Revenir à la rubrique : Politique

Combien touchent les conseillers régionaux ?

Un président de région est rémunéré 5512,13 euros bruts par mois, quelle que soit la taille de la région, ce qui équivaut à 66145,56 euros bruts par an. De plus, il peut prétendre à un logement de fonction dans le cas où il habiterait en dehors de l’agglomération du chef-lieu départemental et bénéficie d’un véhicule […]

Ecrit par – le vendredi 18 décembre 2015 à 11H23

Un président de région est rémunéré 5512,13 euros bruts par mois, quelle que soit la taille de la région, ce qui équivaut à 66145,56 euros bruts par an. De plus, il peut prétendre à un logement de fonction dans le cas où il habiterait en dehors de l’agglomération du chef-lieu départemental et bénéficie d’un véhicule de fonction.

Pour les vice-présidents en revanche, la donne change. Pour les régions comptant moins d’un million d’habitants, ce qui est donc le cas de la Réunion, ils sont rémunérés 2128,82 euros bruts par mois (2661,03 € pour celles de un à deux millions d’habitants, 3193,23 € pour celles de deux à trois millions d’habitants, et 3725,44 € pour celles de plus de trois millions d’habitants).

Les conseillers régionaux connaissent également des variations de salaires concernant les régions. Pour les régions comptant moins d’un million d’habitants, ils sont rémunérés 1520,59 € bruts par mois, et 1672,65 € bruts par mois s’ils sont membres de la commission permanente.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

NRL : Audrey Bélim salue la prise en compte de l’inflation par l’AFIT France

Interrogé par Audrey Bélim, Franck Leroy, nouveau président de l’Agence de Financement des Infrastructures de Transport (AFIT France),a assuré à la sénatrice que l’organisme prendrait en compte l’inflation dans son soutien financier au projet, jusqu’en 2028. « C’est un point fondamental qui n’était pas acquis », rappelle la parlementaire.

Philippe Naillet s’exprime au sujet du Chlordécone et du Fipronil à La Réunion

Le 29 février 2024, cinq propositions de loi, dont une visant à renforcer la protection des mineurs dans le sport et d’autres concernant le soutien aux TPE, l’encadrement des frais bancaires et la lutte contre les pénuries de médicaments, ont été adoptées. Philippe Naillet s’est exprimé sur la responsabilité de l’État dans le scandale du Chlordécone, également examiné à cette occasion.