Revenir à la rubrique : Politique

« Une embolie pour Saint-Pierre ? »

Porte-parole départementale de Génération Écologie, Ruth Dijoux n'est pas franchement emballée par la "métamorphose" du centre-ville saint-pierrois dévoilée dans la presse ce lundi, avec notamment l'implantation d'un nouveau centre administratif près de l'actuelle mairie. Outre le caractère "pharaonique" du projet, "c’est plutôt d’une embolie qu’aurait pu titrer le journal", écrit l'ex-candidate aux législatives, car dit-elle, ce projet viendra s'implanter dans une zone où les automobilistes pouvaient se garer "dans une ville déjà très obstruée".

Ecrit par NP – le mardi 14 mars 2023 à 16H26

La presse nous annonce ce matin que le centre-ville de Saint-Pierre amorce sa métamorphose. Il paraît que la ville profitera d’une embellie par l’implantation d’un nouveau centre administratif dans le quartier de la Mairie et d’un aménagement des berges de la rivière d’abord.

C’est plutôt d’une embolie qu’aurait pû titrer le journal. En effet, la zone d’implantation du projet permettait jusqu’à présent, aux automobilistes de se garer dans une ville déjà très obstruée. Alors même que l’enquête publique souligne que le stationnement sera largement impacté, tel le débordement de la rivière d’abord après les pluies, le projet suit son cours.

Au-delà des places de parkings, car on l’a bien compris la ville encourage les mobilités douces…qui a déjà tenté une traversée de la ville à vélo ?… une vraie question d’opportunité se pose. 26 millions d’euros pour des bureaux, on comprendra l’interrogation générale, soucieuse de l’optimisation des moyens à l’heure ou plusieurs administrés dorment dans les rues. Il ne faudrait pas prendre l’habitude des projets pharaoniques cache misère. Au passage, 6 000 m2 pour combien d’agents ?

Une dernière question se pose enfin, quid de l’impact architectural du colosse ? Après consultation, le projet donne le sentiment d’une décontextualisation et de rupture d’échelle, au milieu d’une ville à l’architecture décousue, dans un quartier portant les restes de notre patrimoine. Mais en la matière tout est question d’interprétation… On pourrait aussi rétorquer qu’au retour de l’enquête publique un seul avis a été émis.
Dommage que la communication en amont du projet n’ait pas été plus claire, à l’instar de ce qu’ont proposé d’autres villes. Cela aurait pu contribuer à recréer le lien, presque rompu, entre les politiques et la population. La démocratie participative a encore du chemin à faire à Saint-Pierre.

Ruth DIJOUX
Docteure en droit privé
Porte-parole départementale de Génération Ecologie La Réunion
et référente Sud de Génération Ecologie La Réunion

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique