Revenir à la rubrique : Société

Covid en prison : Pas de contact physique au parloir

Parloirs, tests, vaccination... Depuis le début de la crise, des mesures sont mises en place dans les centres pénitenciers de l'île pour éviter la propagation du virus.

Ecrit par N.P – le mercredi 05 janvier 2022 à 08H53

L’arrivée des détenus dans les centres pénitentiaires de l’île est soumise à un protocole sanitaire depuis le début de la crise. À Saint-Denis, ces derniers sont placés en isolement les 14 premiers jours. Ils doivent effectuer un test au début et à la fin de cette période, avant d’être placés avec les autres détenus s’ils sont négatifs, ou dans un compartiment dédiés aux prisonniers positifs à la Covid-19.

Les volontaires peuvent se faire vacciner lors d’une campagne de vaccination mensuelle au sein de l’établissement. Le dispositif semble plutôt bien accueilli : « Un peu plus de 50% des détenus sont vaccinés à Saint-Denis”, indique le secrétaire régional de FO-Pénitentiaire, Vincent Pardoux.

La fin des contacts physiques au parloir

Les visites de détenus sont également rendues plus protocolaires. En matière de parloir, les prisons de l’île optent pour un mode opératoire commun. À Domenjod, au Centre de détention du Port, comme à la Maison d’arrêt de Saint-Pierre, la séparation physique est totale entre le détenu et le visiteur, afin d’éviter les risques.

Les familles, elles, n’ont pas l’obligation de présenter de test négatif, ni de pass sanitaire pour s’y rendre. Elles doivent suivre un parcours pour éviter les flux de visiteurs. Le dispositif semble porter ses fruits. “Aucun gros cluster n’a été recensé” , indique Vincent Pardoux.

Actuellement, aucun détenu n’est recensé positif à la Covid-19. Chez le personnel, 5 cas sont dénombrés à Saint-Denis, 9 cas au Port et  aucun à Saint-Pierre. Le nombre d’arrêts maladies est en hausse. Un phénomène qui prend de l’ampleur et pourrait venir perturber l’organisation des établissements.

Des projections de colis en hausse

Les établissements pénitentiaires de l’île constatent par ailleurs une recrudescence de projections de colis. Le retour exponentiel du phénomène semble étroitement lié aux nouvelles restrictions au parloir.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Errance animale : « Si on prend la peine d’avoir un chien et qu’on l’aime, on le laisse dans sa cour »

Ce mardi 23 juillet, la CASUD organisait une grande opération de prévention et de sensibilisation contre l’errance animale sur le parcours de santé de Bel-Air au Tampon. L’occasion de rappeler les bonnes pratiques pour ne pas attirer les chiens errants et éviter qu’ils se rassemblent en meute. L’intercommunalité du sud annonce renforcer la sensibilisation autour des chiens divagants et, le cas échéant, mettre en place des sanctions.

Clara répond de belle manière aux commentaires misogynes

La chanteuse Clara Roland a été la cible de très nombreux commentaires négatifs sur son choix vestimentaire lors d’une prestation musicale sur scène. Elle a pris la parole lundi et a rappelé l’importance de rester libre et de s’assumer face aux critiques qui seront toujours présentes.

Les cas de coqueluche augmentent en France, comment protéger les nourrissons ?

Face à la recrudescence de la coqueluche en France depuis le début de l’année 2024, la Haute Autorité de santé (HAS) a publié aujourd’hui de nouvelles recommandations vaccinales.
Cette infection respiratoire, hautement contagieuse, a causé la mort de 17 personnes depuis janvier, dont 12 nourrissons âgés d’un à deux mois, un enfant de quatre ans et trois adultes de plus de 85 ans.