Revenir à la rubrique : Economie

Le Mouvement pour un revenu de base veut « supprimer la pauvreté » à La Réunion

La branche réunionnaise du Mouvement français pour un revenu de base mobilise les associations et personnalités afin d’« éliminer la pauvreté » à La Réunion et en France. Une conférence de presse s’est tenue à Saint-Denis ce samedi pour rappeler que « le revenu de base doit être un droit universel, individuel et inconditionnel », selon Loïc Damey, coordinateur […]

Ecrit par SH – le samedi 11 octobre 2014 à 15H11

La branche réunionnaise du Mouvement français pour un revenu de base mobilise les associations et personnalités afin d’« éliminer la pauvreté » à La Réunion et en France. Une conférence de presse s’est tenue à Saint-Denis ce samedi pour rappeler que « le revenu de base doit être un droit universel, individuel et inconditionnel », selon Loïc Damey, coordinateur local du mouvement.

Le principe du revenu de base est différent de celui du revenu minimum. Il s’agirait d’un revenu minimum pour tous, sans condition de ressources, activité, situation familiale et sans contrôles. « Nous voulons ouvrir le débat sur ce sujet qui est la seule alternative proposée aujourd’hui pour supprimer la pauvreté ». Le revenu de base inconditionnel est un revenu cumulable avec d’autres revenus qui se situerait entre 500 et plus de 1.000 euros et remplacerait donc les allocations familiales, allocations chômage, le RSA…

S’agit-il d’inciter les gens à gagner leur vie sans travailler? « Pas du tout, affirme Loïc Damey, car bon nombre de personnes continueraient à travailler mais cela protégerait ceux qui ne le peuvent pas. Il ne s’agit pas d’assistanat car tout le monde est traité de manière égale ». Il explique: « Le lien entre travail et rémunération doit être découplé, parce que ceux qui exercent une activité bénévole, s’occupent de ses enfants, de son domicile… ne sont pas rémunérés ».

« C’est pratiqué ailleurs, alors pourquoi pas en France? » précise Djamel Kada, porte-parole du collectif Eveil Citoyen 974, un des signataires de la déclaration de soutien au revenu de base inconditionnel que distribue le mouvement. 14 associations l’ont signé, notamment l’ARCP Rézistans, l’Union des femmes solidaires, SoliRun, Agir pou nout tout, et l’Association initiatives dionysiennes. Quelques personnalités telles que Huguette Bello, Danyel Waro ou encore Ketty Lisador apportent également leur soutien.

Comment financer le revenu de base? « Taxer les bénéfices non-réinvestis des entreprises comme ils le font aux États-Unis » selon l’Association initiatives dionysiennes. Pour Loïc Damey, trois moyens de financement seraient nécessaires: « Premièrement, la redistribution de l’existant, c’est à dire le principe des impôts et de la TVA. Ensuite, la création monétaire des banques, non sous forme de subventions aux entreprises mais pour le peuple, ce qui est juste un autre moyen d’injecter de l’argent dans l’économie. Et enfin que tous bénéficient des biens communs, c’est à dire comme l’écotaxe mais les ressources naturelles redistribuées à la population ».

Que d’idées et de réflexions qui ne sont pas propres au Mouvement français pour un revenu de base car des philosophes et économistes du monde entier y réfléchissent.

Une idée utopique, selon certains, mais pas selon le mouvement qui demande à ce qu’un revenu de base soit mis en place à La Réunion pendant deux ans et que des études soient menées sur les conséquences de ce changement.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Salon VivaTech : « La Réunion a sa place dans cet écosystème »

Hanifah Locate, directrice de la recherche et de l’innovation à la Région Réunion, s’est rendue au salon VivaTech à Paris. Elle accompagne une dizaine de start-ups qui sont venues présenter leurs produits et affirmer la volonté régionale d’être un futur hub pour l’innovation.

[Communiqué] Prix à la consommation à La Réunion : +0,2 % en avril 2024 et +3,6 % sur un an

En avril 2024, l’indice des prix à la consommation augmente de 0,2 % à La Réunion après une hausse de 0,6 % en mars. Les prix de l’alimentation et de l’énergie reculent après plusieurs mois de hausse. Les prix des produits manufacturés continuent
d’augmenter et ceux des services repartent à la hausse.
Sur un an, l’inflation ralentit en avril (+3,6 %), comparativement au trois premiers mois de l’année durant lesquels l’inflation annuelle était égale ou légèrement supérieure à 4 %. L’indice des prix à la consommation augmente davantage à La Réunion qu’au niveau national (+2,2 %).