Revenir à la rubrique : Société

8 ans de l’Aire Marine Educative : Les écoliers de St-Leu s’investissent pour leur plage

Ce samedi, la ville de Saint-Leu a organisé sa Rencontre Génération Aire Marine Éducative pour présenter un premier bilan de huit années d’actions par les marmailles de la ville. Végétalisation de la plage, lutte contre les mégots ou mise en valeur de la biodiversité locale, les jeunes saint-leusiens ont montré leur intérêt pour le lagon et la Réserve marine.

Ecrit par M.B – le lundi 01 juillet 2024 à 15H22

Huit promotions de CM2 de l’école du centre sont revenues sur leurs actions dans le cadre de l’AME (aire marine éducative). Mise en place en 2016 en partenariat avec la ville, l’Académie et la Réserve, ce programme vise à faire découvrir le lagon aux jeunes, tout en leur faisant prendre conscience de sa fragilité. C’est une aire de 3,4 hectares de plage et d’eau que la Réserve a attribué aux élèves qui la gèrent de manière participative.

Si l’objectif est de valoriser l’espace en sensibilisant les habitants, le projet reste avant tout éducatif et permet aux marmailles d’en apprendre plus sur leur environnement tout en travaillant leur curiosité scientifique. Ainsi, plusieurs opérations de nettoyage ont été organisées, sans oublier la création d’une pépinière pour végétaliser les plages pour lutter contre l’érosion. C’est même sur proposition des élèves que la mairie a décidé de l’interdiction de fumer sur la plage de Saint-Leu, une première en Outre-mer. Grâce à l’aide des scientifiques de la Réserve et de Kelonia, les enfants ont même participé à sept opérations de relâchement de tortue soignées au centre.

Un beau bilan que les CM2 de cette année scolaire 2023/2024 étaient fiers de présenter aux côtés d’anciens élèves, qui pour les plus anciens passent leur bac cette année. “Huit promotions se sont succédé sur ce beau projet, qui démontre l’engagement de cette génération pour le respect de l’environnement. C’est votre génération qui devra prendre en charge cette question. Gardez votre curiosité pour la mer. Vous avez le pouvoir de changer le monde”, rappelle Bruno Domen en s’adressant aux élèves.

Une autre manière d’appliquer les savoirs de l’école

“Tout est possible grâce à la volonté, la patience et l’implication”, explique Véronique Léandre, professeure des écoles et responsable du projet AME à l’école du centre. L’enseignante a tenu à remercier “Kelonia, la Réserve, la mairie et la préfecture qui ont permis de créer l’AME telle qu’on la connaît”.

Pour Gauthier, 10 ans, ce projet a été l’occasion de découvrir beaucoup de choses sur la plage qu’il fréquente depuis des années. “On a pu rajouter des végétaux pour les tortues et retenir le sable. Et comme on a dû étudier les plantes de bord de mer, j’ai découvert que le veloutier les attire. En plus, le projet a été l’occasion d’utiliser d’autres matières, par exemple les mathématiques pour calculer des surfaces”, se réjouit le jeune garçon.

Dans l’avenir, les élèves de l’AME veulent encore renforcer la lutte contre les mégots via l’installation de plus de cendriers en ville ou à l’abord du bord de mer. Enfin, des projets d’échanges avec des scientifiques et des écoliers malgaches devraient se poursuivre.

L’évènement a aussi été l’occasion de planter plus de végétaux sur la plage de Saint-Leu.

Thèmes : Bruno Domen | Lagon | Plage | Saint-Leu
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Point épidémiologique : 29 cas de paludisme recensés au premier semestre

Dans son point épidémiologique hebdomaire, Santé Publique France indique que l’île a connu 29 cas de paludisme cette première partie d’année, contre 31 pour tout 2023. Le Covid-19 est toujours sous surveillance, tandis qu’une hausse des hospitalisations est enregistrée pour des cas d’infection respiratoire aigüe.