Revenir à la rubrique : Faits divers

Gendarme blessée au tesson de bouteille aux Avirons : L’auteur est déclaré pénalement irresponsable

L’homme ayant gravement blessé une gendarme en novembre 2021 aux Avirons a été mis en examen pour tentative de meurtre sur personne dépositaire de l’autorité publique. Atteint de lourds troubles mentaux qu’il refusait d’admettre, il était en pleine crise lors de son passage à l’acte. La chambre de l'instruction vient de prononcer son irresponsabilté pénale.

Ecrit par 2181159 – le mardi 02 mai 2023 à 13H07

Le 12 novembre 2021, une gendarme était agressée lors d’une intervention en centre ville des Avirons, vers midi à une trentaine de mètres de la gendarmerie. La militaire était intervenue sur place avec deux collègues afin de tenter de raisonner un homme qui embêtait des jeunes filles et qui leur avait été signalé par des témoins.

Dépêchés sur place, les militaires s’étaient retrouvés face à un jeune homme de 20 ans adossé au mur de l’église. Alors que la situation semblait apaisée, ce dernier s’était retourné brusquement et avait porté des coups de tesson de bouteille en direction de l’adjudante-cheffe, touchée au niveau du cou et des lèvres. Fort heureusement, malgré la grande quantité de sang perdue par la malheureuse, la carotide n’avait pas été touchée.

Les deux autres gendarmes de la brigade territoriale Etang Salé-Les Avirons qui accompagnaient la victime avaient fait usage de leurs tasers  pour immobiliser l’agresseur issu d’une famille nouvellement arrivée dans la commune. Jean Steevy G. était connu pour être suivi pour des troubles psychiatriques.

Quatre mois plus tard, le 17 mars 2022, le vingtenaire était mis en examen pour tentative de meurtre sur personne dépositaire de l’autorité publique par un juge d’instruction saint-pierrois. La question de son placement en détention provisoire le temps des suites de l’enquête s’était posée. Souffrant de Schizophrénie, le mis en cause n’avait pas pris ses médicaments depuis trois semaines. Au cours de la procédure, cinq experts psychiatres se sont penchés sur son cas afin de déterminer si une altération, voire une abolition de son discernement était intervenue au moment de la violente agression. Une divergence dans les résultats des deux premières expertises a conduit le juge d’instruction à diligenter un collège d’experts. Pour celui-ci, le discernement de Jean Steevy était aboli au moment de son geste.

Son avocat Me Farid Issé avait indiqué lors du débat dans le cabinet du juge des libertés et de la détention que son client se trouvait à l’église « pour demander à Dieu de lui sortir ces voix de la tête. En sortant, il voyait tout noir. Ses yeux étaient noirs. Il a pris deux bouteilles et a frappé dans le vide pour écarter les monstres qui le harcelaient », avait raconté la robe noire. 

Le 20 avril dernier, devant la chambre de l’instruction, le conseil a plaidé l’irresponsabilité pénale de son client. Le parquet général a demandé aux juges de la rue Juliette Dodu ne pas suivre cette voie mais de retenir l’altération. Les magistrats qui avaient mis leur décision en délibéré viennent d’annoncer l’irresponsabilité pénale de Jean Steevy G. qui ne sera jamais jugé pour son crime.
 
 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Le jeune chauffard ayant foncé sur des policiers interdit de séjour pendant cinq ans

Amir F., 28 ans, a comparu devant le tribunal correctionnel ce vendredi pour avoir volontairement foncé sur des policiers à Saint-Denis, sous l’emprise de l’alcool. Lors de l’audience, il a exprimé des excuses et affirmé ne pas se souvenir des événements. Le tribunal a prononcé une peine de trois ans de prison dont un avec sursis probatoire, une incarcération immédiate ainsi qu’une interdiction de séjour de cinq ans.

Korbey d’or : K.O debout pour Sergio Toinette condamné 4 ans de prison avec mandat de dépôt

Le 12 avril dernier, l’ancien dirigeant de Korbey d’Or était jugé pour abus de biens sociaux, corruption et blanchiment. Six de ses proches étaient également poursuivis dans cette affaire d’infractions économiques et financières dont le montant des détournements et des tours de passe-passe entre la société de services à la personne et ses satellites fait tourner la tête. Petit exemple d’un florilège, les 457.000 euros d’espèces qui se sont volatilisées pour se retrouver sur le compte des dirigeants via une porteuse d’enveloppes. Ce vendredi, le tribunal correctionnel a condamné Sergio Toinette à 4 ans de prison avec mandat de dépôt.