Social

SDIS: La grève des pompiers suspendue jusqu'aux nouvelles négociations


SDIS: La grève des pompiers suspendue jusqu'aux nouvelles négociations
Après trois heures de négociations au Conseil général entre syndicats de sapeurs-pompiers et élus du CASDIS (Conseil d'administration du SDIS), il n'y a pas eu beaucoup d'avancées. A la sortie, les sapeurs-pompiers ont annoncé la suspension de la grève jusqu'aux nouvelles négociations prévues lundi prochain au Département. Si aucune solution n'a pour le moment été trouvée entre élus et syndicats, un calendrier de négociations a été mis en place et le chemin du dialogue semble avoir été retrouvé.

"On voulait sortir de cette gueguerre entre chaque partie pour revenir à un meilleur état d'esprit", explique à la sortie de la réunion, Bruno Mamindy-Pajany, président du SDIS. Ce dernier affirme désormais que chaque partie est dans une "démarche constructive" pour trouver des solutions. Si pour le moment aucune proposition concrète n'a été faite concernant le maintien du pouvoir d'achat des pompiers, amputé par la suppression du régime indemnitaire indexé jugé illégal, une "réflexion" va être menée à ce sujet, promet le président du SDIS.

C'est sur ce point que les sapeurs-pompiers du SDIS sont inflexibles. Ils réclament la mise en place d'une prime compensatoire pour éviter une perte sèche sur leur salaire comprise entre 50 et 300 euros en fonction du grade. Si le non remboursement demandé dans un premier temps par l'administration, évalué à 6 millions d'euros sur les cinq dernières années, a été acté par les élus du CASDIS, la question de la prime compensatoire reste au coeur des tensions. "On veut la preuve avancée par le conseil d'administration que cette prime est illégale. Pour le moment nous n'avons pas vu les documents", explique le porte-parole de l'intersyndicale, Willy Lauret.

L'intersyndicale a salué à la sortie de cette réunion, le "consensus" qui s'est installé avec les élus du CASDIS pour tenter de sortir de cette impasse. Comme preuve de leur bonne volonté, les sapeurs-pompiers ont décidé de "suspendre" la grève jusqu'au prochaines négociations prévues la semaine prochaine.

Mais le retournement de situation de la présidente du Conseil général, Nassimah Dindar, reste en travers de la gorge des sapeurs-pompiers et même de certains élus du Département. Bruno Mamindy-Pajany a regretté "personnellement" les propos tenus par Nassimah Dindar.

En attendant, les pompiers devront faire sans la prime indexé sur les prochains salaires. Sapeurs-pompiers et élus du CASDIS se retrouveront lundi prochain pour entamer les "vraies" négociations.
Jeudi 2 Mai 2013 - 15:34
Lu 1450 fois




1.Posté par à bien y réfléchir le 02/05/2013 18:41
a bien y réléchir où est la preuve que cette indexation sur les primes est illégale ?
car pour l'instant la présidente du CG n'a toujours pas fourni les preuves de cette illégalité et les textes sur lesquels elle s'est appuyée.
à méditer peut être

2.Posté par Tout ça pour ça! le 03/05/2013 08:24
Les élus sont allés trop vite! Le non remboursement a été décide. Mais maintenant les pompiers demandent les preuves que cette indexation est bien illégale et remettent en cause le protocole signé. C est bien! En remettant tout à plat, peut être que le conseil General sera moins généreux et leur demandera de rembourser leurs primes illégales !

3.Posté par décéptions totales le 03/05/2013 10:26
Nous sommes trés décus. L'intersndicale nous a largué.On nous a demandé de venir en masse dans la rue pour obliger la Présidente du casdis a signer le protocole en l'etat au coté des cinqs organisations et les deux élus du casdis.On nous a expliqué que si la Présidente n'a pas signé le protocole , c'est a cause de l'absence de signature des deux syndicats ''traîtres''. On nous a poussé a casser le portail du conseil général et foutre énergiquement les représentants des syndicats FO et sap-sdis dehors, afin de permettre a l'intersyndicale de mieux se faire entendre par la présidente du conseil general
Conclusion, aprés une serie de palabres, on arrête la grève sans rien gagner.
Si pour des raisons cachées comme sous entendue, FO et SAP-SDIS n'ont pas signé le document au motifs, selon eux, que les éléments du protocole etaient trop flous sur le maintien du pouvoir d'achat ; le blocage de l'avancement du personnel SPP et l'évolution des points d'indices en plus qu'ils voulaient des rechercjhe en resposabilités, nous aurions dû, par le dialogue , convaincre la présidente de signer le contrat avec nous sur la base de son bien fondé et par sa justesse, mettant ainsi les représentants des deux organisations en minorité et du même coup hors jeux pour les prochaines élections professionnelles de décembre 2014
Au final, Daniel POUNY et Michel MANI négocient au 5eme etage avec la présidente, l'intersyndicale discute au rez-de -chaussée avec des élus sans réel pouvoir de décision.
Résultat: les syndicalistes constituants l'intersyndicale que d'aucuns n'hésitent plus a qualifier d'amateur, renoncent a faire valoir leur point de vue et renient leur signature apposées sur le protocole au coté de celles de méssieurs NATIVEL et MAMAINDY.Quelle dénégation !

4.Posté par Tir Groupés le 03/05/2013 12:17
Ben , si les 2 '' lacheurs '' de pompiers de l'intersyndicale , avaient raisons ???
Ben , si NATIVEL , lui aussi avait raison en disant que ''son fils , jeune promu , sans expérience , marchant seul , avait négocier son poste avec CAROLI
Mais qui est CAROLI ???
Ben si le VANDEBEULQUE était lui aussi un traite parcequ'il avait été battu par son alter Ego
ben si le LOUBRY est aussi bon que dit les autres syndicats
Pourquoi , sont ils entrain de se justifier partout ( surtout le NATIVEL ) sur la radio ladit lafe
Les vérités , ne sont jamais bonnes à dire
La base , les travailleurs comme moi , ont ils besoins de tous ces mensonges ??????
Que chacun , je suis un grand fou , fasse son Méa coulpa et la ont viendra , tous dans la rue

5.Posté par les pros le 03/05/2013 22:24
L'amertume perdurera,
Les pompiers ne digèreront pas de sitôt les propos d'une inconsciente avide de pouvoir.
L'issue de ce conflit brillera
Dans le 5ième étage du conseil général et dans le local flambant neuf du syndicat ex-majoritaire
Et la colère de partout éclatera
Mais dispersée et impuissante face à son propre aveu de justice, baissera la tête, plein de rancoeur
Plein de rancune et de vengeance, partira,
Laissant place à de nouveaux règlements de compte orchestrés par la haine, d'avoir touché à la créolité.

Vive ce sdis où absolument rien ne vient perturber la douce tranquillité d'habituels coup de théâtre .

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales