Revenir à la rubrique : Faits divers

​Affaire Sidélec : Fin de garde à vue pour Maurice Gironcel

Le président du Sidélec vient de quitter la Caserne de la Redoute au terme de 48 heures de garde à vue dans le cadre de l’enquête du Parquet national financier sur des soupçons de marchés truqués.

Ecrit par IS---RL---BS – le jeudi 15 décembre 2022 à 13H50

Maurice Gironcel retrouve l’air libre après avoir passé deux jours sous la surveillance des gendarmes de la Caserne de la Redoute à Saint-Denis. Le maire de Sainte-Suzanne et président de la Cinor a été interrogé par les enquêteurs du Parquet national financier, institution judiciaire chargée de traquer la grande délinquance économique et financière, pendant 48 heures dans le cadre d’une investigation suite à des soupçons de marchés truqués.

Pourquoi Maurice Gironcel a-t-il été placé en garde à vue ?

Les enquêteurs du Parquet national financier s’intéresse au fonctionnement du Sidélec, le Syndicat intercommunal d’électricité de La Réunion. Une enquête préliminaire a été ouverte pour « entente illicite et délit de favoritisme ». Mais la semaine d’investigation – entre les auditions, perquisitions et garde à vue – pourraient mener les magistrats à multiplier les chefs d’inculpation.

Maurice Gironcel est le président du Sidélec et a donc été interrogé par les enquêteurs en cette qualité. Son directeur général des services, Yves Gigan a aussi été auditionné, tout comme Fabrice Carpin, responsable travaux d’électrification rurale. D’autres membres du syndicat auraient été auditionnés à la Caserne de La Redoute, mais aussi lors des premières perquisitions au siège du Sidélec à Ste-Suzanne. Du côté du service communication du Sidélec, c’est motus et bouche cousue.

Perquisition à la mairie de Sainte-Suzanne

Selon nos informations, les enquêteurs hier soir n’avaient pas suffisamment d’éléments pour confondre le président élu depuis 2014 à la tête du syndicat. Raison notamment pour laquelle il est resté une nuit supplémentaire avant la recherche en sa compagnie de nouveaux documents ce jeudi à l’aube dans les locaux de la mairie dont il est l’édile.

Toujours selon nos informations, les différents gardés à vue ont été tenus à l’écart les uns des autres afin qu’ils ne puissent pas se concerter et aucune confrontation n’a eu lieu. Les enquêteurs ont donc principalement recueilli les versions de chacun pour alimenter leur dossier.

Fin de garde à vue mais l’enquête continue

Les enquêteurs du Parquet national financier ont terminé leurs interrogations dans le cadre des investigations préliminaires. Ils devront présenter leurs trouvailles au procureur du PNF qui décidera ensuite des possibles poursuites judiciaires à entreprendre.

Maurice Gironcel, président du Sidélec, Yves Gigan, directeur général des services et Fabrice Carpin, responsable d’électrification rurale, sont donc tous sortis de garde à vue.sans faire aucune déclaration. D’autres personnes ont également été interrogées par les enquêteurs parisiens. Il pourrait s’agir de cadres d’entreprises concernées par les marchés sur lesquels portent les soupçons de trucage.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Le jeune chauffard ayant foncé sur des policiers interdit de séjour pendant cinq ans

Amir F., 28 ans, a comparu devant le tribunal correctionnel ce vendredi pour avoir volontairement foncé sur des policiers à Saint-Denis, sous l’emprise de l’alcool. Lors de l’audience, il a exprimé des excuses et affirmé ne pas se souvenir des événements. Le tribunal a prononcé une peine de trois ans de prison dont un avec sursis probatoire, une incarcération immédiate ainsi qu’une interdiction de séjour de cinq ans.

Korbey d’or : K.O debout pour Sergio Toinette condamné 4 ans de prison avec mandat de dépôt

Le 12 avril dernier, l’ancien dirigeant de Korbey d’Or était jugé pour abus de biens sociaux, corruption et blanchiment. Six de ses proches étaient également poursuivis dans cette affaire d’infractions économiques et financières dont le montant des détournements et des tours de passe-passe entre la société de services à la personne et ses satellites fait tourner la tête. Petit exemple d’un florilège, les 457.000 euros d’espèces qui se sont volatilisées pour se retrouver sur le compte des dirigeants via une porteuse d’enveloppes. Ce vendredi, le tribunal correctionnel a condamné Sergio Toinette à 4 ans de prison avec mandat de dépôt.