Revenir à la rubrique : Faits divers

L’accident mortel vire à l’incident politique

Une affaire classée sans suite et la réouverture du dossier grâce à l'intervention d'un homme politique de l'Est proche de la victime. En face, un trentenaire d'une grande famille du Nord poursuivi pour homicide involontaire. Et en filigrane, de l'alcool du zamal, une route mouillée et peu éclairée, et le décès d'un malheureux scootériste de 25 ans.

Ecrit par 2181159 – le jeudi 02 février 2023 à 19H11

Dans la nuit du 13 au 14 juillet 2018, la route de Kevin A. et celle de Reichad L. allaient se croiser pour le pire. Le premier roulait après avoir consommé du zamal et de l’alcool sur un scooter débridé, prêté par un ami qui n’était pas assuré. Au volant de sa BMW série 2, le second revenait de l’Ouest du département où il avait partagé un repas au restaurant avec sa compagne de l’époque. Sur cette portion de route de la RN2 à Sainte-Rose où les deux véhicules s’étaient percutés, la chaussée était mouillée et l’éclairage public ne fonctionnait plus.

Dans cette sortie de courbe limitée à 50km/h, chacun avait vraisemblablement empiété sur la voie de l’autre. Le choc avait été violent et le scootériste, Kevin A., 25 ans, polytraumatisé, n’avait pas survécu à ses blessures. Confiée à un juge d’instruction de Saint-Denis, l’enquête pour homicide involontaire avait été classée sans suite. Le magistrat avait donc estimé qu’il n’y avait pas assez de charges pour renvoyer le conducteur sobre de la BMW devant un tribunal.

La procédure rouverte suite à l’intervention d’un politique

Mais c’était sans compter l’intervention d’un homme politique de l’Est qui a convaincu la famille de la victime à se constituer partie civile afin que le dossier soit réexaminé. Face à de nouvelles investigations et les deux expertises diligentées, le nouveau juge avait décidé de poursuivre Reichad L. en justice.

« Il a été dit que Kevin ne portait pas de casque mais il a été retrouvé dans les arbres lors d’un élagage comme si quelqu’un l’avait jeté » lance l’avocate des proches de Kevin A. aux magistrats du tribunal correctionnel qui jugeaient l’affaire, vendredi 27 janvier dernier. L’accident mortel vire à ce moment-là à l’incident politique, la famille de Reichad, représenté par le bâtonnier Normane Omarjee, étant bien connue dans le nord de l’île versus « des inconnus de l’Est ». « Un mystère entoure l’instruction de cette affaire, poursuit Me Natalia Sandberg, d’autant que les scellés ont disparu ».

« Ça m’est tombé dessus »

« Le dossier, rien que le dossier », a enchaîné le conseil du prévenu afin de recentrer les débats qui auraient pu devenir très houleux. « J’ai le sentiment que le choc était inévitable. Je n’ai pas eu le temps de réagir. Ça m’est tombé dessus », a indiqué Reichad L. déjà sanctionné deux fois pour excès de vitesse en 2013 et 2018. Selon les experts ayant examiné le boîtier de direction électronique de son véhicule accidenté, celui-ci roulait à 73km/h au moment du choc. Entre 50 et 60 km/h, a témoigné sa compagne. 

« La manière dont il conduisait en empiétant sur la voie de droite a conduit au décès du scootériste ainsi que l’ont indiqué les experts automobiles. Cela constitue une faute à laquelle il faut ajouter la notion de vitesse et la conjonction de hasard. Une faute démesurément faible mais qui reste répréhensible du côté pénal », a estimé la représentante de la société, proposant au tribunal de prononcer la peine de 8 mois de prison avec sursis.

Une faute démesurément faible

Pas d’accord, Me Omarjee a affirmé que le lien de causalité n’avait pas été établi par les experts puisque Kevin A. avait « changé de trajectoire pour aborder la courbe » et avait commencé « à empiéter sur la voie opposée avant le choc ». La robe noire a plaidé la relaxe.

La décision du tribunal est attendue le 10 février prochain.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Professeur d’aïkibudo accusé de viol sur un élève mineur : La défense pourrait plaider l’acquittement

Alain T., 63 ans, accusé d’avoir violé un adolescent de 16 ans, évoque une relation amoureuse alors qu’il est également poursuivi pour avoir agressé sexuellement un autre mineur invité à dormir à son domicile. Le sexagénaire a déjà été condamné en métropole pour des faits similaires. Mais son avocat avance qu’il pourrait plaider l’acquittement au motif que les victimes qui fréquentaient les sites de rencontre ont sollicité son client.

Indemnités de logement : Didier Robert pourrait ne pas être poursuivi

Didier Robert, ancien président de la Région Réunion, reste sous enquête pour des indemnités de résidence perçues entre 2016 et 2019, potentiellement supérieures à son loyer. Après une condamnation en 2021 pour abus de biens sociaux, l’étude de son dossier est toujours en cours. Son avocat conteste les évaluations financières de la Chambre régionale des comptes.

Le président de l’Ordre des médecins accusé de violences par son ex-compagne

Actuel président de l’Ordre des médecins, le docteur Benjamin Dusang fait l’objet d’accusations de violences de la part de son ex-compagne Lise François, elle-même médecin. Alors que le renouvellement des membres de l’Ordre est prévu le 21 juin, Lise François a vu sa candidature à l’élection indirectement refusée : le dossier de son binôme, le Dr Ramou Anandanadaradja, a été jugé irrecevable et rejeté par le Conseil départemental de l’Ordre des médecins. Le docteur Anandanadaradja conteste son éviction du scrutin ce jeudi 20 juin devant le tribunal administratif de Saint-Denis.

Saint-Denis : Des policiers tirent sur un chauffard en fuite

Vers minuit ce lundi soir, un équipage de la police nationale a dû se lancer dans une course poursuite dans les rues du chef-lieu pour tenter d’interpeller un conducteur qui roulait à vive-allure. Une autre patrouille, déjà en intervention, a failli être renversée, forçant les agents à faire usage de leurs armes. Finalement, le chauffard a été arrêté à son domicile plus tard dans la soirée.