Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable


Partager

Madagascar: Un nouveau hyper-président en 2013 ?



Madagascar: Un nouveau hyper-président en 2013 ?
La transition malgache à la croisée des chemins, face aux échéances électorales en 2013…

Scénario ni-ni ?

Elément-clé de la sortie de crise malgache, le calendrier électoral annoncé par la CENIT -Commission Electorale Nationale Indépendante de la Transition- avec l’aval des Nations Unies prévoit le premier tour de la présidentielle le 08 Mai 2013, puis un deuxième tour éventuel couplé avec les législatives le 03 Juillet 2013 et les communales le 23 Octobre 2013.

Mais le pari de la CENIT est loin d’être gagné, faute de mesures d’apaisement politique à même de débloquer une aide massive de la communauté internationale au processus électoral: atermoiements  dans la mise en place du Conseil de Réconciliation National,  procédures d’amnistie politique reportées sine die, pas de signe de reprise du dialogue malgacho-malgache après les derniers pourparlers sous l’égide de la SADC.

Recommandé par les experts onusiens pour limiter les risques d’affrontements en 2013, le scénario « ni Ravalomanana, ni Rajoelina » - qui les écarterait tous deux de la prochaine présidentielle -  suscite des réactions contradictoires au sein du microcosme politique:

* Pour la mouvance présidentielle, Andry Rajoelina reste le « symbole du changement réclamé par le peuple», au contraire de Ravalomanana « déjà condamné par la justice malgache et donc inéligible d’office » à la course présidentielle.

*Les partisans de Marc Ravalomanana dénoncent dans la formule « ni-ni » une manœuvre dilatoire et réclament le retour rapide de leur président  ainsi qu’une enquête internationale « pour déterminer les  responsabilités partagées » dans la tuerie du 7 Février 2009 : cf  lien http://www.caposud.wordpress.com/2012/08/19/resolution-de-la-crise-malgache/ :  « L’affaire du 07 Février toujours sur le tapis ».

* enfin, une troisième voie  prône « les législatives d’abord » pour le 08 Mai 2013, afin d’assurer la refondation républicaine par la base au lieu de prioriser la présidentielle, qui risque de fausser la donne politique comme par le passé.

Cette troisième voie suit en fait la feuille de route issue des premières Assises malgacho-malgaches d’Ivato  les 02-03 Avril 2009, qui prévoyait un calendrier électoral pour renouveler les élus de la base au sommet de l'Etat jusqu'au début 2011: or cette Feuille de route malgacho-malgache,  jugée unilatérale par la SADC, fut laissée de côté pour lancer en Août 2009 le processus de médiation de Maputo et Addis-Abeba...

Hyper-présidents

L’hyper-présidentialisme apparaît dans le paysage politique malgache avec l’avènement de Didier Ratsiraka le 15 juin 1975, qui mène la 2e République malgache durant 16 ans d’affilée avant de céder le pouvoir à la coalition des Forces Vives, par le biais de la Convention du 31 Octobre 1991.

Après le bref intermède à la présidence de Zafy Albert de 1993 à 1996 et le retour de Didier Ratsiraka aux affaires jusqu’à la présidentielle de Décembre 2001, Marc Ravalomanana sort vainqueur du bras-de-fer post-électoral contre Ratsiraka et endosse le rôle d’hyper-président pour relancer la machine administrative et convertir Madagascar à la mondialisation néo-libérale : mais, en Décembre 2008, il est désavoué par les Bailleurs de fonds qui lui reprochent un amalgame entre le patrimoine du groupe TIKO et les finances de l’Etat.

L’opposition trouve alors en Andry Rajoelina le  leader charismatique qu’elle cherchait depuis 2002. On connaît la suite : de héros  de la révolution orange sur la place de la Démocratie, Andry Rajoelina devient à son tour hyper-président…transitoire, en passe de boucler un quasi-mandat de quatre ans en  Mars 2013 à la tête de la plus longue transition politique de l’histoire malgache.

Boom économique ?

D’après les observateurs économiques et politiques locaux, les tribulations de la SADC et le manège des deux champions de la crise malgache relèvent de la simulation politique. Le vrai combat se déroule entre les grandes puissances économiques pour le contrôle des ressources naturelles régionales et la conquête des  marchés de la SADC et de l’Océan Indien : cf lien http://www.afriquinfos.com/articles/2012/8/24/madagascar-peut -fournir- aliments-base-maurice-208756.asp : « Madagascar peut fournir les aliments de base de Maurice ».

Face aux perspectives de boom économique à Madagascar après 2013, on se demande qui des deux hyper-présidents aura le courage politique de lâcher le morceau pour se désister « au nom des intérêts de la Nation » et permettre aux citoyens et citoyennes malgaches d’élire à leur tour … un président « normal » ??
Ce 01 Septembre 2012                     

Adygasy-systemD

Lundi 3 Septembre 2012 - 09:50
Notez

Lu 829 fois, cliquez sur une des icônes ci-dessous pour partager cet article avec votre communauté



1.Posté par Adygasy-systemD le 18/10/2012 12:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
D'après Madagascar Tribune du 18 octobre 2012 titrant "Constat amer du président de la Transition" (http://www.madagascar-tribune.com/Constat-amer-du-president-de-la,18063.html) ". Le pouvoir de transition constate que la communauté internationale (CI) n’a pas encore satisfait et ne serait pas prête à financer les élections "... à suivre!

Nouveau commentaire :
Twitter


Recevoir le journal de Zinfos



Courriers des lecteurs

Courrier des lecteurs

L'appel des 100 pour ressusciter une vraie politique de gauche ?

2 Commentaires - 18/04/2014

Nou Lé Kapab (AJFER) demande la démission de Claudine Ledoux

10 Commentaires - 17/04/2014

Elections et rémunérations: Faut pas rêver

2 Commentaires - 17/04/2014

Courrier d'Albert Ramassamy suite aux dernières élections municipales

6 Commentaires - 17/04/2014

Déployez plus pour perdre plus !

2 Commentaires - 17/04/2014

Annonces gouvernementales : indignation et colère !

3 Commentaires - 17/04/2014

Le souverain mépris d’un ministre antillais pour La Réunion

11 Commentaires - 17/04/2014

Maintien des créations de postes dans éducation nationale: Cette reculade doit nous encourager à pousser plus fort pour arracher l’abrogation de la réforme des rythmes scolaires

2 Commentaires - 16/04/2014

Des lecteurs mauriciens et seychellois pour le plan anglais dans les classes primaires de l'île

2 Commentaires - 16/04/2014

Manuel Valls à Matignon : Contre ce virage à droite toute

3 Commentaires - 16/04/2014

Derniers commentaires