Revenir à la rubrique : Faits divers

Saint-Joseph : Tout juste sorti de prison, il agresse sexuellement une jeune fille

Le 14 février dernier, il a fallu quelques heures à Julio A. pour commettre l’irréparable. En quête d’une relation pour la fête des amoureux, il s’en est pris à une jeune fille de 17 ans qui patientait tranquillement à la gare routière de Saint-Joseph.

Ecrit par PB – le vendredi 17 février 2023 à 18H41

20 condamnations à son casier judiciaire à 36 ans. Le profil et le parcours du prévenu a décontenancé la justice. Julio A. a été jugé ce vendredi en comparution immédiate pour agression sexuelle sur mineur, en état d’ivresse, mais aussi pour vol en récidive.

L’homme sort tout juste de prison ce mardi alors qu’il a déjà été incarcéré par deux fois en 2022, en juin et en septembre. Le déroulé des faits est dramatique. A 8H, il quitte la maison d’arrêt de Saint-Pierre direction Saint-Joseph où il doit être hébergé par son père. A 11h30, déjà fortement alcoolisé, il insulte, terrorise et vole des piles dans une petite boutik’ et sous les coups de 13H se retrouve à la gare routière. Julio en fait alors son terrain de chasse.

La victime est assise tranquillement quand Julio, titubant, vient s’assoir à coté d’elle. Il lui dit qu’elle est belle, met une main sur son épaule puis descend au niveau du dos jusqu’aux fesses. Avant de tomber dans un état de sidération, la jeune fille de 17 ans tente bien de le repousser mais Julio est plus fort. Il essaye même de l’embrasser, pose la main sur la cuisse et sous la jupe de la victime. C’est un agent de sécurité qui vient mettre fin à l’agression qu’est en train de vivre la jeune fille. 

Les caméras de surveillance ont capté la scène. Malgré l’intervention de la sécurité, Julio revient à la charge par trois reprises et tente même d’approcher d’autres jeunes filles. « Elles me plaisaient c’est juste de la drague », s’est-il justifié durant son audition. Devant le prétoire, Julio est plus penaud et explique les faits par sa consommation importante d’alcool ce jour-là, 10 à 15 verres de rhum. « J’ai aucun souvenir. J’ai pas remarqué qu’elle avait peur », balbutie-t-il. 

Faillite de la justice ? 

« ‘Je ne me souviens pas’ n’est pas satisfaisant devant le tribunal », tance le parquet. Pour la procureure, « ce dossier est emblématique de la faillite de la justice et de l’absence totale de prise en compte de la dangerosité du prévenu ». Ainsi, dans le but d’endiguer sa descente dans les abîmes, 6 années de prison ont été requises, assorties d’un suivi socio-judiciaire long. 
 
« La défense n’est pas toujours là pour libérer mais doit avant tout comprendre », rappelle Me Brigitte Hoarau. Mais même pour le conseil de Julio, la tâche parait ardue. « Que faire de monsieur ? Quel projet mettre en place pour enfin voir la lumière au bout du tunnel ? Il faut une peine qui lui permette d’aménager sa sortie », entrevoit la robe noire. 
 
Le tribunal a entendu les deux parties et a condamné Julio à 4 ans de prison et autant de suivi sociojudiciaire avec maintien en détention. Lui ont également été notifiées l’interdiction de contact avec la victime, l’obligation de soigner son addiction à l’alcool et son inscription au Fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes (Fijais).

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Aux assises, le procès du ti-père accusé de la mort de Gabriel : « Frapper, c’est une méthode d’éducation »

Ce mardi, au deuxième jour du procès d’Haymerick Gonfo, la mère de Gabriel n’est pas venue témoigner, malgré l’importance de sa déposition. La cour a décidé de poursuivre l’audience – alors que la défense avait plaidé un renvoi de l’affaire – dévoilant des détails poignants sur les maltraitances subies par l’enfant. Haymerick Gonfo risque 30 ans de réclusion criminelle et ne reconnaît pas les faits.

Etang-Salé : Un adolescent emporté par les vagues, mais retrouvé sain et sauf

Un adolescent a été emporté par les vagues à l’Etang-Salé au cours de la nuit, ont rapporté nos confrères de Linfo.re ce mardi matin. Un dispositif de recherches a été déployé par les pompiers et les forces de l’ordre.
L’adolescent a finalement réussi à regagner le rivage et à retrouver ses proches. Les pompiers n’en ayant pas été immédiatement informés, les recherches se sont poursuivies alors que l’adolescent était sain et sauf.

Violences en milieu carcéral : 34 points de suture en un coup de fish-fish

Un homme de 38 ans comparaissait ce vendredi devant le tribunal judiciaire pour des faits de violences, d’outrage et de menaces de mort. Incarcéré au centre de détention du Port, il s’en est pris à un détenu dans la cour de promenade en lui assénant un coup de fish-fish, couteau artisanal fabriqué par les détenus à partir d’une brosse à dent.