MENU ZINFOS
Société

Journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage, et de leurs abolitions : Le message de Didier Robert


Le 10 mai est le jour de la reconnaissance de l'esclavage colonial comme un crime contre l'humanité. L’occasion pour la France d'honorer le souvenir des esclaves et de commémorer l'abolition de cette infamie. Didier Robert a donc tenu à faire passer un message de tolérance par voie de communiqué.

Par Nicolas Payet - Publié le Dimanche 10 Mai 2020 à 08:49 | Lu 1899 fois

Le Président Didier ROBERT appelle à  partager la mémoire avec les plus jeunes 
pour parvenir à ériger ensemble une terre réunionnaise de toutes les couleurs, 
de toute les tolérances et de toutes les audaces.
 
 
Le 10 mai 2020 marque la 15ème Journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage, et de leurs abolitions.
Cette journée permet de mettre en exergue au niveau national une partie de l'Histoire des Outre-Mer, de notre île. En résonance notamment avec le 20 décembre 1848, date de l'abolition de l'esclavage à La Réunion.
 
C'est dans ce souci de mémoire, que la Région Réunion soutient depuis des années le projet de « La route de l'esclave et de l'engagé dans l'océan Indien » initié par l'historien réunionnais Sudel Fuma.
Les étapes de cette route sont matérialisées par différentes stèles installées à Madagascar, à Mayotte, en Inde, au Mozambique, à Maurice, en Chine et à La Réunion, qui permettent de revisiter une période importante de notre histoire marquée par l'esclavage. Ces itinéraires lieux de mémoire relient les principaux lieux de départ et d'arrivée des travailleurs - esclaves ou engagés - transportés pour les besoins de l'économie coloniale aux 17e siècle, 18e siècle et 19e siècle.
De nombreux historiens, écrivains, associations comme Historun et acteurs culturels, accompagnés et soutenus par la Région, continuent aujourd'hui d'œuvrer pour la valorisation et la transmission de ce projet phare.
 
 
Le 10 mai à La Réunion
 
Chaque année, à l'occasion de la commémoration du 10 mai, la collectivité régionale soutient l'organisation d'une grande action menée par l'association Codem sur la commune de Sainte-Suzanne (conférences, ateliers pédagogiques, expositions, visites patrimoniales, spectacles, films...).
 
En 2020, la Région a fait le choix d'accompagner l'Association Musique Culture Océan Indien (Amcoi) dans la réalisation d'une plaquette reprenant les différentes cartes postales et itinéraires de la route.
 
A l'initiative de l'association Historun, un autre projet sera également soutenu par la Région Réunion. L'association Historun projette, dans le cadre du 15e anniversaire de la route de l'esclave à La Réunion et du 10e anniversaire de la route en Inde en 2020, la réalisation d'un ouvrage de référence sur l'histoire de la route de l'esclave, l'organisation d'un évènement en Inde en rassemblant les différents pays de la zone concernée par le projet.
 
La présentation complète de l'ensemble de ces projets est à retrouver sur le site de la Région : www.regionreunion.com  
 
Pour le Président du Conseil Régional « "En tant que Réunionnais, nous portons toujours en mémoire et dans notre chair les épisodes les moins glorieux de notre histoire. Le temps de l'esclavage, celui de l'asservissement de tant de femmes et d'hommes emprisonnés aux chaînes de l'ignominie. Le temps de l'injustice, du rejet de toutes les facettes de notre culture mélangée. C'est de tout cela, du bon comme du mauvais, que nous devons nous inspirer en permanence pour parvenir à ériger ensemble une terre réunionnaise de toutes les couleurs, de toutes les tolérances et de toutes les audaces."
 
 
Zoom sur le marronnage 
 
La pandémie actuelle a bouleversé nombre de nos habitudes et projets. C'est dans ce contexte que la Région Réunion, à l'appel de la Fondation pour la mémoire de l'esclavage, propose de mettre en lumière une tranche de l'Histoire de La Réunion, le marronnage, sous forme numérique.
 
Depuis le 8 mai 2020, la collectivité régionale met à disposition des Réunionnais sur son site internet (www.regionreunion.com) des ressources numériques qui valorisent les travaux sur la thématique du Marronnage, avec la mise en ligne de l'adresse du site « maronages.re  » sur lequel figurent tous les éléments de l'exposition « Maronage : Refuser l'esclavage à Bourbon au 18e siècle » :
  • Bibliographie sélective et mise en contexte de différentes sources littéraires dont le roman historique d'Eugène Dayot « Bourbon pittoresque » ;
  • Parcours pédagogique de l'exposition avec les grandes figures féminines et masculines du marronnage ;
  • Cartographie du marronnage et du Royaume de l'intérieur ;
  • Signification originelle malgache des toponymes de La Réunion ;
  • Les expressions artistiques de cet héritage singulier ;
  • Rappel de l'édition de l'ouvrage « Esclavage et Marronnages : refuser la condition servile à Bourbon (l'île de La Réunion) au XVIIIe siècle » en vente sur le site de l'éditeur Riveneuve Editions à Paris (1000 exemplaires seront livrés en mai au Service Régional de l'Inventaire de la Région Réunion).
 
 
 
La date du 10 mai
Instituée par la loi n°2001-434 dite Taubira du 21 mai 2001 qui a reconnu l'esclavage colonial comme un crime contre l'humanité, le 10 mai est devenu, depuis 2006, la « Journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions ». 
L'occasion pour la France d'honorer le souvenir des esclaves et de commémorer l'abolition de l'esclavage. De nous souvenir de tout ce que la France d'aujourd'hui doit à l'esclavage, aux résistances et aux combats pour l'abolir, et aux populations qui en sont issues. D'engager des réflexions sur le respect de la dignité humaine et la notion de crime contre l'humanité.
Fête citoyenne et fraternelle, elle est ainsi l'occasion de célébrer l'identité mondiale de la France, sa diversité, sa culture créolisée. 
 




1.Posté par La vérité si je mens ! le 10/05/2020 09:44

" 10 mai 1981, François Mitterrand élu Président de La République : Héritage et Espérance ! "


De quoi parle ce mec de la pyramide inversée : Journée nationale des mémoires ...

2.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 10/05/2020 11:00

*"ABOLITIONS" ???

*Vous galégez !!

3.Posté par PEC-PEC le 10/05/2020 11:08

Pourquoi regarder derrière nous cet esclavage d'une autre époque aussi douloureuse soit elle.
Aujourd'hui en 2020 l'esclavage existe toujours. En Libye, au Sahel, dans le désert du Sinaï,en Océanie, les hommes et femmes se vendent tous les jours, l'esclavage est toujours présent. Ce n'est pas en se lamentant sur ce passé que les choses avancent, c'est l'esclavage du 21ème siècle qu'il faut combattre, c'est celui là qui doit nous faire pleurer, car c'est sur celui là que nous pouvons agir, pas sur ce qui est derrière nous, même s'il inspire le respect.

4.Posté par PEC-PEC le 10/05/2020 11:16

Post 1. Quand va t on enfin arrêter de vouloir fêter ce 10 mai 1981....L’apogée de l'hypocrisie, les mensonges, les trafics en tous genres, les copains et les coquins, l'argent sale, les copains qui se suicident, le début des déficits budgétaires la France à crédit, l'utopie portée au plus haut pour tromper les français, les mensonges, la malhonnêteté personnifiée.....Oublions ce fossoyeur de la France, inventeur de SOS racisme officine du racisme justement, inventeur du front nationale pour besoin politique, traitre à la France le pétiniste, faux résistant, la honte.

5.Posté par Et les masques invisibles, nouvel tendance, INVISIBLE le 10/05/2020 11:19

Que Macron décide de faire le 2ème tour des municipales.
Robert Didier l'historien, Demain journée internationale des espèces menacées, vivement son auto promo, une journée banalisée..

6.Posté par Jean Louis sauveur le 10/05/2020 11:25

Mi n'a un message pour Didier Robert aussi!! Bande Robert t comme bande mussard!! Et zot le peuple
continue mette a li en l'air.
L'esclavage toujours la, mais zot la su déguisé, par le tripalium= travail, alors gratte zot boyau zot tte, qui cautionné ce m...e!! Et a bon entendeur !! Et fait attention, si zot i Envoi marmaille l'école,tte directeur/trice, i sa gagne un communiqué du rectorat,le teste sera obligatoire sans le consentement des parents, et si out marmaille les positif, obligé que ou les aussi, mi mette en garde la famille en France i connais un capitaine gendarmerie franc maçon, et li la divulgue a nous cette information, nous aussi i fait partie du GODF, les adultes la su refusé le teste, nous la contrecarrer zot plans, mais zot détermination les sans égal, zot l'agenda i annonce un dépeuplement mondial visant 80/100 de la population, le covid19 est lié aux minimum solaire,et n'est pas grave comme i Di, c'est les rayons ultraviolets que nous reçoit pas assez en ce moment, i affaibli nte defense immunitaire, pour un moment, parceque le soleil i sa re-passe dans son maximum ce mois ci! Et c'est la que les choses vont se corcer, mi plaisante pas, tout est vrai, nous sa prend a nous un branler et tt sa Bana i connais, mi précise que juge, procureur, commandeur, tte Distinction de l'ordre les impliquer dans le certificat de vaccination identification par l'intelligence artificielle= covid19. Les rebelles et les pauvres seront éliminés, n' aura un nouveau religion mondial imposé a toutes et a tous, ceux qui croient son millions i sa aide a li, faux li sera un esclave, la 5g i serve a adoucir l'humanité, tt est calculé, néna un agenda, croit ou pas c'est pas mon problèmes,pas de gloire,pas de pouvoir,pas d'argent, ze serche rien!! N'a rien que mon l'évolution spirituel i compte. Bne jrnee et surtt mort pas couyon !!

7.Posté par MT CRISTO le 10/05/2020 11:26

On en a assez de ces mémoires. Les descendants de ces esclaves se portent très bien et veulent oublier ; ils n'ont plus rien à voir avec l'Ancien Temps. Tout cela n'est que Politique.

8.Posté par pipo le 10/05/2020 13:19

et les millions de masques achetés avec nos impôts pour sauver la vie des réunionnais on en parle plus Missié Didix ??.. on tente une énième diversion sur ce sujet vital ??..

9.Posté par tito le 10/05/2020 13:24

La route de l'esclavage holaaa ça doit etre bien çà...dès que je serai libre la 1ere chose que je ferai j'irai faire un tour voir si ils ont la clé pour mes chaînes...

10.Posté par rat de biliothèque le 10/05/2020 13:51

Quand est-ce que nos chers élus créoles, démagogues de tous bords politique qu'ils soient, feront preuve de courage et d'honnêteté intellectuelle, pour reconnaitre la spécificité par rapport aux Antilles, de notre île inhabitée avant l'arrivée des premiers colons venus de métropole ?

Pourquoi ne mentionnent-ils pas que lors des différentes phases de peuplement dont l'esclavage, celui-ci était principalement organisé au départ de l'Afrique et notamment du Mozambique et de Madagascar ou des Comores, par des chefs coutumiers locaux qui avec l'aide de représentants souvent Arabes où Portugais contrôlaient cette activité lucrative de la traite, bien avant l'arrivée des premiers navigateurs Français dans la zone ?

Pourquoi faire un amalgame des esclaves venus malgré eux, et des engagés venus de l'Inde et de Chine où ils fuyaient la misère et la persécution sans mentionner les nombreux petits Français arrivés de France métropolitaine où ils fuyaient eux aussi la misère qui y régnait à cette époque ?

Enfin rappelons que l'esclavage à La Réunion n'était pas l'apanage exclusif d'une minorité de "grosblancs" comme aime le rappeler certains élus amnésiques peu scrupuleux avec notre histoire, mais d'une majorité de ses habitants, y compris d'anciens esclaves affranchis, qui possédait un lopin de terre.

Le remarquable ouvrage écrit il y a une dizaine d'année sur l'histoire de notre île par le Docteur Olivier Fontaine et préfacé par de nombreux agrégés en Histoire de La Réunion, contredit d'ailleurs un certain nombre d'affirmations de Sudel Fuma encensé par nos caméléons politiciens créoles !

11.Posté par le lépreux le 10/05/2020 13:56

Qui vient nous parler d'esclavage colonial? Des qu'une colonie était déclarée aussitot le régime coloniall abolissati l'esclavage ..Exemple : Galliéni à Madagascar : ce fut son premier acte de gouvernement

12.Posté par parlamer le 10/05/2020 14:05

ma mère, ma grand mère sont slaves, et leurs ancêtres aussi

je demande un travail de mémoire et ... réparations ....

13.Posté par Jean RAMONA le 10/05/2020 15:31

L'esclavage, une réalité qui dure
L'esclavage a été pratiqué dans toutes les sociétés sédentaires et organisées... mais jamais il n'est allé de soi. Ainsi le savant Aristote se croyait-il obligé de le justifier dans un célèbre plaidoyer. Dans l'Antiquité, c'était le sort qui attendait ordinairement les prisonniers de guerre. Le mot latin qui désigne les esclaves (servus) dérive de conservare (« conserver la vie ») et rappelle cette origine.

Le mot esclave vient du mot Esclavon ou Slave parce qu'au début du Moyen Âge, les Vénitiens vendaient en grand nombre des païens de Slavonie (une région de la côte adriatique) ou d'Europe orientale aux Arabes musulmans, lesquels faisaient une grande consommation d'esclaves blancs tout autant que de noirs.

Au XVIe siècle, la colonisation du Nouveau Monde a suscité de nouveaux besoins de main-d'oeuvre. Ne trouvant plus assez de ressources chez les Amérindiens et dans les bouges du Vieux Continent, les Européens ont fait venir des esclaves d'Afrique noire, où ils n'avaient guère de peine à trouver des vendeurs (marchands arabes ou roitelets noirs).

Aux Temps modernes (XVIIe et XVIIIe siècles), le dévelopement de la traite atlantique a conduit à assimiler les esclaves aux noirs d'Afrique et suscité en Occident le développement du racisme et du mythe de la supériorité de la race blanche. Les gouvernements ont choisi d'encadrer l'esclavage pour en limiter les abus, faute de pouvoir l'interdire. C'est ainsi que le fils du grand Colbert, ministre de Louis XIV, édicta en mars 1685 un texte réglementaire plus tard appelé Code Noir.

Convoi de captifs en Afrique au XIXe siècle (gravure abolitionniste)

De l'abolitionnisme au retour de l'esclavage
L'esclavage, pudiquement qualifié d'« institution particulière » par les élites des Lumières, a été progressivement aboli à la fin du XVIIIe siècle et au XIXe siècle dans les États américains et les colonies européennes grâce à l'action des sociétés philanthropiques d'inspiration chrétienne.

Après la Seconde Guerre mondiale, l'influence des idées démocratiques a conduit à son abolition dans l'ensemble des États de la planète. Les derniers pays à l'abolir officiellement ont été deux pays arabo-musulmans : l'Arabie séoudite en 1962 et la Mauritanie en... 1980.

Il n'empêche que l'on assiste en ce début du XXIe siècle à un retour de l'esclavage dans de vastes parties de la planète, en particulier en Afrique noire depuis la vague de décolonisation des années 1960, mais aussi dans certains pays arabo-musulmans, dans le sous-continent indien, dans certaines régions chinoises et même en Europe.

En Afrique, dans toute la frange sahélienne au sud du Sahara (Mauritanie, Mali, Niger, Nigeria, Tchad, Soudan), de sanglantes tensions perdurent entre les descendants d'esclaves et leurs anciens propriétaires, généralement des nomades musulmans à peau claire.

Dans les années 1990, les commerçants mauritaniens du Sénégal ont été ainsi victimes de violences meurtrières de la part d'émeutiers noirs qui les ressentaient comme liés aux anciens trafiquants d'esclaves..

14.Posté par JORI le 10/05/2020 15:58

12. Parlamer. Il y aurait eu des slaves parmi les esclaves à la Réunion !!. Du coup de quelles réparations parlez vous ? 😂 😂

15.Posté par La vérité si je mens ! le 10/05/2020 16:28

@ PEC-PEC le 10/05/2020 11:16

L’apogée de l'hypocrisie ?

Et la Christiane Taubira, "Notre-Dame de Lourdes des peines légères" , le 10 mai c'est sa fête !
La loi du 21 mai 2001 tendant à la reconnaissance de la traite et de l'esclavage en tant que crime contre l'humanité dite loi Taubira

16.Posté par Jean RAMONA le 10/05/2020 18:21

Madame Taubira devrait reonnaitre que ses ancetres ont été mieux lotis pour avoir été vendus à des chrétiens.S'ils avaient été mis dans les mains des arabes musulmans ,elle n'aurait pas vu le jour .Avant d'etre mis en service les males africains et noirs étaient émasculés .Ils devenaient tous des eunuques sans descendance possible.

17.Posté par parlamer le 10/05/2020 18:28

je demande une égalité de traitement historique et médiatique....

et alerte la population sur le nouvel esclavage que tente de mettre en place le gouvernement

avec le fichage médical des citoyens par les technocrates bobo gauchistes mondialistes

qui veulent contrôler les flux de populations selon leurs caprices et créent des inégalités

en donnant la priorités des soins et de ressources et de logements à certaines minorités

extraterritoriales

au détriment des populations autochtones condamnés à payer

toujours plus de taxes pour ceux qui foutent rien et en profitent....

18.Posté par Jean RAMONA le 10/05/2020 18:30

Les seuls descendants d'esclaves vivant en France sont les compatriotes issus des départements d'Outremer.Les autres ,ghanéens ,Ivoiriens ,Togolais Sahariens ,Sénégalais sont les descendants de marchands d'esclaves.Ils ne veulent pas s'en souvenir.

19.Posté par Jack depuis PC le 10/05/2020 19:56

Pourquoi chaque fois quand on parle de l'esclavage il faut qu'il y a toujours quelques abrutis qui viennent avec leur langues de vipère pour lâcher leur haine?. Quand sera le tour de la SHOAH la on verra les commentaires , différents n'est ce pas ?.

20.Posté par klod le 10/05/2020 20:32

ou sa y lé nout roche ? toujours pas de tout viaduc , mon bon didier de l'inversé ??????????????


sinon oui , bonnes fêtes à tous , lol de relol .

21.Posté par une réunionnaise 97410 le 10/05/2020 21:03

beaucoup comme moi connait le 20 decembre, mais pas le 10 mai,le 20 decembre sur notre ile vu toutes les festivités qu'il y a sur notre ile on ne risque pas d'oublier, dans tous les coins de l'ile,
c'est vrai que les ancetres ont du baver des "ronds de cuir" a cette époque,comme dans "le nord et le sud", les films qui relatent cette époque sur notre ile ne va pas par 4 chemins, sur notre ile, si j'étais née à cette époque "cmoi" ne m'aurait pas épouser, mais violer, fait tout ce qu'il voulait avec moi, sauf me respecter,il faut reflechir ainsi Dieu n'a pas voulu que je sois née à cette époque mais que je prend la suite la relève, nous sommes les générations d'aujourd'hui, il ne faut pas oublier, en plus on a un gros gros problème à résoudre chacun pour son foyer et qui s'appelle covino,
st denis est le terreau où on cultive l'esclavage,on en parle souventn chez mes proches partout et tous les milieux confondus,, il y a un proche, alors que nous sommes en vacances voulait emmener "mon bonhomme" au cimetière pere lafosse st louis,faire je ne sais quoi un exemple
cette époque a existe personnes ne peut le nier mais notre ile a tellement souffert de tout çà, et bien souvent ce sont ceux qui en parlent le plus qui ne pensent pas ce qu'ils disent,

22.Posté par Meredith le 10/05/2020 22:23

Pourquoi vouloir toujours se la ramener quand des politiciens évoquent la Journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage, et de leurs abolitions?

Aurait-on une solution pour masquer les relents racistes qui se dégagent des post 10. Rat de bibliothèque, post 9. et post 7.?

Et bien OUI, figurez-vous. Un concept venu tout droit des USA : a Race for a dinner.
Alors messieurs Rat de bibliothèque, Tito et MT Cristo,, pensez à organiser votre Race for a Dinner!
Mes plus cordiales salutations.

23.Posté par Jambalac le 10/05/2020 22:41

14.Posté par JORI le 10/05/2020 15:58

12. Parlamer. Il y aurait eu des slaves parmi les esclaves à la Réunion !!.
............................................
Message porté par le pigeon

24.Posté par Eddy le 11/05/2020 10:23

L'esclavage, l'un des aspects les plus sinistres du "progrès de la civilisation". Vous ne pouvez pas sélectionner les faits historiques, en parler uniquement lorsqu'ils comportent que des bienfaits et ne plus vouloir parler de ceux aux côtés sombres. C'est nier que l'événement a eu lieu et anéantir notre perception de l'histoire.

25.Posté par Arthur1 le 11/05/2020 11:33

Bravo à la Région Réunion pour son concours à la connaissance de l'histoire de l'esclavage et de la colonisation au nom de l'amitié entre les peuples et pour la paix Salutations

26.Posté par Jean RAMONA le 11/05/2020 12:00

Oublions l'esclavage d'autrefois.Corrigeons celui d'aujourd'hui. Des millions de noirs africains franchissent les déserts ,la mer à grands périls ,affrontent les polices ,le racisme européen pour se mettre en servitude chez eux l .Pauvre humanité abusée.Des femmes se font mettre enceintes au cours de leur exode croyant ainsi pouvoir apitoyer les administrations..Les bateaux ONG sont complices des passeurs qui font fortune. Il faut inverser ce trafic .Les ONG devront désormais rapatrier chez eux les africains en souffrance chez nous ,en servitude.

27.Posté par JORI le 11/05/2020 13:24

23.Posté par Jambalac le 10/05/2020 22:41
Et où voyez vous le message?. Vous aimez mentir!!. Ça doit animer votre vie!!.

28.Posté par rat de bibliothèque le 11/05/2020 14:02

A @ 22.Posté par Meredith le 10/05/2020 22:23

Comment pouvez-vous trouver mon commentaire teinté de racisme ?

Votre manière de dénigrer celles ou ceux qui ne partagent pas votre opinion en voulant déformer des vérités historiques est tout à fait digne des méthodes staliniennes du parti bolchévique soviétique.

Celui-ci pour imposer l'idéologie communiste dans l'ex URSS , a en particulier dans ses goulags, en l'espace de moins d'un siècle, massacré ou réduit en esclavage dans des conditions innommables, plus de personnes que tous les pays ayant pratiqué la traite de l'esclavage en trois siècles.

A ce jour, combien de victimes l'idéologie communiste a-telle fait de par le monde ?

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes