Revenir à la rubrique : Politique

Enquête sur sa villa : Nassimah Dindar répond aux accusations du Jir

Le Journal de l’Île annonçait la semaine dernière l’ouverture d’une enquête sur la maison de Nassimah Dindar, présidente du Conseil départemental et depuis peu, sénatrice. La maison Drouhet, maison créole dans le Bas de la Rivière à Saint-Denis se trouve à côté du prestigieux Bourbon Olympique Tennis Club sur un terrain de 900 m2 avec […]

Ecrit par Zinfos974 – le vendredi 06 octobre 2017 à 17H59

Le Journal de l’Île annonçait la semaine dernière l’ouverture d’une enquête sur la maison de Nassimah Dindar, présidente du Conseil départemental et depuis peu, sénatrice. La maison Drouhet, maison créole dans le Bas de la Rivière à Saint-Denis se trouve à côté du prestigieux Bourbon Olympique Tennis Club sur un terrain de 900 m2 avec un jardin de 1300 m2. Selon le journal, tout a été acheté « pour une bouchée de pain à la SPAG ». La maison devait être réhabilitée et a finalement été détruite et reconstruite à l’identique.
 
Le Jir en remet une couche ce vendredi en partant à la recherche des entrepreneurs de la présidente et en publiant un « récit d’une chasse aux fantômes ». Nassimah Dindar s’est donc exprimée sur sa page Facebook, et partage son « sentiment d’écœurement, de révolte et d’injustice de voir (son) lieu de vie exhibé de la sorte ».

Voici son post Facebook :
 
« En rire ou en pleurer…
Que dire face aux agissements du JIR sur ma vie personnelle et ma maison.

Mes amis, j’ai un sentiment d’écœurement, de révolte et d’injustice de voir mon lieu de vie exhibé de la sorte, de voir ce monsieur aigri téléguidé par on ne sait qui ou par ses propres démons se permettre de donner mon adresse et de m’appeler tatie.
J’ai été éduquée dans le respect d’autrui comme beaucoup de réunionnais et je pense sincèrement que chacun d’entre nous, quelque soit son métier, se doit de l’exercer de façon digne.

La semaine dernière Madame la Ministre de la Santé et des Solidarités était présente sur notre ile. Cette semaine, c’est Madame la Ministre des Outre-mer qui nous gratifie de sa visite.

Pour autant, ce n’est pas madame Girardin qui fait la une du JIR. Ce journal préfère apparemment amorcer des ladi lafé plutôt que de faire de l’information. Quand les Ministres sont de passage, certains oiseaux se disent que leur canard va être lu à Paris.
Au moment où je m’apprête à porter notre voix au Sénat je déplore les basses manœuvres qui ont été échafaudées en mon absence en vue de me salir et de détériorer mon image d’une part, auprès des réunionnais qui sont ma famille, et d’autre part auprès des représentants de l’état en visite dans notre Département.

Comme monsieur et madame tout le monde, monsieur Dindar et moi-même avons fait l’achat d’un terrain il y a plusieurs années. A l’aide d’un emprunt nous avons construit. C’est ma maison, j’y habite depuis 4 ans dans une résidence, entourée de voisins ; je n’ai rien à cacher, je vous inviterai à la découvrir puisqu’elle fait la une du journal deux semaines d’affilée.
A mon retour, je réagirai, en tant que moi-même, Nassimah, en tant que Présidente du Département, et en ma qualité de Sénatrice de la République.

Quels sont les intérêts croisés entre Abdul Cadjee, homme d’affaires, propriétaire du JIR, Jacques Tillier, Directeur Général et Directeur de la publication et la Région Réunion qui finance le JIR ?
Autant de questions que je me pose.

Et vous, qui êtes mes amis, et qui ne vous laissez pas leurrer par les apparences, je laisse à votre réflexion et à votre intelligence cette triple question.

Au choix, les arguments de mes détracteurs sont tellement dérisoires que je crois qu’il vaut mieux en rire… »
 

 

Enquête sur sa villa : Nassimah Dindar répond aux accusations du Jir

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

NRL : Audrey Bélim salue la prise en compte de l’inflation par l’AFIT France

Interrogé par Audrey Bélim, Franck Leroy, nouveau président de l’Agence de Financement des Infrastructures de Transport (AFIT France),a assuré à la sénatrice que l’organisme prendrait en compte l’inflation dans son soutien financier au projet, jusqu’en 2028. « C’est un point fondamental qui n’était pas acquis », rappelle la parlementaire.

Philippe Naillet s’exprime au sujet du Chlordécone et du Fipronil à La Réunion

Le 29 février 2024, cinq propositions de loi, dont une visant à renforcer la protection des mineurs dans le sport et d’autres concernant le soutien aux TPE, l’encadrement des frais bancaires et la lutte contre les pénuries de médicaments, ont été adoptées. Philippe Naillet s’est exprimé sur la responsabilité de l’État dans le scandale du Chlordécone, également examiné à cette occasion.