Revenir à la rubrique : Faits divers

Les vergers du soleil: L’immeuble fantôme de Sadeck Dindar à La Possession

[Sadeck Dindar avait de nouveau rendez-vous avec la justice]urlblank:https://www.zinfos974.com/Abus-de-confiance-Sadeck-Dindar-a-nouveau-condamne_a141035.html ce vendredi 31 mai, au tribunal correctionnel, pour abus de confiance. Le promoteur avait déjà été condamné le 30 avril à 12 mois de prison avec sursis et à une amende de 30.000 euros dans le cadre de l’affaire pour escroquerie ayant pénalisé plusieurs investisseurs candidats […]

Ecrit par Zinfos974 – le vendredi 31 mai 2019 à 16H13
[Sadeck Dindar avait de nouveau rendez-vous avec la justice]urlblank:https://www.zinfos974.com/Abus-de-confiance-Sadeck-Dindar-a-nouveau-condamne_a141035.html ce vendredi 31 mai, au tribunal correctionnel, pour abus de confiance. Le promoteur avait déjà été condamné le 30 avril à 12 mois de prison avec sursis et à une amende de 30.000 euros dans le cadre de l’affaire pour escroquerie ayant pénalisé plusieurs investisseurs candidats à la défiscalisation. La résidence les « Vergers du soleil » est à ce jour, toujours inhabitée.

Le temps passe et l’immeuble reste vide. À la Possession, la résidence des « Vergers du soleil », dont le promoteur a été [condamné à 12 mois de prison avec sursis et à une amende de 30.000 euros pour escroquerie]urlblank:https://www.zinfos974.com/Le-promoteur-Sadeck-Dindar-condamne-a-12-mois-de-prison-avec-sursis_a139937.html  – reste inoccupée.

Sortis de terre il y a sept ans dans le quartier de Sainte-Thérèse à La Possession, ce sont 22 appartements qui ne bénéficient à personne. Seules trois villas (sur les quatre qui faisaient également partie du projet immobilier) sont à ce jour habitées.

 

 

Ce qui n’empêche pas la consommation d’énergie. « Tous les soirs, vers 18 heures, l’immeuble s’éclaire, jusqu’au matin », explique Raphaël Mithra, en litige judiciaire pour l’indemnisation de son mur de soutènement, cassé lors des travaux. « Il a été condamné à m’indemniser en 2011, mais il ne s’exécute pas. J’ai fait des commandements d’huissier, le compte est vide ».

Un aspect sanitaire est également pointé du doigt. « Les espaces destinés aux fleurs se remplissent d’eau quand il pleut, c’est propice aux gites larvaires », ajoute en effet Théo Tiburce, en litige lui aussi, pour bornage judiciaire. « Dès l’origine on avait vu que le bâtiment était mal implanté, mais il a continué », se désole-t-il.

Pour rappel, la voie d’accès aménagée par le promoteur fait, depuis le départ, grincer des dents. En cause : son étroitesse, la largeur n’étant que de 3m20 (au lieu de 5 mètres minimum). « Les véhicules ne peuvent pas se croiser, les secours ne peuvent pas faire demi-tour », rappellent ceux qui se sont constitués en collectif il y a plusieurs années.

Frustrés et exaspérés, les riverains ignorent pour l’heure ce qu’il adviendra de cet immeuble. « C’est un gros gâchis. Pour moi le mieux serait la démolition », avoue Théo Tiburce. 

A LIRE : 
[La Possession : Un projet immobilier stoppé net par des riverains]urlblank:https://www.zinfos974.com/La-Possession-Un-projet-immobilier-stoppe-net-par-des-riverains_a46587.html

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Sniffy : Une poudre blanche énergisante à inhaler par le nez inquiète

Encore peu connue du grand public, Sniffy, poudre blanche énergisante, vient de débarquer sur le marché dans l’Hexagone, mais fait déjà l’objet de controverses et pourrait bientôt être interdite par la loi. Cette poudre blanche, qui s’inhale par le nez, suscite l’indignation des spécialistes de l’addictologie, qui y voient une incitation à consommer de la cocaïne.

Il tente de tuer son fils de trois ans : L’accusé aura-t-il droit à un procès ?

Un homme de 37 ans, accusé de tentative de meurtre sur son fils de trois ans, a comparu devant les magistrats de la chambre de l’instruction, les experts-psychiatres ayant conclu à une abolition de son discernement au moment des faits en raison de troubles psychotiques sévères. La représentante de la société a proposé à la cour de constater son irresponsabilité pénale et une interdiction de contact avec l’enfant jusqu’à sa majorité.