Revenir à la rubrique : Faits divers

Le cambrioleur de la permanence du député Ratenon a été condamné

L'individu mis en cause pour le cambriolage de la permanence du député Jean-Hugues Ratenon a été jugé ce lundi. Celui qui volait "pour se nourrir" échappe à la prison ferme.

Ecrit par 1167938 – le lundi 21 novembre 2022 à 15H39

Un jeune homme de 20 ans comparaissait ce lundi pour le cambriolage à deux reprises de la permanence du député Jean-Hugues Ratenon, début octobre et début novembre Il devait en outre répondre d’une tentative de vol d’une office notariale survenue le 30 juin dernier.

Pour mémoire, le 8 novembre dernier, les gendarmes avaient trouvé l’individu à proximité de la permanence en possession d’un grand sac de denrées alimentaires et d’un poste de télévision, blessé et sous l’empire d’un état alcoolique. Prise à partie par des jeunes, la patrouille avait levé le camp rapidement avec le prévenu, le déposant au GHER. Les forces de l’ordre n’avaient alors pas connaissance du dernier cambriolage. C’est un témoin qui avait ensuite permis de l’identifier, avant que des empreintes ne permettent de le confondre, celui-ci ayant laissé son ADN sur les volets. 

Des vols pour se nourrir

Interpellé le 19 novembre fortement alcoolisé, le prévenu a été placé en cellule de dégrisement avant d’être entendu. Le préjudice du cambriolage d’octobre a été estimé à 900 euros, tandis que celui du mois de novembre n’a pas été chiffré. 

Il apparait que le prévenu, sans domicile fixe et sans revenu, a l’habitude de voler pour vivre et consomme du tabac chimique quotidiennement.

La procureure de la république note ce lundi que les endroits visés n’avaient aucune connotation politique. « Les faits de vols s’accumulent et sont réguliers. Cinq procédures en 2 ans plus les faits d’aujourd’hui. Il est insaisissable et s’il repart libre de cette audience, on ne le retrouvera pas. Je vous demande une peine de 18 mois de prison dont 6 assortis d’un sursis probatoire ainsi que le maintien en détention », requiert-elle.

« C’est triste de voir un jeune de 20 ans dans cette situation. Il a été mis a la porte de chez sa mère à ses 18 ans. Il vit de mendicité et de vol. La prison n’est pas la solution. Il faut de l’aider à se réinsérer. Il est dans une situation de rejet total de tout le monde », plaide la défense.

Le prévenu sera condamné à la peine de 10 mois de sursis probatoire renforcé, avec obligations de travail et de formation. « Le but est de vous accompagner dans quelque chose de positif pour l’avenir », explique le président.. Et de prévenir : « Sachez que c’est la dernière fois, que ce soit clair ».

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Ste-Marie : Une femme gravement blessée par son compagnon

Un homme a tiré sur sa compagne à Sainte-Marie ce mercredi. L’individu s’est par la suite infligé une blessure. Les deux ont été transportés dans un état grave au Centre hospitalier universitaire de Félix Guyon à Bellepierre.

Violences : « Si c’était à refaire, je referais la même chose »

L’audience de comparution immédiate de ce lundi avait, bien malgré elle, pour thème les violences conjugales. Le tribunal avait à juger un trentenaire qui, sous l’effet de l’alcool, a frappé son ex-conjointe au prétexte qu’elle ne voulait pas le laisser entrer à son domicile.

Saint-Leu : Il va porter plainte contre sa victime après avoir tenté de l’égorger

Un trentenaire a été jugé en comparution immédiate par le tribunal de Saint-Pierre pour avoir poignardé un autre homme qui a miraculeusement survécu. Le prévenu n’avait pas hésité à se rendre à la gendarmerie pour porter plainte alors que sa victime était encore hospitalisée. Il a été condamné à 16 mois de prison, dont 8 avec sursis.