Revenir à la rubrique : Politique

Sigrid Gérardin : “Porter l’esprit de Paul Vergès en Europe”

La représentante de la liste de la Gauche unie pour les travailleurs était à La Réunion dans le cadre de la campagne des Européennes. Elle répond aux questions de Zinfos974.

Ecrit par Baradi Siva – le mercredi 22 mai 2024 à 08H03

Sigrid Gérardin, deuxième sur la liste de la Gauche unie pour le monde du travail qui rassemble le PCR, la Gauche républicaine et socialiste (GRS), L’Engagement et Les Radicaux de Gauche.

L’union espère obtenir des députés européens ce 9 juin et appelle les Réunionnais à voter pour la liste qui veut se concentrer sur la protection sociale. Sigrid Gérardin invoque l’esprit de Paul Vergès et dénonce un désintéressement de la politique orchestré auprès de la population par les dirigeants qui espèrent un statu quo.

 

 

La protection sociale et Paul Vergès

 

Sigrid Gérardin a organisé une réunion politique à la place Paul Vergès à Saint-Denis le samedi 18 mai. La représentante du Parti communiste français et deuxième sur la liste de la Gauche unie pour le monde du travail, évoque l’intention de faire revivre ces valeurs en Europe.

Paul Vergès a été l’un des premiers députés européens en 1979 sur la liste de Georges Marchais. Et vous avez pu mesurer tout ce qu’il a pu faire pour La Réunion et tous les territoires d’Outre-mer”, indique-t-elle avant d’ajouter, “C’est l’esprit de Paul Vergès que nous allons porter, une politique au service de l’intérêt général, au service des salariés, de l’égalité et pas au service de la finance.

Sigrid Gérardin fustige les dirigeants actuels de l’Europe : “Cette Europe-là qui nous avait promis paix et prospérité, a encore aggravé la paupérisation et a été incapable d’empêcher des conflits armés de s’ouvrir sur le territoire.”

 

Objectif : Siéger en Europe

 

La représentante de la liste de la Gauche unie pour le monde des travailleurs précise le souhait des partis associés pour les Européennes : “Ce qui est important aujourd’hui, c’est qu’une majorité des députés de gauche soient envoyés au Parlement européen.

Elle ajoute que la liste portée en partie par le PCR n’est qu’à un point du seuil des 5%. “Si vous votez pour notre liste, ce n’est pas un seul député que vous envoyez, c’est cinq d’un coup. Et cinq députés communistes en plus, c’est cinq députés libéraux macronistes ou du Rassemblement national en moins. Ils portent la même politique menée par Macron avec la haine des uns et des autres en plus”, déplore-t-elle.

Lutter contre le statu quo à la tête de l’Europe

 

Sigrid Gérardin a par ailleurs tenu à dénoncer une gestion pour les riches par l’Europe. “L’absence de démocratie, le fait que les politiques menées en France et à Bruxelles sont toujours conduites contre les peuples, génère le fait que la population se désintéresse de la question politique”, affirme-t-elle avant d’expliquer, “c’est parfaitement voulu par nos dirigeants macronistes.”

Il faut qu’on reprenne la main sur la démocratie, sur l’Europe et sur la France que l’on veut”, lance-t-elle.

La représentante de la liste de la Gauche unie pour le monde du travail déplore par ailleurs le choix de plusieurs partis politiques de transformer les Européennes en une élection de mi-mandat d’Emmanuel Macron : “Je ne suis pas en accord avec ça parce que la réalité est que les politiques prises en Europe ont vraiment des impacts sur notre quotidien. Et dire que c’est une élection de mi-mandat d’Emmanuel Macron, c’est éloigner en réalité la population de l’importance que peuvent avoir les décisions prises à Bruxelles.”

L’école européenne, usine à main d’œuvre ?

Elle en veut pour exemple l’évolution de la politique autour de l’école durant les dernières années. “Le patronat européen a entériné du traité de Lisbonne que l’école ne devait plus se soumettre à l’émancipation des jeunes, à la qualification, mais aux besoins immédiats des entreprises et de l’économie”, affirme-t-elle.

Dans des recommandations, l’Europe impose des chiffres en termes de qualification de main d’œuvre. Et comme par hasard, le gouvernement en France a appliqué cela”, assure-t-elle avant de conclure, “toutes ces réformes sont pilotées depuis Bruxelles. L’idée est d’identifier les plus fragiles pour les exclure le plus tôt de l’école pour les offrir comme main d’œuvre exploitable dès 15 ans.”

Thèmes : Européennes
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
23 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Inéligibilité d’André Thien Ah Koon : Le jugement d’appel confirmé

Une erreur dans le libellé du jugement rendu par la cour d’Appel en mai dernier a permis au maire du Tampon de continuer à exercer ses différents mandats encore quelque temps. Ce jeudi, après avoir évoqué l’affaire en chambre du conseil et à huis clos, la cour a corrigé l’erreur et confirmé l’inéligibilité de l’édile.

Michel Vergoz : « Le sursaut, c’est maintenant »

Le président du Mouvement politique Trait d’Union, Michel Vergoz, livrait ce jeudi son analyse sur les résultats des élections européennes qui a confirmé la forte poussée du Rassemblement national (RN). Soutien de la majorité présidentielle, le président du Mouvement politique Trait d’Union (MPTU), qui reconnait que la majorité présidentielle a été ébranlée par les résultats de ce scrutin, assure néanmoins que la dissolution de l’Assemblée nationale par Emmanuel Macron est décision « salutaire » pour l’avenir du pays.

Le Tampon : André Thien Ah Koon au bord des larmes à l’heure de dresser son bilan

André Thien Ah Koon a convié la presse ce jeudi matin pour évoquer son avenir politique ainsi que celui du Tampon et de la CASUD suite à sa condamnation à une peine d’inéligibilité.
Celui qui est encore maire du Tampon pour quelques jours, jusqu’à ce que le préfet lui notifie l’arrêt de la Cour d’Appel, a préféré lire un document. Il a réussi à conserver un semblant de self control jusqu’aux derniers mots, au moment de dire adieu aux Tamponnais, où sa voix s’est étranglée et quelques larmes ont pointé au coin de ses yeux.