Revenir à la rubrique : Faits divers | Politique

Bruno Mamindy-Pajany partiellement relaxé et condamné à 5.000 euros d’amende

Bruno Mamindy-Pajany, ancien maire de Sainte-Rose de 2001 à 2015, ainsi que son ancien DGS, ont été jugés devant le tribunal correctionnel le vendredi 8 décembre dernier pour des faits d'atteinte à la liberté d'accès des candidats dans les marchés publics commis du 1ᵉʳ janvier 2009 au 31 juillet 2015. Ce vendredi 9 février, le tribunal correctionnel a rendu son délibéré. Aucune inéligibilité n'a été prononcée à leur encontre.

Ecrit par Zinfos974 – le vendredi 09 février 2024 à 09H12

Rappel des faits

Après 6 années d’instruction, ce dossier va enfin connaitre son épilogue. Tout est parti d’une plainte de Michel Vergoz en 2015, alors fraîchement élu à la mairie de Sainte-Rose. L’édile dénonce à travers sa plainte le marché des tickets-restaurants reconduit en 2013 avec la société Accor sans appel d’offres, ainsi que celui des denrées alimentaires pour les cantines scolaires n’ayant fait l’objet d’aucune mise en concurrence entre 2009 et 2015.

De son côté, la partie civile qui représentant la commune, avait estimé qu’il s’agissait d’un délit de favoritisme qui avait toute sa place dans ce tribunal. À cet égard, la partie civile avait demandé une somme de 585.000 euros de préjudice. 

L’ancien maire de Sainte-Rose, pour sa défense, avait mis en avant un processus existant depuis l’ancienne mandature bien avant 2009 et qui avait été repris lors de son arrivée aux commandes la commune. C’était également le positionnement de son DGS de l’époque qui indiquait au président du tribunal : « On a continué ce qui était fait avant, mais nous étions conscients de la nécessité de mettre en place un marché« .

Le procureur de la république estimait pour sa part que « le but aujourd’hui est de rappeler les règles lorsqu’elles ont été enfreintes, pas de vous clouer au pilori. Il y a un travail de mise en concurrence qui n’a pas été effectué« , requérant une peine exemplaire de 5000 euros d’amende et 2 ans d’inéligibilité pour les deux prévenus ainsi que l’affichage pendant 2 mois dans la presse locale. 

Pour la défense du DGS, « seul le droit importe. Il est anormal que l’on se moque du monde, car M. Vergoz était maire de 1983 à 2001 et n’a jamais passé aucun marché public », plaidant la relaxe de son client. « Ne croyez pas que les fournisseurs se battent pour aller là-bas ! Dans cette petite commune, il n’y a pas de service juridique, le maire est seul, c’est un élément de fait. Où est l’intention malveillante dans ce dossier ? Ils ont fait du mieux qu’ils ont pu, c’est une instrumentalisation de la justice », plaidait à son tour la défense de l’ancien maire, demandant également la relaxe. 

Ce vendredi 9 février, le tribunal a rendu son délibéré. Bruno Mamindy-Pajany et son ancien DGS, sont partiellement relaxés des faits qui leur étaient reprochés. Le tribunal retient leur culpabilité pour atteinte à la liberté d’accès aux marchés publics. À ce titre, ils sont condamnés à 5000 euros d’amende. Aucune peine d’inéligibilité n’a été retenue à leur encontre. 

S’abonner
Notification pour
9 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Davidgoliath
15 jours il y a

Porcidou doit l’avoir mauvaise, lui qui souhaitais l’inegibilité.

cilaosaa
15 jours il y a

Ces hommes politiques…tjr à l’abri des lourdes peines… Tjr la relaxe… justice à deux vitesses…Un pauvre n’aurait pas eux la même sentence…

bob
15 jours il y a

6 ans dinstruction judiciaire pour conclure un tel verdict.. Justice préférentielle !!!

jpleterrien
15 jours il y a

On n’est pas surpris… Ces politicards magouilleurs s’en sortent toujours et peuvent se représenter devant les électeurs…. qui n’hésiteront pas à les réélire !!!
Pas étonnant que les bureaux de vote se vident…

Chris
15 jours il y a

Encore au tribunal et condamné celui là ???!!! il y passe sa vie ou quoi ?

pierre
15 jours il y a

La semaine dernière j’ai vu l’ancien maire qui mangeait un bouchon sans l’avoir trempé dans le siave, il parait que le maire actuel va porter plainte pour atteinte à la liberté du bouchon de n’avoir pas connu le siave avant dégustation.

Grigri
15 jours il y a

Pajany et Gangnant étaient à la bonne école avec Virapoullé Jean Paul

Paille en queue
15 jours il y a

Monsieur Mamindy Pajany ont vous attend les bras ouverts à ste Rose,tout les manigances du Maire qui est en place ont n’en n’a assez assez de la corruption assez colonialisme en places, Vive Monsieur Bruno 🙏

Pa moin la di
Répondre à  Paille en queue
15 jours il y a

Mamindy la paye 1€ la banane sans passe marché public. Ou veut sainte-rosiez i paye 1 € une banane? Si ou veut payer ça ok, fais revenir brino mem Oté zot va goût son banane 1€

Dans la même rubrique

Sainte-Marie fait un grand pas sur la résorption de son déficit

Le second conseil municipal de l’année à Sainte-Marie s’est déroulé ce vendredi et a été principalement marqué par les discussions autour des orientations budgétaires. Avec des marges de manœuvres financières quasi retrouvées, le maire de Sainte-Marie, Richard Nirlo, annonce que la commune pourra enfin relancer de nombreux chantiers à l’arrêt, comme l’école de Beauséjour, dont la livraison est attendue pour 2025.

4 voies du Tampon : Une voiture sur le toit

Un accident vient de se produire sur la quatre voies du Tampon. Un véhicule se trouve sur le toit au milieu de la voie descendante voiture sur le toit. De gros ralentissement sont en cours dans le secteur.

Une délégation de sénateurs en visite pour deux missions d’étude à La Réunion

Quatre sénateurs multiplient cette semaine les visites de terrain et les rencontres avec les représentants des institutions et collectivités dans le cadre de deux études portant sur l’« Adaptation des moyens d’action de l’État dans les Outremer » et la « coopération et l’intégration régionales des Outremer ». Des propositions de loi sont attendues avant la fin de l’année.

La complexe campagne des Européennes

C’est l’heure de la rentrée politique. Les partis lancent à reculons, à demi-mot ou en misouk leur campagne pour une élection qui a la particularité de ne vraiment pas passionner les Réunionnais.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial