Revenir à la rubrique : Société

“Un père même séparé, a besoin de l’amour de son enfant”

Pierre Royer, séparé de sa femme, se bat depuis la naissance de sa fille de huit ans pour que soit respectée son autorité parentale telle que la définit la loi. Il a décidé de se révolter, cessant de payer pension alimentaire et impôts, considérant qu'il n'a pas "à financer son propre massacre par des organismes qui ne font pas leur travail en matière de parité”. Explications.

Ecrit par Jismy Ramoudou – le lundi 22 septembre 2008 à 06H25

b[Pierre Royer, aujourd’hui quelle est votre situation ? ]b
Elle est tout simplement catastrophique. Pour ma part, je considère être traité comme un chien, comme un géniteur payeur, accessoire de l’éducation de mes enfants.
On en est encore à la vieille version selon laquelle on doit maintenir un contact avec l’enfant de la part du père. On n’en est toujours pas aux lois sur la parité éducative qui ont été votées pour certaines d’entre elles en 1994.
b[Vous êtes séparé de votre ex-femme et mère de votre fille depuis quelle date ? ]b
Depuis la naissance de ma fille, à partir du moment où j’ai dû admettre l’idée que je n’aurai aucun droit avec elle.
b[Quelle est la durée de votre droit de garde ? ]b
Aujourd’hui, on ne parle plus de droit de garde, mais de résidence de l’enfant, qui pour 90 % des cas, est donnée à la maman, et ce pour des doctrines personnelles qui n’ont rien à voir avec le cadre défini de la loi.
Et bien entendu, cela est inacceptable pour les enfants et les pères, comme pour les mères de toutes façons.
b[Combien de fois votre droit de résidence ou votre droit de garde n’a pas été respecté ?]b
Jusqu’à maintenant, j’ai déposé huit plaintes pour non présentation d’enfant.
b[Combien de fois, il y a eu une suite à ces plaintes ? ]b
Jamais. Aucun des éléments que je fournis n’est accepté, pas même l’extrait de naissance de ma fille, où figure la preuve que je suis son père.
b[Cela fait combien d’années que vous vous battez pour avoir enfin le droit de partager l’autorité parentale ? ]b
Cela fait huit ans, c’est l’âge de ma fille, alors que l’autorité parentale est donnée à la maman et au papa de manière directe et automatique.
Mais dans la réalité, cette autorité parentale devient factice pour le père quand les parents sont séparés. Elle ne nous permet aucun choix dans la vie de nos enfants.
L’autorité parentale du père n’est ni reconnue par les organismes sociaux, ni éducatifs, ni judiciaires. Pour vous donner un exemple, l’école refuse de reconnaître mon autorité parentale.
b[C’est-à-dire ? ]b
Je n’ai pas accès au carnet de liaison, aux réunions parents-professeurs ou à l’élection des représentants de parents d’élèves, contrairement à ce que la loi dit.
b[Comment vivez-vous ces tracas judiciaires dans lesquels vous êtes empêtré depuis des années ? ]b
Mal. Très, très mal. Autant pour ma fille que pour nous-mêmes, pour toute ma famille qui n’a même pas le droit de la connaître.
Ma fille vit bien sûr très mal, cette situation, car elle ressent le déchirement qu’il y a entre ses parents. Elle sait aussi qu’elle doit bénéficier de l’éducation des deux parents.
En ce qui me concerne, j’estime qu’un enfant a droit à l’éducation et à l’amour de son père, surtout lorsqu’il se bat pour le lui en donner. Et j’estime qu’un papa même séparé, a besoin et a droit à la présence et à l’amour de son enfant.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Le Département appuie sur le levier de l’économie

Même si cela ne relève pas de ses compétences premières, la majorité départementale a insisté sur ses investissements dans l’économie réunionnaise, ce mercredi lors de son assemblée plénière. Grâce à un emprunt bancaire, 20 millions d’euros supplémentaires seront injectés dans la filière du BTP.

[Communiqué] La Ville de Saint-Paul et Citeo s’unissent pour lutter contre les déchets abandonnés

La Ville de Saint-Paul et Citeo ont signé une convention visant à prévenir et réduire les déchets abandonnés sur l’espace public. Dotée d’un soutien financier de 1,5 million d’euros de Citeo, cette collaboration, qui durera jusqu’à fin 2025, se concentre sur la prévention, la sensibilisation et le nettoiement des déchets, dans le cadre des objectifs fixés par la loi AGEC pour éliminer les emballages en plastique à usage unique d’ici 2040.

Tribunal de commerce : Jacques Tillier débouté, ICP Roto n’est pas sommée d’imprimer le JiR

Sous couvert de censure, mais sur fond de conflit avec Alfred Chane Pane, patron d’ICP Roto, Jacques Tillier n’hésite pas à tout tenter pour sauver son journal. Le JIR n’étant toujours pas paru ce mercredi matin, la direction du journal a décidé de déposer un référé au tribunal mixte de commerce en vue d’obliger ICP Roto à l’imprimer.
L’audience s’est tenue ce matin, le délibéré est tombé cet après-midi. Le tribunal de commerce a décidé de débouter le JiR de ses demandes et le condamne à payer la somme de 1.500 euros : « Je ne peux forcer une des parties prenantes à se lier à une autre par un contrat », a déclaré la présidente.
Les avocats du JiR et d’ICP Roto expliquent que des discussions sont en cours pour trouver un accord afin de reprendre l’impression.