Revenir à la rubrique : Politique

Christophe Estève : « Réformer la PAC pour aller vers une agriculture qui fait manger les gens »

Le candidat réunionnais de la liste d'union Place Publique/Parti socialiste aux Européennes livre les grandes lignes du projet qu'il défend au scrutin du 9 juin : défendre les populations, préserver l'environnement en taxant les riches et changer le modèle agricole.

Ecrit par Baradi Siva – le mardi 28 mai 2024 à 06H10

Christophe Estève se trouve en 45ème position sur la liste d’union Place Publique/Parti socialiste menée par Raphaël Glucksmann. Le Réunionnais de 43 ans, fondateur de Place Publique Réunion, n’est pas mathématiquement éligible, mais participe à la campagne dans laquelle il défend les intérêts réunionnais.

L’enseignant insiste sur l’importance de choisir le 9 juin une liste qui défend une Europe pour la paix, pour la transition écologique et pour la transition agricole vers « une agriculture qui fait manger les gens« .

 

 

 

Protéger la biodiversité de La Réunion en taxant les multinationales et les ultrariches

Christophe Estève cite comme enjeu primordial pour les Européennes, la préservation de la nature et particulièrement la biodiversité de La Réunion. « Nous avons un besoin réel d’accompagner nos territoires pour que ces impacts du réchauffement climatique soient les plus mesurés possibles et les plus réduits possibles », indique-t-il avant de préciser, « il est nécessaire que les solutions européennes viennent de nos territoires pour qu’on puisse d’adapter au réchauffement climatique. »

Pour obtenir un budget dédié à l’adaptation des territoires au changement climatique et à la préservation de la biodiversité, la liste Place Publique/Parti socialiste propose de « taxer les multinationales qui ont fait des superprofits, notamment pendant la crise du covid-19, ainsi que les ultrariches. »

 

Financer la transition agricole

 

« L’Europe que l’on veut aussi, c’est une Europe qui accompagne les agricultrices et les agriculteurs et particulièrement celles et ceux qui travaillent à cette transition écologique« , déclare-t-il avant d’évoquer le Pacte Vert qu’il considère comme une base vers une agriculture raisonnée, mais qui doit aller plus loin.

« Nous, nous voulons une réforme de la PAC. Elle est essentielle et pour notre territoire, elle l’est encore plus« , assure le candidat. « Aujourd’hui, une grande partie des subventions de la PAC sont captées par ceux qui font des gros hectares et des gros volumes. Il faut que cela change. Il faut que cette PAC s’oriente vers une agriculture vivrière, une agriculture qui fait manger les gens, qui fait de l’emploi et qui préserve l’environnement« , insiste-t-il.

 

 

L’intérêt géopolitique des élections européennes

 

Christophe Estève tient à préciser que le scrutin du 9 juin revêt une importance particulière dans un contexte géopolitique très tendu. « L’année 2024 est déterminante avec la réélection de Vladimir Poutine ce qui lui permet de maintenir sa guerre en Ukraine. Il va y avoir les élections européennes en juin et il faut absolument qu’il y ait une force sociale-démocrate pour porter les valeurs que l’on défend. Et en novembre, si Donald Trump est élu aux États-Unis, l’Union européenne va se retrouver seule face à la guerre de Poutine. Et nous voyons que nous sommes incapables seuls de fournir la défense nécessaire à la résistance ukrainienne« , déclare-t-il.

 

Ramener les usines en France

 

« L’histoire de l’Union européenne n’a pas été favorable à la France. Il y a eu énormément de délocalisations d’usines vers les pays asiatiques. Il faut faire machine arrière. Cela a commencé avec le ‘devoir de vigilance’ des entreprises porté par Raphaël Glucksmann« , déclare Christophe Estève qui précise, « cela permet d’éviter de faire entrer dans l’Union européenne des produits issus de l’esclavage des Ouïghours, et aussi de contraindre les entreprises qui détruisent le monde pour produire. »

 

Défendre les générations futures

 

Christophe Estève souhaite aussi porter un débat important au Parlement européen, celui du droit des générations futures. L’objectif est d’ainsi interdire toute décision, loi, mesure qui pourrait porter préjudice à ceux qui ne sont pas encore nés.

« Aujourd’hui, les générations futures, juridiquement, n’ont pas de droit, tout simplement parce que ces générations-là ne sont pas nées, elles n’existent pas. Mais on a vu en Allemagne, notamment, mais également en France, des clauses ou des lois qui ont été refusées parce qu’elles pouvaient avoir une atteinte pour les générations futures« , argumente le citoyen candidat.

Il prend pour exemple le glyphosate dont l’usage a été reconduit jusqu’en 2030, et ce, malgré les études qui prouvent son impact négatif sur la santé et sur les terres. « S’il y avait eu une législation sur le droit des générations futures, le glyphosate aurait pu être interdit de façon définitive parce qu’on sait qu’il va nuire à l’environnement« , explique-t-il.

 

Pas de « chamailleries » de cour de récréation

 

« On ne peut pas se chamailler, entrer dans des disputes de cour de récréation« , lance le candidat réunionnais dont la liste a été la cible d’attaques de LFI et des Verts.

Christophe Estève tient à appeler tous les partis de gauche à se serrer les coudes face à des ennemis communs : « Notre cible restera toujours le Rassemblement national et l’ultralibéralisme mené par Emmanuel Macron« , assure-t-il après avoir souligné les points communs entre la liste PP/PS et LFI, notamment sur les sujets de la fiscalité, de l’écologie et de la PAC.

 

Quel avenir pour Place Publique à La Réunion ?

 

« Le fonctionnement de Place Publique, c’est d’abord de porter des idées« , indique le candidat aux Européennes.

« C’est un mouvement social écologiste. Il faut que l’un et l’autre fonctionne ensemble« , insiste Christophe Estève avant d’ajouter, « et pour ça, on a intégré une troisième dimension, la dimension citoyenne, démocratique. »

« Chacune et chacun peut participer à la décision que l’on va prendre. Cela veut dire qu’il faut accepter le temps long« , explique le fondateur de Place Publique à La Réunion.

Christophe Estève indique que Place Publique sera présent pour les prochaines élections à La Réunion et visera d’abord à « rassembler la gauche sociale/écolo » ainsi que les mouvements citoyens et pas forcément à placer des candidats sous son étiquette.

Place Publique souhaite rassembler pour les prochaines élections toutes les forces de gauche dans l’arc « social/écologiste » pour « gagner d’autres élections« .

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
9 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Inéligibilité d’André Thien Ah Koon : Le jugement d’appel confirmé

Une erreur dans le libellé du jugement rendu par la cour d’Appel en mai dernier a permis au maire du Tampon de continuer à exercer ses différents mandats encore quelque temps. Ce jeudi, après avoir évoqué l’affaire en chambre du conseil et à huis clos, la cour a corrigé l’erreur et confirmé l’inéligibilité de l’édile.

Michel Vergoz : « Le sursaut, c’est maintenant »

Le président du Mouvement politique Trait d’Union, Michel Vergoz, livrait ce jeudi son analyse sur les résultats des élections européennes qui a confirmé la forte poussée du Rassemblement national (RN). Soutien de la majorité présidentielle, le président du Mouvement politique Trait d’Union (MPTU), qui reconnait que la majorité présidentielle a été ébranlée par les résultats de ce scrutin, assure néanmoins que la dissolution de l’Assemblée nationale par Emmanuel Macron est décision « salutaire » pour l’avenir du pays.

Le Tampon : André Thien Ah Koon au bord des larmes à l’heure de dresser son bilan

André Thien Ah Koon a convié la presse ce jeudi matin pour évoquer son avenir politique ainsi que celui du Tampon et de la CASUD suite à sa condamnation à une peine d’inéligibilité.
Celui qui est encore maire du Tampon pour quelques jours, jusqu’à ce que le préfet lui notifie l’arrêt de la Cour d’Appel, a préféré lire un document. Il a réussi à conserver un semblant de self control jusqu’aux derniers mots, au moment de dire adieu aux Tamponnais, où sa voix s’est étranglée et quelques larmes ont pointé au coin de ses yeux.