Revenir à la rubrique : Economie

Baisse des allocations: « On vise les familles nombreuses, ce n’est pas normal »

Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale présenté lundi commence à inquiéter les familles. Pour diminuer le déficit budgétaire de la Sécurité sociale, le gouvernement compte réduire les allocations familiales, notamment la prime de naissance, mais aussi réformer le congés parental, la garde d'enfants à domicile et la majoration des prestations pour les adolescents. Aristide Payet, président de l'UDAF (Union départementale des associations familiales) de La Réunion, réagit pour nous à ces annonces.

Ecrit par SH – le mercredi 01 octobre 2014 à 15H41

Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, a présenté le projet de loi de financement de la Sécurité sociale lundi. L’objectif est de réduire le déficit de la Sécurité sociale en 2015 de 9,6 milliards d’euros en puisant, en partie, dans la branche famille. 700 millions d’euros seraient donc amputés aux allocations familiales.

« Cela ne fait que continuer, affirme Aristide Payet, président de l’UDAF Réunion. C’est peut-être 700 millions d’euros cette fois-ci, mais c’est la continuité de ce qui se passe depuis 2012, à savoir 4 milliards d’euros pris aux familles ».

Parmi les modifications prévues, la prime de naissance (923,08 euros sous condition de ressources) sera divisée par trois à compter du deuxième enfant. Le congé parental sera également modifié avec un passage de six mois à un an de congé pour le premier enfant. Les trois ans de congé à partir du deuxième enfant devront être partagés entre les deux parents, le gouvernement comptant sur le fait que peu de père ne les prennent pour en réduire le nombre. « Les parents renoncent déjà à prendre ces congés parce qu’ils sont très peu rémunérés et qu’on ne peut pas vivre avec 400 euros par mois », s’indigne Aristide Payet.

Il rappelle également que l’âge auquel les majorations mensuelles sont accordées passeraient de 14 ans à 16 ans, ce qui coûterait 1.500 euros par enfant. « Ils sont en décalage avec la réalité de la vie de la famille », affirme le président de l’UDAF Réunion.

« Le gouvernement annonce qu’il annulera le gèle des prestations familiales mais ça ne change absolument rien car il n’y a pas d’inflation, explique-t-il. C’est le désordre et nous craignons que la confiance en la politique familiale française ne soit détruite ». Selon le président de l’UDAF, « bon nombre de pays sont envieux de ce système et de notre accroissement naturel positif, mais ce ne sera plus le cas si ça continue ».

« L’avis de l’UNAF est pris en compte avant chaque projet de loi, précise-t-il, mais ce n’est qu’un avis et cela fait deux ans qu’il est défavorable ».

Même si le gouvernement précise que 700 millions d’euros de la branche familiale de la Sécurité sociale ne représente que 1%, Aristide Payet insiste: « On vise les familles nombreuses et ce n’est pas normal. Nous ne voulons pas polémiquer et nous comprenons qu’il y ait un besoin d’économie mais il paraît logique qu’il y ait d’autres possibilités que de prendre l’argent des familles ».

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Air Austral : Levée du préavis de grève

Air Austral annonce la levée du préavis de grève du syndicat SNPNC-FO alors que les négociations continuent autour du plan de la restructuration de la compagnie aérienne.