Revenir à la rubrique : Faits divers

SMS malveillants : « J’étais devenu son objet sexuel et sa banque »

Ce lundi, au tribunal judiciaire de Saint-Denis, une affaire de harcèlement par SMS se tenait dans le cadre de l'audience de juge unique. Pas de quoi casser trois pattes à un canard sauf lorsqu'il s'agit du comptable du lycée hôtelier ayant détourné 1,6 millions d'euros pour récupérer la femme qu'il aime.

Ecrit par zinfos974 – le mardi 16 février 2021 à 09H42

Tout le monde se souvient de cette affaire qui avait fait grand bruit : Un comptable du lycée hôtelier de Plateau Caillou détourne 1,6 million d’euros ! En résumé, il vole pour pouvoir faire revenir la femme qu’il aime aidé en cela par un homme bien intentionné qui se fait passer pour [un gourou avec des pouvoirs surnaturels !]urlblank:https://www.zinfos974.com/Sous-emprise-il-detourne-16-million-d-euros-pour-recuperer-une-michto_a161074.html Résultat, le 10 novembre dernier, la sanction tombe : [Jean-Charles D. écope de 4 ans de prison dont 2 assortis du sursis probatoire]urlblank:https://www.zinfos974.com/Detournement-de-fonds-publics-Le-comptable-du-lycee-hotelier-condamne-a-deux-ans-de-prison_a162561.html alors que le gourou est sanctionné de 4 ans de prison dont un avec sursis.

Jean-Charles D. n’en avait pourtant pas fini avec la justice. Il devait répondre ce lundi des faits de harcèlement sur son ex-compagne par voie de SMS. Les périodes visées s’étendent de 16 avril 2018 au 16 décembre 2018 pour une quantité de 167 SMS et 160 SMS pour la période du 1er janvier 2019 au 18 février 2019. La plaignante, partie prenante dans l’affaire du détournement de fonds, avait déposé plainte à son encontre ainsi que plusieurs mains courantes. « Elle a complètement cessé de communiquer avec moi après que l’affaire du lycée a été médiatisé, j’étais complètement désespéré ! Elle ne m’avait pas dit qu’elle voulait arrêter notre relation » explique le prévenu larmoyant à la barre. 

« Je m’inquiétais, je lui envoyais des textos mais c’était pour lui dire « je t’aime ». Je me suis dit, elle a elle même perdu la tête ! J’ai continué à lui crier mon amour et ma douleur » ajoute t-il pour se défendre afin que la présidente puisse bien comprendre le contexte particulier qui entoure le dossier. Ça, c’est pour la partie amoureuse des missives, comprenant que la présidente ne va juger que les faits de harcèlement et rien d’autre, Jean-Charles D. rajoute en pleurs : « Elle les a gardé exprès – les SMS – pour continuer à m’enfoncer ! J’étais devenu son objet sexuel et sa banque. Aujourd’hui j’ai tout perdu, je suis à la recherche d’un emploi »

Invitée à s’exprimer, la partie civile représentée par le Bâtonnier Georges-André Hoarau, n’y va pas par quatre chemins, comme à son habitude : « Il y a une question essentielle dans cette affaire. La femme dispose t-elle de son corps ? Il détourne 1,6 million d’euros pour ses relations tarifées ! Qu’elle ait des relations tarifées ou pas, quel est le problème ? Nous ne sommes pas en Iran ! Il y a des photos prises à notre insu et des SMS, ma cliente est victime ! Je vous demande la somme de 10.000€ de dommages et intérêts »

La procureure de la République reconnait des échanges entre les deux parties en 2018 et demande la relaxe pour cette période. « Pour la période de 2019, il n’accepte pas la séparation et procède à des envois réitérés de SMS malveillants. 160 SMS en un mois et demi, c’est trop ! Je suis effarée par le montant demandé par la partie civile, cela donne une impression de manipulation, je vous demande de faire preuve de clémence au vu du contexte. Je demande une peine de 1.000€ d’amende dont 60€ de sursis pour la période de 2019 et la relaxe pour 2018 » requiert le parquet. 

« Ce n’est pas un amoureux transi qui cherche à se venger car ils étaient en couple à ce moment. Ses déclarations à elle sont mensongères. C’est elle qui le sollicite pour de l’argent ! Il faut qu’elle arrête de jouer la Dame aux Camélias ! Elle dépose plainte lorsqu’elle apprend que l’affaire sort dans les médias, elle se victimise. Il lui envoie : « Tu viens pour combien ? Elle lui répond 300€ ! Elle joue avec lui, elle sait qu’il est manipulable » plaide Me Sébastien Navarro qui connait parfaitement bien l’ensemble de ce dossier. 

« C’est elle qui devrait me payer des dommages et intérêts » conclut Jean-Charles D. à la barre ! Au final, la juge le relaxe pour les faits de 2018 mais le condamne pour les faits de 2019. Il devra s’acquitter de 500€ de dommages et intérêts ainsi que de la somme de 300€ au titre de l’article 475.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Soubaya Camatchy, d’accusé à victime : son co-détenu jugé pour viol et violences répétées

Condamné à 10 ans de réclusion criminelle pour tentative d’assassinat, Soubaya Camatchy n’en a pas fini avec la justice. Suite à une décision de la chambre de l’instruction ce mardi, c’est en tant que victime de viol et de violences répétées qu’il va retrouver la juridiction criminelle. Les magistrats de la chambre viennent de confirmer l’ordonnance de mise en accusation de son co-détenu, accusé de l’avoir agressé et violenté durant ses premiers jours de détention provisoire.

Un trafic international de stéroïdes démantelé

C’est une enquête de l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique de La Réunion (OCLAESP) qui a permis de mettre à jour et démanteler un trafic international de stéroïdes anabolisants. Plusieurs personnes ont été interpellées à La Réunion et en métropole. Tout est parti de l’interception d’un colis par les douanes de La Réunion.