Revenir à la rubrique : Faits divers

Les cinq migrants sri lankais qui se sont évadés condamnés à du sursis et interdits de territoire

Quarante-huit heures après leur évasion du local de la zone d'attente, les cinq migrants sri lankais étaient déférés au parquet de Saint-Denis. Un passage qui s'envisageait plus "pour le principe" qu'autre chose puisque leur sort était déjà scellé avant cette tentative de se fondre dans la nature.

Ecrit par RL – le jeudi 12 janvier 2023 à 17H47

Les cinq migrants sri lankais qui se sont fait la malle alors qu’ils étaient en zone d’attente à Gillot ont été condamnés à 6 mois de prison avec sursis et 5 ans d’interdiction de territoire. 

Dans la nuit de lundi à mardi, ils avaient réussi à arracher l’un des barreaux du local dans lequel ils se trouvaient depuis leur arrivée le 24 décembre. Depuis cette date, 16 Sri Lankais ont été dirigés vers ce local situé à l’aéroport Roland Garros et géré par la Police aux frontières tandis que, au vu du nombre de passagers de l’Imula 559, les 37 autres candidats à l’asile en France avaient été dirigés vers l’hôtel Le Sélect, transformé, sur décision préfectorale, en zone d’attente. 

Les « évadés » ont été déférés au parquet de Saint-Denis ce jeudi après-midi, 48 heures après une cavale qui n’avait aucune chance d’aboutir sans moyen logistique ni appui localement.

Ce défèrement posait en creux une question de droit pour le moins inédite sous nos latitudes depuis les arrivées successives de migrants sri lankais à La Réunion. 

En effet, dès lors que les migrants ont quitté la zone d’attente, bien que n’y étant pas autorisés, la question était de savoir si, juridiquement, il est considéré qu’ils ont posé le pied sur le territoire. Si tel était le cas suite à la notification de leur condamnation, ils devraient alors être placés en centre de rétention administrative (CRA) pour ensuite être visés par une obligation de quitter le territoire français (OQTF). En somme, une procédure supplémentaire pour arriver au même résultat. 

Par contre, s’il est considéré qu’ils n’ont pas posé le pied sur le sol français du fait qu’ils soient sortis illégalement de la zone d’attente, alors ils devront être reconduits au Sri Lanka tout comme ceux qui ne se sont pas évadés. 

Un vol est d’ailleurs programmé pour ce vendredi. Des 53 passagers du bateau de pêche arrivé fin décembre, seuls 3 ont obtenu le droit d’entamer des démarches pour réclamer l’asile. Il s’agit de trois mineurs dits « isolés » car débarqués sans parent sur ce bateau. 
 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Viol d’une prostituée sur la voie publique : L’auteur présumé ne voulait pas payer

Gabriel*, mis en examen le 25 août 2022 pour un viol commis la veille sur une prostituée rencontrée via les réseaux sociaux, a donné des explications variables sur le non paiement de ses services. Il a été décrit par des experts comme ayant des difficultés relationnelles mais sans dangerosité criminelle. Malgré sa demande de libération, la chambre de l’instruction a maintenu sa détention, suivant l’avis du parquet général qui craint qu’il exerce des pressions sur la victime.

Trafic de stupéfiants en bande organisée : 45 kilos de zamal péi retrouvés au domicile d’un cultivateur

Jean-Cédric L., 45 ans, a été arrêté pour avoir cultivé 45 kg de cannabis chez lui, impliqué dans un trafic entre l’Île Maurice et La Réunion. Après un an en détention provisoire, il a été placé sous contrôle judiciaire, mais reste sous les verrous après un appel du parquet. Le réseau d’envergure bien huilé révèle des envois fréquents et volumineux vers Maurice.

Soupçons d’emplois illégaux : Didier Robert, Alfred Ablancourt et Ismaïl Aboudou se défendent à la barre

La deuxième journée du procès des emplois de cabinet de la Région a conforté la défense dans sa contestation de la partialité de l’enquête menée par l’OCLCIFF : les témoins auditionnés ont en effet tous confirmé l’effectivité des missions effectuées par les ex-conseillers techniques Alfred Ablancourt et Ismaïl Aboudou, tandis que le troisième prévenu appelé à la barre, l’ancien président Didier Robert, a martelé sa légitimité, en tant que chef de l’administration, à choisir lui-même les personnes embauchées dans son cabinet. Enfin, le DGS d’alors Mohamed Ahmed, convoqué comme témoin, a souligné qu’un arrêté relatif à l’organisation administrative de la Région avait rattaché certains services au cabinet, sans que cela ne soit contesté ni par le contrôle de la légalité, ni par le tribunal administratif.

Rodéos urbains au Port : 10 motos saisies et détruites par la Police

Alors que depuis le début de l’année, une recrudescence des rodéos motorisés a été observée au Port avec pour conséquences deux accidents graves de la route, une opération menée par la Police ce jeudi a permis la saisie de 10 motos impliqués dans cette pratique illégale. Les deux-roues ont été détruits.