Revenir à la rubrique : Faits divers

Elle lacère son conjoint : « Vous lui avez massacré le visage »

Fait assez rare pour le souligner, ce lundi au tribunal judiciaire de Saint-Denis, c’est une femme de 48 ans qui comparaissait pour des faits de violences sur son conjoint avec la circonstance aggravante d’un état d’ivresse. Après l’avoir placée en garde à vue à de nombreuses reprises, la parquet a décidé cette fois, de la présenter en audience de comparution immédiate, compte tenu de la gravité des blessures de son compagnon. Elle devait également répondre de violences répétées sur conjoint.

Ecrit par zinfos974 – le mardi 18 août 2020 à 09H47

Les faits se sont produits le 14 août dernier à Saint-Denis, un homme a subi de multiples blessures au couteau par sa compagne. Fabienne H., 48 ans, n’a pas supporté les réflexions de son ami qui lui reprochait d’être resté à discuter trop longtemps avec une copine. Son sang ne fait qu’un tour, elle prend un couteau de cuisine et se déchaine sur lui. Il s’en sort avec une ITT de 3 jours. « Vous lui avez massacré le visage » assène le président. La dame n’en est pas à son coup d’essai. Le 11 juin dernier, elle lui avait fracassé la tête avec un vase suite à une dispute. Les policiers avaient retrouvé une marre de sang dans le salon devant le canapé. 

« Il me reproche trop de trucs » explique t-elle quand le président lui demande les raisons de ce déchaînement de violence. « Écoutez-le, ça devrait suffire pour ne plus l’entendre » répond le magistrat. La prévenue, qui ne semble pas prendre la mesure de la gravité de la situation, boit depuis l’âge de 13 ans. 

« Elles sont plus faibles, donc elles n’y vont pas à main nue ! « 

« Ce qui est certain, c’est qu’il y a une égalité parfaite homme/femme concernant la consommation d’alcool ! » fustige la procureur. « Elles sont plus faibles, donc elles n’y vont pas à main nue ! Elle comparaît aujourd’hui car il y a une gravité croissante de la violence, sur des parties létales de surcroit. Elle cherche à fuir ses responsabilités et comme toutes les victimes, il n’ose pas la dénoncer. Elle est dangereuse, elle va finir par le tuer ! Je demande une peine de 4 ans de prison dont 2 ans de sursis probatoire ainsi que le maintien en détention » requiert le procureure de la République. 

Pour la défense, la cause est bien connue de la justice : « Une fois encore, il s’agit d’un problème d’alcool. Cela entraine une fois de plus des faits graves, même s’ils sont reconnus. Elle doit bénéficier de soins pour sortir de cette spirale dramatique. Elle boit depuis l’âge de 13 ans, elle a besoin d’aide ». Reconnue coupable, le tribunal condamne Fabienne H. à une peine de 4 ans de prison dont 1 an assorti d’un sursis probatoire. Elle devra se soumettre à une obligation de soins et écope par ailleurs d’une interdiction de contact avec la victime. Le président a également prononcé le maintien en détention. 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Une femme victime d’attouchements dans une piscine municipale

Un homme comparaissait le 17 mai dernier devant le tribunal correctionnel de Saint-Denis pour des faits d’agression sexuelle. Sur proposition du parquet, la victime a accepté de correctionnaliser cette affaire qui était, au départ, ouverte pour des faits criminels de viol. Il a été reconnu coupable ce vendredi et condamné à 6 mois de prison avec sursis.

Plaine des Cafres : Un impressionnant incendie ravage une maison abandonnée

Un impressionnant incendie s’est déclaré ce vendredi après-midi à la Plaine des Cafres dans le centre-ville du 23e km, à proximité des locaux de la PMI, non loin de la caserne des pompiers.
L’intervention est toujours en cours dans cette maison abandonnée, l’ancien dortoir des filles du foyer Marie Poittevin.

RN2 de Saint-André : Accident dans le secteur de Petit Bazar

Sur la RN2 à Saint André, suite à un accident qui s’est produit dans le secteur de Petit Bazar, la route a été fermée à la circulation en milieu de matinée dans le sens Nord/Est avec une déviation par la bretelle de sortie de l’échangeur, et la RN2002. Un sur-accident est ensuite survenu. La route a finalement pu être rouverte à la circulation en fin de matinée.