rémunérée », assène Maya Kamaty.

Thèmes : Manu Payet | Musique
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
5 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
PEC-PEC
3 mois il y a

Fougères n’est pas un village paumé en Bretagne mais une charmante bourgade médiévale porte de la Bretagne vers la Normandie dotée d’un superbe château fort du moyen âge….

Maya
Répondre à  PEC-PEC
3 mois il y a

Fougères est un très bel endroit ! Je ne me serai pas permise de dire le contraire …
Par contre je voulais dire qu’il est incroyable que j’ai joué deux fois a Fougères aussi loin de chez moi et que je n’ai par exemple jamais joué a lespas Leconte Delisle qui est a moins de 50km de chez moi 🥹

Milgri
3 mois il y a

Et l’argent subvention i rempli pas ot poche avec sa ot papa ? Zot les muselé comela avec ce l’argent là. Longtemps t dénonce mon pei bato fou comela la société les encore plus malade qu’avant mais le problème c’est considére un joli l’endroit comme étant paumée… A ou même les paumée ma fille non ?

Zorz
Répondre à  Milgri
3 mois il y a

Maloki , jaloux(se)

Maya Kamaty
Répondre à  Milgri
3 mois il y a

🤣🤣🤣😉 j’adore toujours autant les gens qui parlent sans savoir …. Pa fatigué ? Disk la fini rayé depi lo tan non ?

Dans la même rubrique

Ces maux que la danse guérit : Le rythme pour battre la dépression

Depuis une quinzaine d’années, le succès des danses dites sociales (salsa, bachata, kizomba, etc.) ne cesse de se développer. Si le succès de cette pratique artistique peut être en partie accordé à la culture de la danse dans l’île, c’est plus dans les histoires individuelles que se trouvent parfois les racines de cette passion. Qu’elle qu’en soit la raison, la danse est parfois là pour guérir de quelque chose, même si cela n’est pas toujours conscientisé avant de s’initier. Voici la première partie de notre dossier théra-piste qui raconte comment certains se sont sortis de la dépression grâce à la danse.

Mc Duc : “Il sait encore rapper le tonton !”

Après le buzz de sa prestation pour le Paris Centre Challenge de Black M, Mc Duc prépare un nouveau sigle. L’artiste urbain peï revient sur son parcours dans une interview pour Zinfos974.

Statue La Bourdonnais : l’association requérante perd le chrono face à la mairie de Saint-Denis

L’association Fort Réunion n’obtiendra pas de sursis pour la statue de François Mahé de La Bourdonnais. Le juge des référés du tribunal administratif rejette sa requête pour des questions de forme : l’association n’a pas assez d’ancienneté. L’urgence à suspendre les effets du permis de construire de la mairie portant sur la dépose de la statue et sa restauration n’a donc pas été reconnue en attendant que le juge se prononce « sur le fond » dans plusieurs mois.