Revenir à la rubrique : Faits divers

Grand Anse : N’obtenant pas de CDI, il agresse son patron

Le tribunal de police de Saint-Pierre a condamné un jeune homme bien connu de la juridiction pour avoir agressé son patron. Le prévenu affirme avoir perdu le contrôle en apprenant qu'il n'allait pas être conservé à la fin de son CDD. Il a été condamné à des heures de travail d'intérêt général (TIG) ainsi que de lourds dédommagements auprès de la victime.

Ecrit par Gaëtan Dumuids – le mercredi 23 août 2023 à 14H22

Les faits remontent aux 16 octobre 2022. Ce jour-là, Mathieu travaille dans le snack à Grand Anse où il est employé en CDD. À la fin de son service, son patron l’informe que son contrat, qui se termine, ne va pas déboucher sur un CDI.

Le jeune homme de 21 ans va alors rentrer dans une rage folle. Il commence à insulter son patron et à frapper dans les poubelles. Il poursuit sa crise au milieu des clients en hurlant qu’il va « finir en prison à cause de lui ». En effet, Mathieu est sous le coup d’une peine de prison avec sursis pour extorsion avec violence. Il pense alors qu’être sans emploi, alors qu’il a obligation de travailler, va l’amener derrière les barreaux.

Le propriétaire du snack, pour l’éloigner des clients, se dirige vers son scooter à l’arrière de la boutique pour le faire tomber. De quoi alimenter la furie de Mathieu qui va le frapper, le menacer avec un couteau et jeter son téléphone à terre à plusieurs reprises. Certains témoins affirment même qu’il a menacé le patron avec une pierre puis son casque de moto.

Des menaces physiques et économiques

C’est justement sur ces témoignages que Me Vanessa Seroc, qui représente le propriétaire du snack, va appuyer sa plaidoirie. « D’autres témoins confirment la déclaration de mon client. Il l’a menacé avec un couteau. Il dit que c’était un couteau à beurre, mais c’est faux. Il a même pris un galet pour le jeter, mais heureusement qu’il a été arrêté par des clients. Il a même menacé de revenir tous les jours jusqu’à faire fermer l’établissement », argue-t-elle.

Me Seroc demande donc 2000 euros de dédommagements au titre du préjudice moral et physique, 4181 euros pour la perte de chiffre d’affaires causée par les 5 jours d’ITT, 109 euros pour les réparations du téléphone et 1000 euros pour les frais d’avocats.

Après avoir rappelé le lourd passé judiciaire de Mathieu, la procureure va requérir une peine de 70 heures de travail d’intérêt général (TIG).

« Il avait peur de la Justice et ça, c’est rare« 

Pour Me Victoria Rouxel, qui défend le prévenu, « sa réaction est à la hauteur de sa déception. Il a effectué deux CDD dans l’entreprise, preuve qu’il apportait satisfaction ». La robe noire va ensuite remettre en doute les témoignages, arguant qu’il s’agit de la famille indirecte de la partie civile.

« S’il a réagi comme cela, c’est parce qu’il avait peur de la Justice et ça, c’est rare aujourd’hui », affirme-t-elle. Un argument osé puisqu’elle avait elle-même défendu le prévenu quelques mois plus tôt parce qu’il s’était opposé à des policiers qui poursuivaient son ami en délit de fuite. Elle ajoute qu’il n’y a pas de preuve que le snack a été fermé après l’incident et demande donc que cette demande de dédommagement soit déboutée.

Finalement, le tribunal le condamne à une peine de 60 heures de TIG. Il doit surtout dédommager la victime à hauteur de 600 euros pour le préjudice moral et physique, 109 euros pour les réparations du téléphone, 3000 euros pour le préjudice économique de l’entreprise et 750 euros de frais d’avocat.

Thèmes : Grand Anse | Petite-Île
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Soupçons d’emplois illégaux : Didier Robert, Alfred Ablancourt et Ismaïl Aboudou se défendent à la barre

La deuxième journée du procès des emplois de cabinet de la Région a conforté la défense dans sa contestation de la partialité de l’enquête menée par l’OCLCIFF : les témoins auditionnés ont en effet tous confirmé l’effectivité des missions effectuées par les ex-conseillers techniques Alfred Ablancourt et Ismaïl Aboudou, tandis que le troisième prévenu appelé à la barre, l’ancien président Didier Robert, a martelé sa légitimité, en tant que chef de l’administration, à choisir lui-même les personnes embauchées dans son cabinet. Enfin, le DGS d’alors Mohamed Ahmed, convoqué comme témoin, a souligné qu’un arrêté relatif à l’organisation administrative de la Région avait rattaché certains services au cabinet, sans que cela ne soit contesté ni par le contrôle de la légalité, ni par le tribunal administratif.

Rodéos urbains au Port : 10 motos saisies et détruites par la Police

Alors que depuis le début de l’année, une recrudescence des rodéos motorisés a été observée au Port avec pour conséquences deux accidents graves de la route, une opération menée par la Police ce jeudi a permis la saisie de 10 motos impliqués dans cette pratique illégale. Les deux-roues ont été détruits.

Soupçons d’emplois illégaux au cabinet de la Région : La stratégie d’enquête décriée par la défense

En début d’audience pour ce premier jour de procès, les 11 prévenus de la Région Réunion, dirigée par Didier Robert de 2010 à 2021, ont nié toute faute malgré les poursuites pour détournement de fonds, prise illégale d’intérêts et de recel après un contrôle de la Chambre régionale des comptes. L’enquête préliminaire a révélé des emplois potentiellement fictifs, des recrutements discrétionnaires et des rémunérations excessives. Les avocats de la défense contestent la procédure, arguant notamment de partialité et d’imprécision des motifs de poursuite.