Revenir à la rubrique : Société

Les fidèles accueillent les curieux aux marches sur le feu

Les cérémonies tamoules sont nombreuses durant la période des fêtes. Plusieurs pénitences et carêmes culminent par des marches sur le feu entreprises par les fidèles et même cette année par un cabri.

Ecrit par N.P. – le lundi 08 janvier 2024 à 14H42

Les marches sur le feu entre décembre et janvier se font pour la plupart en l’honneur de la déesse hindoue Pandialé. Il s’agit du point culminant des fidèles au terme d’une période de carême, qui montre la pureté et la force de la foi de chacun de ceux qui marchent sur les charbons ardents.

Le tikouli est la fosse qui accueille le brasier. Le prêtre ouvre la cérémonie et lance les pénitents un à un pour cet acte religieux de courage. Certains le traversent en portant un karlon (trône des divinités).

La semaine dernière, un bouc qui devait être sacrifié s’est échappé et a traversé lui aussi les charbons ardents à Terre Sainte.

@dovic.re

Bonne année 😌 ! #folowme #pourtoi #humour #team974 #974 #malbar

♬ son original – 🔱🕉Geoffrey🕉🔱

 

La marche sur le feu est un moment de communion religieuse. Mais les spectateurs sont le bienvenus et sont accueillis par la communauté tamoule pour des moments de partage.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
15 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Loin de la légende de Libertalia, enquête sur un « repaire de forbans » à Madagascar

Entre les années 1690 et 1720, l’île de Sainte-Marie a abrité un comptoir pirate pour la négoce des butins volés, mais aussi pour la traite des esclaves. Les recherches menées par l’archéologue Jean Soulat et son équipe internationale tendent à faire ressurgir du passé les contours d’un campement de forbans dans la baie d’Ambodifotatra. Une base pirate organisée autour d’un site de carénage, d’une canalisation d’eau douce et d’un fortin dédié à la protection des lieux.

L’incorrigible MIKL

Le spécialiste du zouk à La Réunion, MIKL, a dévoilé son nouveau projet « Collé ». Le clip, déjà visionné plus de 150.000 fois en trois semaines, met en relation une histoire d’amour avec ses hauts et ses bas.