Revenir à la rubrique : Faits divers

Il brûle un portrait de Macron à Gillot : Un Ste-Marien de 19 ans fera face à la justice

Ils étaient plusieurs centaines à manifester mercredi après-midi aux abords de l’aéroport Roland Garros à l’approche de l’arrivée d’Emmanuel Macron à La Réunion. Pendant cette manifestation, les manifestants avaient exhibé un portrait de Macron « emprunté » à une collectivité publique. Plusieurs personnes ont ensuite commencé à essayer de brûler le portrait du chef de l’État. Les images […]

Ecrit par N.P – le vendredi 25 octobre 2019 à 17H20

Ils étaient plusieurs centaines à manifester mercredi après-midi aux abords de l’aéroport Roland Garros à l’approche de l’arrivée d’Emmanuel Macron à La Réunion. Pendant cette manifestation, les manifestants avaient exhibé un portrait de Macron « emprunté » à une collectivité publique. Plusieurs personnes ont ensuite commencé à essayer de brûler le portrait du chef de l’État. Les images filmées par un téléphone portable ont été diffusées sur Facebook.

Le parquet de Saint-Denis alors informé a saisi la Section de Recherches de la gendarmerie de l’enquête, indique la gendarmerie ce vendredi. À partir de la vidéo qui circule en ligne, la SR va mener des investigations pour partie sur le terrain, pour partie sur la toile. Le portrait du Président Macron provient d’un cadre qui a manifestement été décroché ou dérobé dans une collectivité publique.

En fin d’après-midi le 24 octobre, l’auteur est identifié par les militaires de la SR. Il s’agit d’un Sainte-Marien de 19 ans travaillant dans le secteur du bâtiment actuellement sans emploi qui a déjà fait parler de lui dans un passé récent pour des faits d’outrage et rébellion vis-à-vis des représentants des forces de l’ordre, poursuit la gendarmerie.
 

Entendu depuis ce matin dans les locaux de Vérines, l’homme a reconnu sa participation aux faits et en assumer les conséquences. Il nie cependant avoir décroché le portrait officiel ni savoir d’où il provient.
Il risque d’être poursuivi pour vol de la photographie (portrait) ou recel de vol, destruction du bien d’autrui par un moyen dangereux pour les personnes lors d’une manifestation sur la voie publique, injure publique envers le président de la République par image ou moyen de communication électronique.

Le jeune a été remis en liberté à l’issue de sa garde à vue. Il sera convoqué pour répondre de ses actes devant le tribunal correctionnel de Saint-Denis le 11 février 2020.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

St-Denis : Les parents dépassés frappent leur garçon avec le tuyau d’arrosage

Le père et la mère minimisent les coups portés régulièrement à leur marmaille de 12 ans avec une ceinture. Mais les constatations médicales sont sans appel. Un jour de février 2020, ils se sont, chacun à leur tour, particulièrement acharnés à cause d’un « trop-plein ». Si la famille semble désormais réunie, les prévenus ont tout de même été condamnés ce vendredi. Le père est derrière les verrous pour d’autres faits de violences.

Trafic de drogues de synthèse : Le psychonaute sévèrement condamné

Des substances psychédéliques par kilo importées par colis postal de Chine où elles sont fabriquées par des laboratoires ont inondé La Réunion. Ces cristaux qui imitent la cocaïne ou les amphétamines ne seraient pas de la drogue, selon un trentenaire rejugé à sa demande par la cour d’appel en novembre 2023. Celui-ci s’est réclamé de sa consommation personnelle et n’a pas manqué d’imagination pour justifier son train de vie. Mais il n’a pas convaincu la cour dont la décision tombe comme un couperet.