Economie

Renforcement de la coopération entre Maurice et la Réunion

Ce matin, l'Agence de développement et le Board of Investment (BOI) de l'île Maurice ont signé une convention de partenariat pour renforcer les liens stratégiques et économiques entre les îles sœurs. Un partenariat signé en présence de Frédéric Cadet, vice-président de la Région et délégué aux affaires internationales. Un accord qui a pour objectif d'unir les compétences mauriciennes et réunionnaises pour conquérir les marchés asiatiques et africains.


Renforcement de la coopération entre Maurice et la Réunion

Pour la première fois, une délégation du Board Of Investment (BOI) de l'île Maurice s'est rendue à la Réunion pour mettre en place et signée une convention de partenariat avec la Réunion par le biais de l'Agence de développement (AD). Dirigée par Jean-François Moser, l'AD accompagne les porteurs de projets réunionnais, les entrepreneurs souhaitant s'installer à la Réunion ou trouver les compétences nécessaires à leur développement économique. Le BOI est la structure "sœur" de l'AD, guichet unique d'accompagnement des investisseurs dans leurs démarches de mise en place de projets à l'île Maurice, jouant le rôle d'intermédiaire entre investisseurs et autorités compétentes.

Le BOI s'est déplacé à la Réunion, représenté par son directeur général Prakash Maunthrooa et sa New business development, Shamima Mallam, pour présenter les opportunités de développement économique à l'île Maurice au travers d'une réunion de travail : "Ile Maurice : les nouvelles opportunités d'affaires et portail stratégique d'investissement vers l'Afrique et l'Asie". Plus de 50 représentants, patron d'entreprises, représentants de collectivités… ont fait le déplacement pour assister à cet échange.

TIC, énergie et environnement

Les atouts de l'île sœur ont été, tour à tour, présentés à la salle, notamment les secteurs porteurs de l'économie mauricienne (agro-industrie, tourisme, TIC, immobilier…) et la réglementation fiscale en matière d'impôt sur les sociétés, "un régime peu élevé d'environ 15% pour les entreprises", souligne Shamima Mallam. Autre point, l'île Maurice est membre de la SADC (Communauté pour le développement de l'Afrique Australe) et du COMESA (Marché commun d'Afrique Orientale et Australe) ce qui représente un marché de "400 millions de personnes", précise-t-elle.

Les TIC (Technologies de l'information et de la communication), l'énergie et l'environnement sont les secteurs clés de la synergie "possible" entre les deux îles. Concernant le photovoltaïque, "les opportunités sont là", pour le directeur général du BOI, Prakash Maunthrooa. "Le marché est complètement inexploité à ma connaissance, sachant que l'île Maurice se fournit en électricité par la bagasse et le charbon. L'électricité est privatisée à hauteur de 60%", précise-t-il. Peut-être une idée d'investissement pour les entreprises réunionnaises, "victimes" des derniers changement de cap du gouvernement français en matière de déduction fiscale sur le photovoltaïque.

Attaquer le marché asiatique et africain

"La Réunion est proche géographiquement ce qui en fait le premier partenaire commercial dans la zone", souligne Shamima Mallam. Sur l'année 2010, près de 49 millions d'euros en valeurs marchandes et en services ont été échangées avec la Réunion, un marché qui sera "renforcé" par le concept Iles Vanilles.

Un partenariat a donc été signé entre les deux bureaux de développement sous le regard "bienveillant" de la Région Réunion et du délégué aux affaires internationales, Frédéric Cadet. "Le développement de notre île passe par l'innovation mais également l'international, Maurice est donc un pays cible, une priorité pour la Réunion", explique-t-il. Dans les prochaines semaines, la Région Réunion va installer un bureau ou "une antenne" au sein du BOI, pour "accroitre" la coopération régionale entre les deux îles. L'objectif principal de ce partenariat est d'unir les compétences et savoir-faire des entreprises des deux îles pour attaquer de "front" les marchés asiatique et africain.

"Cet accord est avant tout pour les chefs d'entreprises, car se ne sont pas les politiques qui vont faire marcher la coopération", conclut Frédéric Cadet. Par la signature de ce partenariat entre Maurice et la Réunion, les participants autour de la table ne souhaitent qu'une chose, améliorer la coopération régionale entre les deux îles, faire progresser les échanges économiques et s'intéresser aux nouveaux marchés en Asie et en Afrique.

----------------------------------

Pour plus de renseignements : www.adreunion.com / www.investmauritius.com
Vendredi 27 Mai 2011 - 16:02
Julien Delarue
Lu 1899 fois




1.Posté par ndldlp le 27/05/2011 23:04
ou comment favoriser les investissements réunionnais à Maurice, pour le plus grand bien de Maurice et au détriment de la Réunion... vive la délocalisation financière avec la bénédiction de la Région Réunion !

2.Posté par enfin le 28/05/2011 12:09
Enfin !
La Réunion a compris que le développement économique et la création d'emplois passent par la conquête de nouveaux marchés, extérieurs.
Il était temps.

3.Posté par sort un peu le 28/05/2011 17:16
Bravo ! nos entreprises vont pouvoir valoriser leurs savoir faire sur des marchés immenses : asie Afrique.
Le partenariat avec Maurice est un partenariat gagnant-gagnant, tout seuls nos chefs d'entreprises et tout seuls les chefs d'enteprises de Maurice n'ont que peu de chances. C'est ce qu'il faut faire.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales